Madame lit du Montalbán

Carillons-2

Chère lectrice, Cher lecteur,

Dans L’homme de ma vie de Manuel Vázquez Montalbán, Pepe Carvalho, le célèbre détective catalan a soixante ans, il est au prise avec la mélancolie et il ressent des sentiments en raison de télécopies qu’il reçoit d’une ancienne amoureuse. Les souvenirs s’emparent de lui devant les missives enflammées de son amour de jeunesse.

J’ai décidé de partager avec vous un bel extrait tiré de ce livre car je trouve qu’il y a une ambiance marquée par la passion, le désir, l’amour…Montalban

Comme un éclair apparut soudain dans la tête de Carvalho une scène de lit avec Yes, deux, l’une, conventionnelle, et l’autre, qu’il effaça immédiatement, au cas où elle aurait deviné cette évocation, tant elle l’étudiait, sans perdre son sourire, ni l’humidité dans ses yeux. Carvalho se sentait si bien que son cœur lui faisait mal. Il commanda un whisky, puis un autre, et un autre, et tout ce qui sortait des lèvres de Yes était merveilleux et il se rappela un boléro qu’il se mit à chantonner sans s’en rendre compte, jusqu’à ce que la voix de Yes lui dévoile tout à coup la chanson qui exprimait son euphorie mal dissimulée.

-«Des carillons de fête, chantent dans mon coeur».
Et ce furent ses lèvres à elle qui récitèrent :

Seulement une fois, l’âme se donne
Dans un doux et total renoncement
Et quand naît ce miracle
Qui sait réaliser le prodige d’aimer
Des carillons de fête
Chantent, chantent dans mon cœur.

Même si Manuel Vázquez Montalbán est surtout célèbre à cause des aventures de Pepe Carvalho, ce dernier a aussi écrit de la poésie. Il a fait paraître plusieurs recueils de poèmes et ses romans sont imbibés de poésie. Il a reçu, entre autres, en 1995 le Prix national des Lettres espagnoles en reconnaissance de toute son œuvre. Alors, en ce mois dédié à la littérature espagnole, je voulais faire un petit clin d’œil au père du plus célèbre détective de Barcelone.

Bien à vous,

Madame lit

Vázquez, Montalbán, Manuel, L’homme de ma vie, traduit de l’espagnol par Denise Laroutis, Paris, Seuil, coll. Points, 2003, 299 p.

ISBN 2-267-01620-6

9 commentaires »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s