Madame lit ses suggestions de romans historiques

Chère lectrice, Cher lecteur,

Pour le défi 2019 de Madame lit, en mars, il faut lire un roman historique. J’ai décidé de partager avec vous quelques titres pour vous donner envie de plonger dans un univers ou encore pour vous aider dans votre préparation. Si vous participez à ce mois, il importe de me faire parvenir le lien de votre billet dans les commentaires ou par courriel à lit.madame@gmail.com. Je vais mentionner votre participation dans mon bilan mensuel.

Sans plus tarder, voici des suggestions. J’ai cité l’extrait du site des Libraires (résumé ou premières lignes). En cliquant sur le lien du livre, vous serez redirigé sur le site. Vous pouvez, si vous le désirez, commander le livre.

Le Canard de bois de Louis Caron

J’ai lu ce roman lors de mes études littéraires. Je garde un excellent souvenir de cette histoire ayant comme toile de fond la rébellion des Patriotes de 1837-1838. «Nous sommes vers 1835, sur les rives du Saint-Laurent. Les « Canadiens » n’en finissent pas de payer le prix de la défaite. La nature s’en mêle : mauvaises récoltes, hivers rigoureux, inondations, épidémies. La révolte éclatera en 1837, portée et canalisée par le parti des Patriotes. Elle sera vite et très violemment réprimée. Plus frappé que d’autres par le malheur, Hyacinthe Bellerose se redresse pourtant et ose se battre quand d’autres capitulent.»

Jeanne, fille du Roy de Suzanne Martel

Un autre livre lu durant mes études… Une histoire pour en apprendre davantage sur notre Histoire.

«Élevée par un grand-père braconnier, puis par des religieuses, Jeanne Chatel quitte la France pour faire partie du premier contingent de jeunes filles à marier qui font la traversée vers le Nouveau Monde. En échange d’un droit de passage et d’une dot, les «filles du Roy» ont une seule mission : peupler la Nouvelle-France. À Ville-Marie, Jeanne épouse, sans même avoir remarqué la couleur de ses yeux, le seigneur Simon de Rouville. C’est dans une cabane en bois rond, en pleine forêt, que Jeanne découvre, en même temps que l’amour, les rigueurs de l’hiver et les défis des grands espaces canadiens.»

Autant en emporte le vent de Margareth Mitchell

J’ai lu ce roman durant mes études au secondaire et je dois avouer que je n’ai jamais oublié Scarlett O’Hara au temps de la guerre de Sécession.

«Pendant la guerre de Sécession, alors que le Sud esclavagiste auquel ils appartiennent tous les deux est en train de perdre ses dernières batailles contre le Nord, Rhett Butler et Scarlett O’Hara s’aiment et se déchirent.«- Il doit y avoir de la place pour moi dans votre coeur. Cessez de vous tortiller comme un ver. Je vous fais une déclaration d’amour. Je vous ai désirée dès que je vous ai vue pour la première fois […] lorsque vous étiez en train d’ensorceler le pauvre Charlie Hamilton. Je vous désire plus que je n’ai jamais désiré une autre femme… et, pour vous, j’ai attendu plus longtemps que je n’ai jamais attendu pour une autre femme.La surprise lui coupa le souffle. Malgré toutes ses injures, il l’aimait, mais il était si mauvaise tête qu’il ne voulait pas le reconnaître franchement et qu’il n’osait pas parler de peur qu’elle n’éclatât de rire. Eh bien ! elle allait lui montrer de quel bois elle se chauffait, et ça n’allait pas tarder.- Est-ce une demande en mariage ?Il lui lâcha la main et rit si fort que Scarlett se recroquevilla dans son fauteuil.- Grands Dieux, non ! Ne vous ai-je pas dit que je n’étais pas fait pour le mariage ?- Mais… mais… que…Il se leva et, la main sur le coeur, il fit une révérence comique.- Chérie, déclara-t-il d’un ton placide, je m’en vais rendre hommage à votre intelligence en vous demandant d’être ma maîtresse sans vous avoir séduite au préalable. Sa maîtresse !»

La Reine Margot d’Alexandre Dumas

« Le lundi, dix-huitième jour du mois d’août 1572, il y avait grande fête au Louvre. Les fenêtres de la vieille demeure royale, ordinairement si sombres, étaient ardemment éclairées. La cour célébrait les noces de Marguerite de Valois, fille du roi Henri II, avec Henri de Bourbon, roi de Navarre… Cette fiancée, c’était la perle de la couronne de France, que, dans sa familière tendresse pour elle, le roi Charles IX n’appelait jamais que “ma soeur Margot”… » Censée sceller la paix entre catholiques et huguenots, l’union d’Henri et de Margot, qui ne s’aiment guère, survivra-t-elle au massacre de la Saint-Barthélemy, six jours seulement après leur mariage ? La fidélité politique de Margot ne fait pas de doute, mais voici que bientôt le comte de La Mole, son amant, est accusé de complot contre Charles IX… Parangon du roman historique, paru en feuilleton durant l’hiver 1845, porté à la scène moins de deux ans plus tard, La Reine Margot a notamment contribué à répandre la « légende noire » de Catherine de Médicis.»

Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais, prix Médicis 1966

Un autre livre lu durant mes études littéraires… Comme quoi il y a des incontournables… L’histoire d’une famille québécoise au début du XXe siècle.

«Dans un monde hostile et froid, des enfants cherchent, à l’ombre de leur grand-mère toute-puissante, à préserver coûte que coûte le feu de leur rébellion et de leur désir d’innocence.»

Les têtes rousses de Claude Lamarche – Les libraires le recommandent!

«Victime de la grande famine, Bridget Bushell est chassée de l’Irlande en 1847. À dix-neuf ans, sans avoir le temps de faire le deuil de sa mère, elle traverse l’Atlantique dans le fond d’une cale d’un bateau-cercueil. Avant d’arriver à Saint-Henri-des-Tanneries, elle rencontre l’amour, mais la maladie et la mort rôdent. Sur le même voilier, un autre Irlandais, Denis Lynch, fuit son pays, avec pour tout bagage, son enfance blessée. À force de présence attentionnée, réussira-t-il à se faire aimer de sa compatriote? En traversant la vie laborieuse de Bridget Bushell, c’est tout un pan de l’émigration irlandaise au Québec, au dix-neuvième siècle, que l’auteur évoque avec ferveur et authenticité.»

Pour lire mon billet sur ce roman, cliquez sur Les têtes rousses.

La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne

Un roman pour en apprendre davantage sur la société puritaine américaine.

«La lettre écarlate, c’est la marque au fer rouge qui désigne la femme adultère dans l’Amérique aupuritanisme obsessionnel de l’époque coloniale. Trois personnages : Hester qui vit avec une dignité admirable sa faute et sa solitude. Arthur Dimmesdale, le jeune pasteur dont les élans mystiques soulèvent à Boston l’enthousiasme des fidèles mais qui, ensorcelé par Hester, ne parvient ni à dominer ni à vivre sa sensualité. Chillingworth, le mari, qui pendant des années tourmentera en silence le pasteur jusqu’à la folie et à la mort. Le premier des grands romans américains, ce livre est la clef d’une sensibilité nationale toujours partagée entre la tentation du scandale et le démon de la culpabilité. Henry James considérait La Lettre écarlate comme le plus beau roman de la littérature américaine.»

Suite française d’Irène Némirovski

«Écrit dans le feu de l’Histoire, Suite française dépeint presque en direct l’Exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d’une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard… Peu à peu l’ennemi prend possession d’un pays inerte et apeuré. Comme tant d’autres, le village de Bussy est alors contraint d’accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l’occupant, les tensions sociales et frustrations des habitants se réveillent…Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l’âme de chaque Français pendant l’Occupation (enrichi des notes et de la correspondance d’Irène Némirovsky), Suite française ressuscite d’une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire. »

La Guerre et la Paix de Léon Tolstoï

J’ai lu aussi ce roman lorsque j’étais aux études. Un livre que je classerais comme étant un chef d’œuvre…

– Ah ! enlevez ces… enlevez donc ces… (Elle désignait les lunettes.)Pierre les enleva. Son regard n’était pas seulement étrange comme l’est d’ordinaire celui des gens qui enlèvent leurs lunettes, il était apeuré et interrogateur. Pierre voulut se pencher sur la main d’Hélène et la baiser, mais d’un mouvement rapide et brutal de la tête, elle s’empara de ses lèvres et y appuya les siennes. Le visage d’Hélène frappa désagréablement Pierre par son expression égarée.«Lisez, relisez ces pages éternelles. N’espérez pas en trouver ailleurs l’équivalent» (Alain).

Les Rois maudits de Maurice Druon de L’Académie française

«Au début du XIVe siècle s’ouvre, contre les Templiers, le plus vaste procès dont l’Histoire ait gardé le souvenir. Jacques de Molay, le grand-maître de l’Ordre, meurt sur le bûcher en lançant sa terrible malédiction contre le roi de France, le pape et les grands du royaume : Maudits, tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races !Dès lors, le malheur s’abat sur la France. Les quatre derniers Capétiens directs meurent en moins de quinze années : adultères, meurtres, procès, trahisons ébranlent la dynastie, et mènent à la guerre de Cent Ans.Cette extraordinaire saga a conquis des générations de lecteurs à travers le monde et a donné naissance à de formidables créations audiovisuelles.»

Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar

Un autre livre que j’ai lu durant mes folles études en littérature. Un magnifique roman que je recommande sans hésitation.

«S’adressant au jeune Marc Aurèle, l’empereur romain Hadrien raconte ses souvenirs, selon une chronologie et une rigueur de pensée qui lui sont propres. C’est l’occasion pour M. Yourcenar d’aborder ses thèmes de prédilection : mort, dualité du corps et de l’esprit, sacré, amour, art, temps.»

J’espère que cette liste vous aidera à choisir un livre pour le défi littéraire ! J’ai hâte de connaître le roman historique qui bercera certaines de vos soirées de mars.

Aussi, Goran, Patrice et Eva organisent le mois de l’Europe de l’Est en mars. Alors, il serait intéressant de penser à un livre pouvant marier les deux événements.

Voici mes choix :

  • La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne
  • Suite française d’Irène Némirovski

N’hésitez pas à me partager le vôtre!

Bien à vous,

Madame lit

Source : Les Libraires. http://www.leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.


Catégories: Défi littéraire 2019

29 commentaires »

  1. Le Canard de bois de Louis Caron. Lu il y a longtemps.
    Jeanne, fille du Roy de Suzanne Martel. Sujet qui m’intéresse puisque j’ai une fille du Roy dans ma lignée maternelle.
    Autant en emporte le vent de Margareth Mitchell. Jamais lu, mais visionné deux ou trois fois
    La Reine Margot d’Alexandre Dumas. En général j’ai laissé tous les Alexandre Dumas à mon frère.
    Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais, prix Médicis 1966. Essayé de lire encore et encore.
    Les têtes rousses de Claude Lamarche. Lu et même écrit! Je suis toute reconnaissante de l’avoir placé au milieu de tous les autres.
    La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Ah! celui-là, je vais regarder de plus près.
    Suite française d’Irène Némirovski. Idem pour celui-là aussi.
    Les Rois maudits de Maurice Druon de L’Académie française. Lu une fois dans la vingtaine et une autre fois entre 40 et 50. J’ai adoré.
    Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. Celui-là aussi, j’ai bien essayé. Me rappelle trop mes cours de latin que je détestais.

    Aimé par 1 personne

  2. Mon genre préféré ! Alors je note de ta liste les romans de Louis Caron, M-C Blais, Claude Lamarche et N. Hawthorne que je ne connais pas et qui m’intéressent beaucoup
    🙂 Ma liste s’allonge ! Néanmoins, je vais les lire un peu plus tard car j’ai déjà fait mon choix pour le mois de l’Europe de l’Est il y a quelques semaines. Très contente que tu y participes ! 🙂 Bonne lecture

    Aimé par 1 personne

  3. Une superbe liste!
    Guerre et paix est l’un de mes romans préférés. Lu et relu. C’est un pavé qui peut faire peur mais pourtant c’est passionnant! Je le suggère aussi fortement!
    Jeanne fille du Roy est aussi étonnant! C’est un livre assez drôle en plus j’avais trouvé à l’époque. Jeanne ne s’en laisse pas imposer 😉
    La lettre écarlate reste parmi les romans qui m’ont le plus marquée. Je l’ai lu il y a longtemps, je devrais le relire.

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis en train de défiler ma PAL et j’avoue que je n’ai que très peu de romans historiques … Mon fils a étudié l’an passé « La Princesse de Monpensier », de Madame Lafayette. Je lui ai pris le livre pour le lire, à un moment ou à un autre. J’ai pensé que c’était le bon moment, pour le défi de mars … Qu’en pensez-vous ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s