Madame lit du Marguerite Duras

Duras

Chère lectrice, Cher lecteur,

Permettez-moi aujourd’hui de vous présenter un sublime extrait tiré de La douleur de Marguerite Duras… Ce passage est beau comme le chant de la mer… triste comme le cri d’un oiseau blessé, pur comme la caresse du vent sur une joue…

Dans une heure D. sera là. Je ferme les yeux. S’il revenait, nous irions à la mer, c’est ce qui lui ferait le plus de plaisir. Je crois que de toutes façons je vais mourir. S’il revient je mourrai aussi. S’il sonnait : « Qui est là. -Moi, Robert L. », tout ce que je pourrais faire c’est ouvrir et puis mourir. S’il revient nous irons à la mer. Ce sera l’été, le plein été. Entre le moment où j’ouvre la porte et celui où nous nous retrouvons devant la mer, je suis morte. Dans une espèce de survie, je vois que la mer est verte, qu’il y a une plage un peu orangée, le sable. À l’intérieur de ma tête la brise salée qui empêche la pensée. Je ne sais pas où il est au moment où je vois la mer, mais je sais qu’il vit. Qu’il est quelque part sur la terre, de son côté, à respirer. […] Cet homme devant la mer, c’est lui. En Allemagne les nuits étaient froides. Là, sur la plage, il sort en bras de chemise et il parle avec D. Ils sont absorbés par leur conversation. Je serai morte. Dès son retour je mourrai, impossible qu’il en soit autrement, c’est mon secret. D. ne le sait pas. J’ai choisi de l’attendre comme je l’attends, jusqu’à en mourir. Ça me regarde.

J’adore ces phrases courtes imbibées de détresse, de désir, d’amour, de mort, de mer, de sable, de rêve, de l’autre que l’on aime à en mourir…

Avez-vous lu La douleur de Duras ? Cet extrait vous donne-t-il le goût de découvrir ce bouquin ? Pour Duras, ce dernier est « une des choses les plus importantes » de sa vie…

Bien à vous,

Madame lit

Duras, Marguerite, La douleur, Paris : Gallimard, coll. Folio, 217 p.

Catégories: Mes citations

Tagged as:

24 commentaires »

  1. Il fut un temps, oui, où je croyais qu’on pouvait mourir d’amour. Ou moi aussi, avec des mots, je mourais d’amour dix fois dans la même semaine. Plus maintenant. L’époque, le 21e siècle a eu raison de mon âme romanesque. Et même les plus beaux textes ne m’arrachent plus autant de larmes. Et ça me déçoit d’être devenue hollywoodienne-quétaine.
    Quel-le-auteur-e saura me faire retrouver mon coeur de 20 ans?

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup l’écriture de Marguerite Duras, elle me touche. Je n’ai pas encore lu ce titre ; pourtant il fait partie de mes envies depuis longtemps ! Alors merci à toi pour cet extrait, qui agit un peu comme une « piqûre de rappel » 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Quoique tous ses livres m’émerveillent toujours, celui-ci m’avait particulièrement marqué ! Je l’ai lu il y a longtemps mais ton article en redonne le goût, merci pour ce partage qui ravive des souvenirs !! Bonne journée !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s