Mots-clés

Être un homme, […] c’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. (p. 47)

Terre_des_hommes

Chère lectrice, Cher lecteur,

Être un artiste, c’est permettre aux autres, entre autres, d’avoir sous les yeux un univers plus beau à regarder, à explorer. Les écrivains comme les peintres, les poètes, etc. le façonnent en y jetant leur grain de sel… En lisant Terre des hommes, j’ai ressenti une profonde admiration pour l’écrivain, le pilote, l’homme… Chaque phrase s’enchaîne pour sculpter un univers frisant la perfection. Ce bouquin permet d’élargir l’horizon du lecteur, lui ouvre les portes de la beauté intérieure et extérieure de la vie.

Liés à nos frères par un but commun et qui se situe en dehors de nous, alors seulement nous respirons et l’expérience nous montre qu’aimer ce n’est point nous regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction. (p. 169)

Dans ce recueil autobiographique, Antoine de Saint-Exupéry parle de sa vie de pilote au sein de l’aéropostale. Ce dernier partage ses pensées sur divers thèmes comme l’amitié, la fraternité, le rejet du monde en tant qu’aliénation, l’harmonie entre l’homme et la terre, la persévérance, le courage, l’amour pour le travail, les différentes cultures, etc. durant 8 chapitres. Aussi, il décrit un passage émouvant de sa vie lorsqu’il a failli mourir de soif dans le désert en compagnie de son ami Prévot.

Ce livre mérite d’être lu par tous… J’ai noté beaucoup de passages… Je ne les énumérerai pas tous ici. S’il y a un livre à avoir entre ses mains, peu importe quand dans notre existence, c’est bien Terre des hommes. Je voulais le lire depuis de nombreuses années. Pourquoi? Je savais qu’il avait marqué Gabrielle Roy dont je vous ai parlé à quelques reprises sur ce blogue. C’est même elle qui avait suggéré Terre des hommes comme nom pour l’Expo 67 de Montréal. Elle aborde également ce bouquin dans Fragiles lumières de la terre.

Terre des hommes, c’est aussi un livre sur le sens de la vie en ces temps où il importe de tenter de comprendre l’autre…

Pourquoi nous haïr? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire. Et s’il est bon que des civilisations s’opposent pour favoriser des synthèses nouvelles, il est monstrueux qu’elles s’entre-dévorent. Puisqu’il suffit, pour nous délivrer, de nous aider à prendre conscience d’un but qui nous relie les uns aux autres, autant le chercher là où il nous unit tous. […]

Quand nous prendrons conscience de notre rôle, même le plus effacé, alors seulement nous serons heureux. Alors seulement nous pourrons vivre en paix et mourir en paix, car ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort. (p. 175-176)

Donc, pour retrouver une certaine vérité à travers les mots de ce grand auteur, je vous invite à vous lancer dans le vide, à emprunter son avion pour faire un voyage et pour aimer cette terre des hommes tout comme lui…

C’est ce que je vous souhaite tant mon émotion est grande par rapport à ce livre et il m’est difficile d’en parler…

Au fait, avez-vous déjà lu ce bouquin? Qu’en avez-vous pensé?

Bien à vous,

Madame lit

Saint-Exupéry de, Antoine. Terre des hommes, Paris : Gallimard, coll. Folio, 1971, 181 p. ISBN  2-07-036021-0