Madame lit deux poèmes abordant une maman

photo_maman_plage_vintage

Chère lectrice, Cher lecteur,

En cette journée de la Fête des mères (au Canada, c’est aujourd’hui), je vous présente deux poèmes d’Émile Nelligan, notre poète maudit, abordant son amour pour sa mère. Il importe de rappeler que Nelligan vouait un amour infini à sa mère et qu’il a rédigé la majeure partie de ses poèmes entre 16 ans et 18 ans… Petite anecdote, «Devant deux portraits de ma mère» était le poème que j’avais choisi de réciter lorsque j’étais adolescente à l’école secondaire… Que de souvenirs!

Devant deux portraits de ma mère

 Ma mère, que je l’aime en ce portrait ancien,
Peint aux jours glorieux qu’elle était jeune fille,
Le front couleur de lys et le regard qui brille
Comme un éblouissant miroir vénitien!

Ma mère que voici n’est plus du tout la même;
Les rides ont creusé le beau marbre frontal;
Elle a perdu l’éclat du temps sentimental;
Où son hymen chanta comme un rose poème.

Aujourd’hui je compare et j’en suis triste,
Ce front nimbé de joie et ce front de souci,
Soleil d’or, brouillard dense au couchant des années.

Mais, mystère de cœur qui ne peut s’éclairer!
Comment puis-je sourire à ces lèvres fanées?
Au portait qui sourit, comment puis-je pleurer?

Ma mère

Qu
elque fois sur ma tête elle met ses mains pures,
Blanche, ainsi que des frissons blancs de guipures.

Elle me baise au front, me parle tendrement,
D’une voix au son d’or mélancoliquement.

Elle a les yeux couleur de ma vague chimère,
Ô toute poésie, ô toute extase, ô Mère!  

À l’autel de ses pieds je l’honore en pleurant,
Je suis toujours petit pour elle, quoique grand.

  

J’ai trouvé aussi cette vidéo où on peut entendre «Devant deux portraits de ma mère» récité par Gilles-Claude Thériault accompagné au piano.

J’espère que vous avez apprécié ce petit clin d’œil à un grand poète québécois autour de la thématique de la mère en cette journée où il est essentiel de souligner cette figure importante!

Bonne fête des mamans, que vous soyez lectrices ou pas!

Est-ce qu’il y a le personnage d’une maman en littérature qui vous a marqué?

Bien à vous,

Madame lit

Thériault, G.C. (2010, 25 novembre). Devant deux portraits de ma mère [Vidéo en ligne]. Récupéré de https://www.google.ca/?gws_rd=ssl#q=vid%C3%A9o+nelligan+devant+deux+portraits+de+ma+m%C3%A8re

 

Catégories: Mes citations

Tagged as:

29 commentaires »

  1. Merci pour ces touchants poèmes et bonne fête aux mamans canadiennes ! Les figures maternelles sont très abondantes et variées en littérature. On peux citer la mère étouffante de Romain Gary dans La Promesse de l’aube, ou son antagoniste, la tendre mère du petit Marcel Pagnol dans Le Château de ma mère ! J’ai acheté dernièrement Beloved de Toni Morrisson, histoire d’une mère infanticide : je ne l’ai pas encore lu, mais je pressens un personnage plus que marquant, comme Médée !

    Aimé par 2 personnes

    • Merci pour ces belles références… J’ai beaucoup aimé aussi la maman du petit Marcel… « Beloved » semble un livre assez traumatisant… Je ne suis pas certaine que j’aurais la force de lire ce récit! Bon courage! Je lirai avec plaisir votre chronique sur cette Médée des temps modernes!

      Aimé par 1 personne

      • La mère et toute la famille du petit Marcel sont formidables : c’est très reposant de tomber sur de tels personnages dans la littérature. souvent si tragique ! Effectivement, j’appréhende un peu ma lecture de Beloved, mais j’ai très envie de découvrir Toni Morrisson. Je pense aussi que cette lecture sera éprouvante…

        Aimé par 1 personne

      • Oui! J’ai adoré « La gloire de mon père » et « Le château de ma mère ». Je rêvais que ma mère obtienne un tel château et que nous partions nous établir dans ce beau coin de pays en famille… Ce sont des personnages touchants, humains et vrais… Marcel Pagnol a ce génie par rapport à ses personnages… « Beloved » sera sans aucun doute une lecture éprouvante… Bonne découverte de cette plume! 🙂

        Aimé par 2 personnes

  2. Quels magnifiques poèmes ! Merci pour tes partages toujours criant de beauté 🙂 Un bel hommage aux mères et à ton souvenir d’adolescence… Pour ma part, pas de personnage de mère en littérature qui vient à l’esprit de suite. En revanche, une chanson d’Aznavour qui me donne des frissons et les larmes aux yeux à chaque fois : « La Mama ».

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s