Madame lit ses suggestions de romans épistolaires

Pixabay

«Aucun genre épistolaire n’est moins difficile que la lettre d’amour : il n’y est besoin que d’amour.» Raymond Radiguet, Le Diable au corps

Chère lectrice, Cher lecteur,

En avril, le roman épistolaire est à l’honneur pour le défi 2019 de Madame lit. Missives secrètes, correspondances amoureuses, messages enflammés, la lettre revêt un caractère bien particulier car elle nous permet de recevoir une dépêche en même temps que son destinataire et par le fait même d’entrer dans l’intimité discontinue de deux êtres. J’ai toujours adoré ce genre littéraire. Pourquoi? Je pense bien que ma pulsion de voyeurisme est sollicitée à son maximum. D’ailleurs, j’ai déjà rédigé un article pour exposer mon intérêt pour le roman épistolaire. Pour le lire, vous n’avez qu’à cliquer sur Madame lit parfois des romans épistolaires.  

J’ai décidé de partager avec vous quelques titres pour vous donner envie de plonger dans un univers ou encore pour vous aider dans votre préparation. Si vous participez à ce mois, il importe de me faire parvenir le lien de votre billet dans les commentaires ou par courriel à lit.madame@gmail.com. Je vais mentionner votre participation dans mon bilan mensuel.

Sans plus tarder, voici des suggestions. J’ai cité l’extrait du site des Libraires (résumé ou premières lignes). En cliquant sur le lien du livre, vous serez redirigé sur le site. Vous pouvez, si vous le désirez, commander le livre.

Le cri de l’aurore de Hoai Huong Nguyen

«An Linh n’existe pas. On ne peut arpenter ses rizières, parcourir ses collines, sentir sa brise à l’aube et se recueillir dans ses cimetières face à l’océan. Rien de ce qui suit n’est réel. La correspondance que vous allez lire aurait pu se tenir il y a deux cents ans. Endormis depuis de longues années, Isey, Thanh et leurs compagnons se réveillent. L’un après l’autre, ils se lèvent pour entrer sur une scène imaginaire encore plongée dans la nuit. Ils s’apprêtent, revêtent des tuniques colorées, soulignent leur regard d’un trait de khôl, prennent une plume et des feuilles de papier pour jouer leur partie. Le paysage s’éclaire : ils vont ouvrir le bal… Puisse le Ciel donner vie à leurs lettres, clarté à leurs voix – et leur accorder la grâce de vous rencontrer.

Ainsi commence le nouveau livre d’Hoai Huong Nguyen, un roman épistolaire vibrant où l’amour imprègne chaque page et chaque haïku. Face à l’éloignement et à la mort, la puissance de cet amour – ici pluriel – sera la lumière qui guidera pas à pas les personnages jusqu’à leur renaissance finale.

De quelle couleur surgira la voile ?» (référence : Viviane Hamy)

Les liaisons dangereuses de Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos

Je vais toujours me rappeler de l’émotion qui m’a habitée durant cette lecture. Quelle histoire envoûtante!

«La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l’apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d’une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s’est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny. Parues en 1782, Les Liaisons dangereuses sont la seule grande oeuvre de Laclos et le succès est immédiat, mais le roman, frappé de condamnation morale, cessera d’être reédité pendant une partie du XIXe siècle. De Baudelaire à Giraudoux, de Malraux à Roger Vailland, ce sont des écrivains qui peu à peu l’imposeront comme un chef-d’oeuvre que le cinéma popularisera. Il se peut que l’impeccable maîtrise de ce roman par lettres nous soit devenue lointaine : elle n’empêche pas qu’il sollicite encore nos rêves et nos fantasmes.»

Un homme à distance de Katherine Pancol

Je garde un excellent souvenir de la correspondance entre une libraire et son client.

«L’histoire d’un amour haut comme une cathédrale, violent comme une bordée de pirates, avec des chants, des confessions, de l’encens, des abordages, des orages, des prises d’otages. Beaucoup de ferveur. Beaucoup de souffrance aussi…»

Lettre d’une inconnue de Stefan Zweig

J’ai été bouleversée par la passion de cette inconnue.

«Le jour de ses quarante et un ans, un écrivain viennois reçoit une lettre d’une femme qui l’aime passionnément depuis son adolescence et qui, sur son lit de mort, désire lui raconter cet amour qui la consume encore. Elle l’a aperçu pour la première fois seize ans plus tôt, alors qu’il emménageait dans l’appartement face au sien, où elle vivait avec sa mère. Pour la jeune fille de treize ans, ce fut un coup de foudre et le moment où sa vie commença réellement.Lettre d’une inconnue est le récit d’une des grandes passions de la littérature du XXe siècle et une des nouvelles les plus célèbres et les plus intenses de Stefan Zweig. Avec humanisme, l’auteur y dépeint l’amour absolu d’une femme pour un homme insouciant.Les trois textes de jeunesse qui suivent, «Rêves oubliés», «Deux solitudes» et «Jeunesse gâchée», essentiels à la connaissance de l’oeuvre de Zweig, contiennent déjà les thèmes de ses meilleurs récits : le rêve, la rencontre, la désillusion, le suicide. »

Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

Lorsqu’on débute la lecture de cet échange de courriels, on n’est plus capable d’arrêter. Une très belle histoire des temps modernes…

«Un des dialogues amoureux les plus enchanteurs et les plus intelligents de la littérature contemporaine. Der Spiegel. Un message anodin peut-il bouleverser votre vie ?Leo Leike reçoit par erreur un mail d’une inconnue, Emmi Rothner. Poliment, il le lui signale. Elle s’excuse et, peu à peu, un dialogue s’engage, une relation se noue. Au fil des mails, ils éprouvent l’un pour l’autre un intérêt grandissant. Leo écrit : « Vous êtes comme une deuxième voix en moi qui m’accompagne au quotidien. »Emmi admet : « Quand vous ne m’écrivez pas pendant trois jours, je ressens un manque. »Emmi est mariée, Leo se remet à grand-peine d’un chagrin d’amour. De plus en plus attirés l’un par l’autre, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre…»

Une si longue lettre de Mariama Bâ

«28 lettres que la narratrice, Ramatoulaye Fall, adresse à sa meilleure amie, Aïssatou Bâ. Décrit la condition des femmes en Afrique en abordant des sujets sensibles : la polygamie, le difficile effacement de certaines traditions, l’absence de droits pour les femmes, leur place en politique, et surtout l’éducation sexuelle due aux filles et l’affirmation de la valeur de leur corps. Écrit en 1979.»

Lettres d’amour de la religieuse portugaise de Mariana Alcoforada ou Lettres portugaises de Guilleragues

J’ai été charmée par les lettres de cette amoureuse. La religieuse portugaise nous livre ses émotions comme nul autre.

«En 1669 paraît un recueil de cinq lettres signées d’une religieuse portugaise : elle s’adresse, éperdue, à son amant infidèle, qui l’a abandonnée. Le succès est immédiat et immense – d’emblée, le livre s’impose comme un modèle de correspondance amoureuse. Pendant longtemps, cependant, la polémique fait rage : s’agit-il d’une fiction, comme le soutient Rousseau, ou de lettres authentiques ? Il aura fallu presque trois siècles pour que le texte soit rendu à son genre, le roman épistolaire, et à son véritable auteur, le poète et diplomate Guilleragues. Lamento de l’amour pur, les Lettres portugaises ont marqué et intrigué d’innombrables écrivains, de Saint-Simon à Guy Goffette, en passant par Stendhal et Rilke, qui les traduisit en allemand et en fit l’éloge suivant : « Les paroles de cette religieuse contiennent le sentiment tout entier, ce qu’il a d’exprimable et ce qui est en lui indicible. Et sa voix est pareille à celle du rossignol, laquelle n’a pas de destin. »

Pour lire ma chronique sur ce roman, cliquez sur Lettres d’amour de la religieuse portugaise.

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates d’Annie Barrows

«Tandis que Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale, Juliet Ashton, jeune écrivain, compte ses admirateurs par milliers. Parmi eux, un certain Dawsey, habitant de l’île de Guernesey, qui évoque au hasard de son courrier l’existence d’un club de lecture au nom étrange : «Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates»… Passionnée par le destin de cette île coupée du monde, Juliet entame une correspondance intime avec les membres de cette communauté. Et découvre les moyens fantaisistes grâce auxquels ces amis bibliophiles ont résisté à l’invasion et à la tragédie. Jusqu’au jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey. Pour Juliet, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…»

Une lettre de vous de Jessica Brockmole

L’histoire d’amour entre deux êtres couchée dans des missives au fil du temps.

«Mars 1912. La jeune et obscure poétesse Elspeth Dunn ne connaît d’autre horizon que celui de l’île de Skye, au large de l’Écosse. Aussi est-elle étonnée et ravie quand, pour la toute première fois, elle reçoit une lettre d’un admirateur, un étudiant américain du nom de David Graham.Tous deux entament alors une correspondance. Très vite, cet échange épistolaire donne naissance à une amitié profonde qui a tout d’un amour inavoué. Mais lorsque la Première Guerre mondiale éclate et que David se porte volontaire comme ambulancier, Elspeth ne peut que l’attendre en espérant qu’il survivra. Juillet 1940. À la suite d’un bombardement à Edimbourg, Margaret découvre dans la maison familiale du courrier adressé à une certaine Sue. Le lendemain, sa mère a disparu et le seul indice qui lui reste est une lettre d’amour. En partant à sa recherche, Margaret va lever le voile sur les mystères qui entourent sa famille…»

Pour lire ma chronique sur ce roman, cliquez sur Une lettre de vous.

Lady Susan de Jane Austen

Parce que c’est Jane Austen…

« Lady Susan, une jeune veuve, très belle et très intelligente, mais désargentée, s’installe chez sa belle-famille, au Château de Churchill. Reginald De Courcy, lui-même en visite au château, ne tarde pas à s’éprendre de cette femme irrésistible, malgré les mises en garde de son entourage.Mais que veut au juste Lady Susan? Cherche-t-elle un mari? Désire-t- elle seulement s’amuser? Légèreté, élégance, perversité, manigances : toutes les figures du jeu de la séduction et des manipulations amoureuses alternent dans les quarante-et-une lettres qui composent ce roman épistolaire virtuose. Jane Austen (1775-1817) n’avait pas vingt ans lorsqu’elle a écrit Lady Susan, un texte qui annonçait les grands livres de la plus célèbre des romancières anglaises. »

Pour lire mon billet sur ce récit, cliquez sur Lady Susan.

J’espère que cette liste vous aidera à choisir un livre pour le défi littéraire! J’ai hâte de connaître le roman épistolaire qui bercera certaines de vos soirées d’avril. Alors, les lettres sont à l’honneur!

Voici mes choix :

  • Une si longue lettre de Mariama Bâ
  • Le cri de l’aurore de Hoai Huong Nguyen

Bien à vous,

Madame lit

Source : Les libraires. https://www.leslibraires.ca/

Leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

Catégories: Défi littéraire 2019

23 commentaires »

  1. Et que je suis heureux de lire ce texte! Je me demandais quels seraient tes choix et quelles seraient les autres romans que tu retiendrais. J’avais une vieille édition de Laclos et je viens d’en acheter une avec notes et je vais lire cela en avril.
    J’ai aussi le goût de te suivre dans la lecture de Une si longue lettre.
    Que de bonheur et de plaisir à découvrir ces auteurs en espérant devenir un peu voyeur au sens où tu l’entends!…

    Aimé par 1 personne

  2. J’en ai lu et adoré quelques uns, comme Les liaisons dangereuses qui fut un immense coup de coeur étant ado ! J’ai beaucoup aimé Une lettre de vous, Un homme à distance et Le cercle littéraire… Quand souffle le vent du nord, je l’ai tellement tellement aimé, il est arrivé à un moment où j’ai moi même rencontré un homme sur internet, si bien que j’ai eu l’impression de lire mon histoire.

    Aimé par 1 personne

  3. Quelle belle liste et quelle bonne idée de nous proposer ces titres. Je n’ai lu que le Zweig, il y a longtemps, et j’avoue que je n’arrivais pas du tout à comprendre cette passion-obsession (en général j’ai du du mal avec ses personnages féminins). A défaut de pouvoir dans l’immédiat lire les deux titres que tu as retenus j’ai hâte de lire ce que tu écriras dessus et de découvrir ainsi un peu plus la littérature d’Afrique et d’Asie.

    Aimé par 1 personne

  4. Finalement mars est passé à toute vitesse et je n’ai pas eu le temps de lire le roman historique que j’avais en tête. Je n’ai pas de roman épistolaire dans ma pile immédiate…Peut-être qu’on se retrouvera en mai! 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s