Madame lit le titre de son livre du moment

belle du seigneurChère lectrice, cher lecteur,

Avez-vous eu la chance de consulter la page concernant ma lecture du moment?

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu la voir, alors je tiens à vous dire que je suis en train de lire le grand chef-d’œuvre du roman d’amour du XXiècle Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Je partage cette lecture avec une copinaute.  Donc, elle et moi, nous nous suivons au fil de la lecture des différentes parties du roman. C’est qu’il est gros ce livre! Un bon 1109 pages pour l’édition de poche! Je crois bien que ce sera ma seule lecture en novembre! Mais, quel livre!

Comme je viens de publier un billet sur les incipits, je vous laisse sur celui tiré de Belle du Seigneur… Il est assez bien aussi …

Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi des deux chevaux que le valet d’écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d’une victoire. À deux reprises, hier et avant-hier, il avait été lâche et il n’avait pas osé. Aujourd’hui, en ce premier jour de mai, il oserait et elle l’aimerait. (p. 13)

Aimez-vous cet incipit? Je l’adore… comment ne pas succomber à cette confiance qui habite l’homme amoureux?

Au fait, avez-vous déjà lu ce magnifique roman?

Bien à vous,

Madame lit

Référence :

COHEN, Albert. Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2007, 1109 p.

4 commentaires »

  1. J’ai lu ce livre dans le cadre d’un cours sur l’adultère féminin (avec « Madame Bovary » de Flaubert et « Effi Briest » de Fontane). J’avoue que, du corpus, « Belle du Seigneur » est celui qui m’a le moins emballée. Le nombre de page ne me fait pas peur, j’adore les gros romans et autres sagas et pourtant, j’ai été dérangée par le fait que celui-ci traînait terriblement en longueur. Il y a certains passages où la vie des deux héros est mise sur pause, je comprends dès lors que la narration doit être ralentie pour exprimer ce sentiment de déperdition qu’ils éprouvent tous deux mais cela s’éternise trop et casse tout rythme. Par ailleurs, les chapitres centrés sur les pensées de la femme de ménage (j’ai oublié son nom, je suis désolée) m’ont parus très confus : certes, ils reflètent bien le cours d’une pensée mais, à nouveau, j’ai trouvé cela trop long pour rester clair.
    En revanche, j’ai beaucoup aimé la fin : sans entrer dans les détails car j’ignore où tu en es de te lecture, je l’ai trouvée vraiment bien trouvée et la destinée de Solal reflète une réalité bien concrète.
    Bref, pour moi, le début et la fin sont vraiment très agréables à lire mais j’ai trop eu une sensation de « remplissage » dans certains passages du développement et j’ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé !

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce beau partage… en fait, je suis au début (j’ai environ lu 300 pages). Donc, je découvre les personnages un à un… Jusqu’à maintenant, j’adore…je prends mon temps pour lire chaque phrase afin de m’imbiber de cet univers… Le cours sur l’adultère féminin devait être fort intéressant. J’aurais bien aimé!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s