Madame lit un hommage pour Benoîte Groult

21 réflexions sur “Madame lit un hommage pour Benoîte Groult”

  1. C’est beau…prête à embarquer sur ces vaisseaux du coeur avec quelqu’un qui me dirait : « C’est pas ma vie qui compte pour moi, c’est toi dans ma vie » ! Quel bonheur de s’identifier à ces personnages…
    J’ai eu aussi dans ma bibliothèque d’étudiante l’ouvrage de Jouve lorsque je suivais un cursus en lettres modernes. Merci pour le souvenir !
    Et surtout, merci pour ta belle chronique qui donne envie d’ouvrir son coeur en grand.

    Aimé par 1 personne

      1. Citation lue ! Un merci sincère, c’est d’une force…un bel élan vers la vie.
        Je crois que je vais me constituer une PAL spéciale Madame lit : Réjean Ducharme, Anne Hébert, Milan Kundera, Isabelle Arsenault, et maintenant Benoîte Groult ! Allez, au travail !

        Aimé par 1 personne

  2. Merci Madame, d’avoir si bien lu Benoîte Giroud pour nous. J’ai bien envie de sauter sur les vaisseaux du coeur, dès que j’en aurai fini de mon pavé. Je dois dire que les histoires d’amour me laissent souvent de marbre, en tout cas ces dernières années, mais le flot de celle-ci semble tellement puissant, qu’il sera difficile d’y résister!

    Aimé par 1 personne

    1. Ah les histoires d’amour! Ces « Vaisseaux du coeur » vous mèneront au pays de l’Amour le temps d’un récit… Une histoire de passion, de peau et finalement de coeur… J’espère qu’il vous plaira!

      J’aime

  3. J’ai reçu ce livre en cadeau en 1988. Je ne l’ai sûrement pas lu avec les mêmes yeux que ceux d’aujourd’hui. Ces jours-ci je le relis avec le regard d’une auteure qui est justement en train de corriger son manuscrit. Ce ne sont donc pas seulement les émois du corps et du coeur des personnages qui m’intéressent, mais surtout le style percutant et le riche vocabulaire qui parfois me donnent l’élan, parfois me font tellement douter des miens.
    « Car si ce n’est pour éblouir, à quoi bon écrire. »
    Et dans La presse+ de ce dimanche matin où les éditeurs demandent l’imprévisibilité.
    Pourtant dans Les vaisseaux du coeur, tout me semble bien prévisible. Mais évidemment Benoîte Groult avait déjà un nom, elle.

    L’effet-personnage, n’est-ce pas somme toute l’identification?

    Aimé par 1 personne

    1. Le processus d’identification est un élément associé à l’effet-personnage. Voici d’ailleurs un article que j’ai publié pour résumer l’essai de Vincent Jouve https://madamelit.wordpress.com/2015/11/11/madame-lit-un-billet-sur-leffet-personnage/. Benoite Groult avait certes un vocabulaire très riche. Toutefois, douter est très sain…Relire un roman avec les yeux d’un auteur doit être une expérience très spéciale…Merci pour votre commentaire que j’apprécie vraiment.

      J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s