Mots-clés

machine_à_écrire_vintage

Chère lectrice, Cher lecteur,

J’ai le plaisir de vous annoncer une bonne nouvelle. Je vais avoir une collaboratrice pour traduire mes articles. Et oui, je vais me consacrer à la partie en français et Diana Bates a accepté de s’occuper de la partie en anglais. Elle va traduire principalement mes billets concernant les romans lus. Cette collaboration va permettre à mon blogue d’élargir ses horizons! Alors, sans plus tarder voici le texte rédigé par Diana pour se présenter à vous!

Photo_Diana_BatesD’origine arménienne, je suis née en France où j’ai grandi dans un environnement bilingue. Mon expérience est variée et j’ai beaucoup voyagé. J’ai travaillé pendant seize ans à l’Organisation maritime internationale (OMI), l’agence maritime des Nations Unies à Londres, en Angleterre, avant de venir au Canada. Ici, à Ottawa, j’ai été directrice d’une galerie d’art cubain, professeur de français et d’anglais et traductrice à la pige.

 Mes études universitaires étaient en littérature et j’ai une licence combinée en français et espagnol de l’Université de Londres. Lors de mes études en maîtrise de traduction à l’Université d’Ottawa, j’ai découvert une autre façon de voir la traduction. Le thème de ma thèse porte sur la traduction d’un être humain, en tant qu’expérience de vie transformative, lorsque celui-ci se trouve hors de son environnement naturel ou habituel. Vue de cette perspective, la traduction est ce que j’appelle une trans-forme-ation, dans la mesure où un texte traduit change de forme mais retient son essence fondamentale.

Of Armenian heritage, I was born in France and grew up in a bilingual environment. My experience is diverse and I am well-travelled; I worked for sixteen years at the International Maritime Organization (IMO), the maritime agency of the United Nations in London, England, before moving to Canada. Here in Ottawa, I have been the Director of a Cuban art gallery, a French and English language teacher and a freelance translator.

My graduate studies were in literature and I obtained a combined BA Honors in French and Spanish from the University of London. While doing my Masters in Translation at the University of Ottawa, I discovered a different way of looking at translation. So I went on to write my thesis on the translation of a human being, as a transforming life experience, when one is outside one’s natural or usual environment. Translation viewed as such is what I call a trans-forme-ation, whereby the form of a translated text changes while its primary essence remains.

Alors, je souhaite la bienvenue à Diana dans mon univers et j’espère que cette nouvelle vous plaira autant qu’à moi!

Bien à vous!

 Madame lit