Madame lit Routes secondaires d’Andrée A. Michaud

16 réflexions sur “Madame lit Routes secondaires d’Andrée A. Michaud”

  1. J’aime bien quand un auteur se met en scène mais de cette manière cela me semblait un peu ardu.
    Par ailleurs tu fais le lien entre la création d’un roman et la construction identitaire et cela m’intéresse vraiment.
    Un livre de plus à lire…

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis bien contente de l’apprendre. L’écrivaine propose un univers où la création est à l’honneur. C’est totalement déroutant mais en même temps très original et superbement écrit. Au plaisir!

      J’aime

  2. J’ai fini par le finir. Je pense que c’est le genre de livre qu’on doit étudier au cégep et même à l’université. Ou en tout cas, être accompagné.e, ne serait-ce que pour essayer de comprendre ce qu’il y a à comprendre. Non pas comparer nos impressions, mais vraiment essayer de comprendre l’histoire.
    Pour l’instant, comme toi, j’ai surtout aimé les descriptions, même si elles se répètent dans toutes les nuances.
    Et aussi la technique — déroutante en effet — de ces rappels.
    Fiinalement, je pense que j’ai rien compris: qui est qui? et quand?

    Aimé par 1 personne

    1. Il y a beaucoup d’éléments de fantastique aussi dans ce récit (miroir, double, etc). Un livre qui peut être interprété sous différents angles. Un livre qui serait intéressant d’étudier dans une perspective psychanalytique! Merci!

      J’aime

    1. C’est assez difficile comme lecture. Je dirais que l’auteure vit une sorte de transe créative… C’est intriguant et original… Elle s’amuse avec son lecteur, le fait basculer dans des sphères où l’identité de l’écrivaine et celle de son personnage se croisent, deviennent un tout.

      J’aime

  3. Merci pour la découverte !
    Récemment j’ai lu « La Serpe » de Jaenada, dans lequel l’auteur se mettait en scène avec humour dans sa démarche d’écrivain enquêtant pour les besoins du livre, et dans « Polococktail Party », Dorota Maslowska se met aussi en scène parmi les personnages féminins que croise le héros. Mais dans les deux cas, cette mise en scène semble beaucoup moins introspective et autoanalytique que dans ce roman.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vraiment un livre où l’on sent que l’écrivaine s’est laissée aller totalement dans son processus créatif. Je peux te comprendre d’avoir un peu peur,.. Il faut écouter son cœur! Il y a un livre pour chaque moment! Merci!

      J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s