Mots-clés

,

Tatiana

Chère lectrice, Cher lecteur,

Un vent de Russie continue à souffler sur mon blogue… Je souhaite partager avec vous un extrait de la déclaration d’amour de Tatiana à Eugène Onéguine.

Il a fallu que vous veniez.
Perdue au fond de mon village,
J’aurais pu ne pas vous connaître.
Ignorer cet affreux tourment.
Le trouble de mon cœur naïf
Aurait passé avec le temps
(Qui sait?) et j’aurais rencontré
Un compagnon ; j’aurais été
Fidèle épouse et bonne mère.

Un autre! Non, personne au monde.
Mon cœur n’était pas fait pour eux.
Le ciel en avait décidé ;
Il l’a voulu : je suis à toi.
Toute ma vie fut la promesse
De cette rencontre avec toi.
C’est Dieu qui t’envoie, je le sais
Pour me garder jusqu’à ma mort…
Tu apparaissais dans mes rêves;
Sans te voir, je te chérissais.
Ton regard me faisait languir,
Ta voix résonnait dans mon âme
Depuis toujours…En vérité
Je t’ai reconnu tout de suite.
Ce fut en moi un froid, un feu,
Et dans mon cœur, j’ai dit : c’est lui!

L’écriture de Pouchkine continue à m’émouvoir…

Comment trouvez-vous cet extrait?

Bien à vous,

Madame lit

Vous avez aimé cette citation et vous aimeriez acheter ce livre, cliquez sur Eugène OnéguineBannière_Bookwitty