Madame lit Les écrivements de Matthieu Simard

Les_ÉcrivementsChère lectrice, Cher lecteur,

Entrer dans Les écrivements, c’est aller à la rencontre de Jeanne, une dame de 81 ans, qui rédige dans un cahier depuis plusieurs années son vécu. La Fourmi, alors qu’elle était enfant, a baptisé les écrits de Jeanne : Les écrivements. Jeanne est amenée à revisiter son passé en compagnie de La Fourmi devenue une adolescente, à dévoiler son histoire d’amour avec Suzor, à aborder les événements qui ont conduit à leur rupture, à partir à la recherche de cet amoureux inoubliable malgré les quarante ans qui les séparent. Jeanne réussira-t-elle à retrouver Suzor? Suzor saura-t-il la reconnaître alors qu’il souffre d’Alzheimer?

Vous l’aurez sans aucun doute remarqué, la mémoire est au cœur de ce récit. Il y a des souvenirs que l’on ne peut effacer, il y a des fantômes qui ne cessent de hanter les vivants, il y a des sentiments qui déchirent les entrailles après de longues années. La douleur s’est estompée, mais les souvenirs de l’autre ont grossi en soi comme une tumeur. Avant la mort qui inévitablement va poindre son nez, quels choix un être peut-il faire pour aller à la rencontre de son histoire d’amour la plus précieuse? Comme le mentionne Jeanne, la narratrice :

Puis il y a la mémoire, cruelle. Des odeurs, des images parfois s’impriment pour toujours, d’autres fois s’évanouissent. Les petites douleurs qu’on voudrait garder au chaud près de soi s’envolent, celles qu’on voudrait abandonner nous écrasent. Les bonheurs s’éparpillent parmi les banalités ou prennent toute la place. Nous ne choisissons pas les souvenirs qui nous empêchent de dormir ni ceux qui nous pousseront à nous lever. Et même lorsque nous réussissons à frotter si fort et si longtemps qu’ils semblent oblitérés, des années plus tard ils nous sautent au visage comme un clown de film d’horreur (p. 11)

Grâce à la mémoire de Jeanne, le lecteur découvre le drame qui a marqué le couple et qui l’a traumatisé à tout jamais suite à des événements s’étant déroulés dans les montagnes de l’Oural en URSS. Ainsi, Matthieu Simard revisite l’Affaire du col Dyatlov et le mystère entourant la mort de neuf randonneurs par le biais de son récit. Jeanne confiera ses souvenirs pour raconter ce qui a mené au départ de Suzor après leur voyage en URSS.

Mais encore, il y a beaucoup de neige dans ce récit. La neige québécoise, la neige des montagnes de l’Oural. C’est blanc, c’est pur, c’est froid, c’est morbide, c’est l’effacement, c’est l’hiver.

Je les trouve aussi beaux que nous l’étions sur ce trottoir, quand l’hiver pour une première fois nous enveloppait et que nous ne savions pas encore qu’il ne nous libérerait plus. (p. 222)

Le printemps pointera-t-il son nez après ces longs hivers? Le soleil fera-t-il fondre les cœurs?

J’ai beaucoup aimé cette histoire d’amour, de mort, de neige, de traumatismes. J’ai retrouvé de très belles phrases à l’intérieur de ce bouquin. Mon cœur craque et mon âme divague sur les sentiers poétiques du texte. J’avais lu l’année dernière Ici, ailleurs de Matthieu Simard et je dois avouer que j’aime sa façon de nous raconter une histoire même si cette dernière semble improbable. C’est une escapade au milieu de couples déchirés par les événements de la vie. Et parfois, le printemps tarde à venir…

Je tiens à remercier la maison d’édition Alto puisqu’elle a eu la gentillesse de me faire parvenir Les écrivements en service de presse dans le cadre de la rentrée littéraire québécoise 2018.

Je vous suggère ce livre pour participer à Québec en novembre organisé par Karine de Mon Coin de lecture et Yueyin.

Avez-vous déjà lu un bouquin de cet auteur?

Bien à vous,

Madame lit

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la logo_leslibrairescoopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Les écrivements directement par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

SIMARD, Matthieu, Les écrivements, Québec, Alto, 2018, 234 p.

ISBN 978-2-89694-396-8

12 commentaires »

  1. J’ai aimé Ici, ailleurs, on dirait bien que je vais aimer celui-là aussi.
    Et même si je lis ses chroniques, je ne fis plus aux dires de Christian Desmeules. Il m’est rarement arrivé de penser comme lui.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s