Madame lit Don Quichotte de la Manche

Cervantès_moi

Chère lectrice, Cher lecteur,

Don Quichotte de la Manche apparaît comme un grand classique dont la renommée n’est plus à faire. Ce chef d’œuvre de Cervantès a marqué l’imaginaire de bien des artistes, des lecteurs, des gens. Je suis convaincue que dans une vie, il y a un livre que l’on doit lire à un âge donné. Si j’avais amorcé cette lecture dans la vingtaine, je ne l’aurais peut-être pas terminée. Mais, aujourd’hui, j’étais prête et disposée à entreprendre un périple sur les routes de l’Espagne avec don Quichotte et son fidèle ami Sancho Pança.

Ainsi, un noble, Alonso Quichano, obsédé jusqu’à la folie par la chevalerie dont il est question dans ses nombreuses lectures, décide de devenir un chevalier errant appelé don Quichotte de la Manche et quitte sa propriété, sur le dos de son vieux cheval Rossinante, pour combattre le mal et protéger les opprimés par la force de son épée à travers l’Espagne. Il voue un amour inconditionnel à Dulcinée du Toboso à qui il veut rendre hommage à travers ses exploits car tout chevalier errant doit porter une dame dans son coeur. Il est accompagné de Sancho Pança, un écuyer obsédé par la nourriture, dont l’amour pour son âne Grison est sans pareil. À travers leur voyage, les acolytes vivent des aventures.

Don_quichoote_RTF

Sur les routes de l’Espagne, les deux hommes se retrouvent dans des châteaux, des auberges, des cavernes, rencontrent des paysannes ou des princesses, des géants, des galériens, des ducs, des duchesses, des enchanteurs, des amoureux, etc. Ils vivent des péripéties et embrassent le mode de vie des chevaliers errants. Don Quichotte va tout faire pour délivrer Dulcinée, prisonnière d’un enchantement. Il ne se laissera pas détourner de sa mission jusqu’à la toute fin où il perd un combat et son adversaire le force à retourner dans son village et à ne plus combattre le Mal.

Je dois vous avouer à quel point j’ai adoré cette lecture. J’ai aimé la folie de don Quichotte et la naïveté de Sancho. J’ai aimé la tristesse et la mélancolie de l’un et les gloutonneries et les proverbes de l’autre. Ces deux personnages m’ont tellement faire rire.  La littérature me permet de vivre de belles émotions et grâce à cette lecture, mon mois de mai a été marqué par la joie.  Je trouve merveilleux qu’un livre publié en 1605, pour le premier tome et en 1615 pour le second, puisse me permettre de m’évader du réel et de me divertir d’une bien belle façon. Je n’oublierai jamais don Quichotte et Sancho. Pour moi, ils sont l’incarnation de l’absurdité, de la folie, de la grandeur, de l’amitié, de l’inaccessible étoile. Sancho ne quittera jamais don Quichotte jusqu’à la toute fin. Durant toutes les folles aventures de son maître, il le protège, le console, l’accompagne, le loue. Comme il le mentionne :

[…] et le véritable don Quichotte de la Manche, le fameux, le vaillant et le sage, l’amoureux, le redresseur de torts, le tuteur de pupilles et des orphelins, le soutien des veuves, le fléau des demoiselles, celui qui n’a d’autre dame que la sans pareille Dulcinée du Toboso, c’est ce seigneur ici présent et qui est mon maître; tout autre don Quichotte et tout autre Sancho Pança ne sont que songes et mensonges. (p. 1029)

Ainsi, le plus sage des fous, don Quichotte, est un personnage grandiose.  Il est inoubliable. J’ai aimé profondément le suivre dans ses aventures, dans sa quête de rétablir un Paradis perdu. C’est un livre pour célébrer le pouvoir du rêve et pour rendre un ultime hommage à la vie. Car sans la folie et l’imagination, pouvons-nous vivre? Comme le mentionne Sancho à don Quichotte sur son lit de mort :

Ne mourez point, cher monsieur, mais suivez mon conseil et vivez longtemps ; car la pire folie que puisse faire un homme au monde est de se laisser mourir, ni plus ni moins, sans être tué de personne ni achevé d’autre main que celle de la mélancolie. Allez, ne soyez pas paresseux : levez-vous de ce lit et allons-nous-en dans les champs en habits de berger, ainsi que nous  l’avons résolu; peut-être trouverons-nous derrière quelque buisson Mme Dulcinée désenchantée, plus belle encore qu’on puisse imaginer. Si vous vous mourez du chagrin d’avoir été vaincu, faites m’en porter la faute, en disant que vous avez été renversé parce que j’avais mal sanglé Rossinante; d’autant que, comme vous avez dû le voir, monsieur, dans vos livres de chevalerie, rien n’est plus ordinaire que deux chevaliers se renversent l’un l’autre, et que celui qui aujourd’hui est vaincu, soit demain vainqueur. (p. 1041)

Si vous n’avez pas lu ce roman, je vous le recommande fortement. C’est drôle, c’est profond, c’est divertissant. C’est l’histoire d’un chevalier errant et de son fidèle écuyer sur les routes de l’Espagne.

24533220 - don quixote and sancho panza

J’ai choisi de plonger dans cet univers car la littérature espagnole était à l’honneur en mai pour mon défi et que j’avais très envie de découvrir ce chef d’oeuvre.

Avez-vous déjà lu Don Quichotte de la Manche? Avez-vous aimé ce bouquin?

Bien à vous,

Madame lit

Cervantès, Don Quichotte de la Manche, Paris, La Pléiade, 2015, 1208 p.

ISBN : 978-2-07-014958-2

13 commentaires »

  1. Ah on sent que tu les aimes ces deux personnages. Je crois que j’aurais du mal à lire ces aventures mais par contre en livre audio ça passerait bien. C’est effectivement étonnant que ce récit se perpétue depuis 4 siècles avec autant d’engouement. En tout cas tu sais nous communiquer ton enthousiasme, merci !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s