Madame lit une invitation pour le 12 août 2019 autour des femmes et des polars!

Chère lectrice, Cher lecteur,

Depuis quatre ans, je participe à l’événement Le 12 août, j’achète un livre québécois! Vous avez envie d’encourager les écrivaines et les écrivains québécois? Vous cherchez des suggestions? Si cet événement vous intéresse, vous pouvez consulter la page Facebook de l’événement en cliquant sur 12 août 2019. De plus, je rédigerai un bilan en présentant l’achat de chacune ou de chacun. Donc, n’hésitez pas à me dire le titre du livre acheté.

Tout d’abord, je partage encore cette année avec vous ma liste des 10 bouquins québécois que je considère essentiels. N’hésitez pas à la consulter en cliquant sur Mes coups de cœur québécois.

De plus, la revue Les libraires a fait paraître le 14 juillet 2017 une liste de romans québécois qui font craquer les Français. Vous remarquerez que certains livres de ma liste s’y retrouvent :

D’autres bouquins de cette liste ont également été traités sur ce blogue :

Mais encore, cette année, j’ai décidé de proposer des polars québécois rédigés par des femmes! J’ai cité l’extrait du site des Libraires. Vous pouvez, si vous le désirez, commander le livre le 12 août à partir du lien de ce site.

En plein cœur de Louise Penny

Premier tome de la série des enquêtes de l’inspecteur Armand Gamache. « Three Pines, dans les Cantons-de-l’Est, est un petit coin de paradis. Un matin, durant le week-end de l’Action de grâce, Jane Neal est trouvée morte dans les bois, le coeur transpercé. Le réveil est brutal pour cette communauté tranquille, car ce qui pourrait n’être qu’un bête accident de chasse laisse perplexe Armand Gamache, l’inspecteur-chef de la Sûreté du Québec dépêché sur les lieux. Qui pourrait bien souhaiter la mort de Jane Neal, cette enseignante à la retraite, artiste à ses heures, qui a vu grandir tous les enfants du village et qui dirigeait l’association des femmes de l’église anglicane ? En détective intuitif et expérimenté, Armand Gamache se doute qu’un serpent se cache au coeur de l’éden, un être dont les zones d’ombre sont si troubles qu’il doit se résoudre au meurtre. Mais qui ? Dans la plus pure tradition des grands maîtres de la littérature policière, Louise Penny renouvelle le genre avec brio. Intelligent, subtil et d’un humour délicieux, ce roman nous entraîne dans une histoire captivante. »

Le Collectionneur de Christine Brouillette

Une enquête avec la policière Maud Graham. «Fin d’avril, émoi dans la ville de Québec. On vient de découvrir un autre cadavre. Un meurtrier rôde librement, en quête de nouvelles proies. La détective Maud Graham aurait bien apprécié mener une enquête plus simple. Car l’assassin ne commet jamais la moindre erreur: ces meurtres sont l’uvre d’un véritable professionnel, organisé et méticuleux. À première vue, toutes ces femmes mutilées semblent avoir été choisies au hasard. Mais est-ce bien le hasard qui guide le Collectionneur? Maud Graham questionne et cherche à comprendre. »

Sans rien ni personne de Marie Laberge

«Qu’y a-t-il de plus déchirant à vivre pour les proches d’une victime qu’un meurtre demeuré non résolu, la mort violente restée inexpliquée et impunie ? Trente-cinq ans après le meurtre d’une jeune Française à Montréal, le père de la victime réussit à convaincre le commissaire Durand de Paris de rouvrir l’enquête sur la mort de sa fille, Isabelle Deschamps. C’est donc un Patrice Durand déterminé à connaître le fin mot de l’affaire qui débarque à Montréal. Mais trente-cinq ans séparent les faits de l’enquête, et Vicky Barbeau, chargée du cas à la Sûreté du Québec, n’est pas follement enthousiaste à l’idée de reprendre une chasse aux témoins des plus ardues. D’autant plus que, de Saint-Pierre et Miquelon à Montréal, en passant par les Îles-de-la-Madeleine et le Bas-du-Fleuve, l’affaire se révèle beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraissait. Et le Québec, ce n’est pas la France. Mettre au jour la face cachée d’une vie, découvrir les secrets que des personnages avaient, croyait-on, emportés avec eux dans la tombe, voilà des thèmes qui parcourent toute l’oeuvre de Marie Laberge. Que l’on songe, par exemple, à Quelques Adieux ou au Poids des ombres. Mais le polar permet à la romancière de les aborder selon un angle tout neuf. D’une part, le lecteur se retrouve emporté par un suspense irrésistible. D’autre part, le travail des policiers, ce tandem parfois grinçant formé d’un français et d’une québécoise, lui permet de laisser libre cours à son humour, comme elle ne l’a jamais fait dans ses romans jusqu’à maintenant. Cela nous vaut des dialogues qui claquent et une délicieuse étude comparée des façons de faire, et de dire, en France et au Québec. Avec Sans rien ni personne, Marie Laberge nous revient au sommet de sa forme, en renouvelant sa manière, mais plus que jamais fidèle à elle-même. »

La vie comme avec toi de Geneviève Lefebvre

«Dans la paisible communauté d’Esperanza Island, en Colombie-Britannique, Angie Miller est assassinée, et son corps éventré, abandonné sur les rives du Pacifique. Angie laisse derrière elle une fille devenue adulte trop vite, un adolescent en pleine révolte et les ruines d’une vie consumée par le désordre et le mensonge. À l’autre bout du pays, Antoine Gravel reçoit la visite de son ami Martin Desmarais. L’ex-policier vient d’apprendre qu’il a un fils de quatorze ans, Jacob, né d’une brève liaison qu’il s’était empressé d’oublier. La mort brutale d’Angie oblige Desmarais à faire face à une paternité dont il ne sait que faire. Cherchant lui-même à fuir les exigences d’une nouvelle vie de famille qu’il trouve étouffante, Antoine Gravel décide de partir avec Martin Desmarais à la rencontre de ce fils inconnu. Alors que de jeunes Indiennes disparaissent dans l’indifférence générale, le meurtrier d’Angie Miller court toujours…»

Bondrée d’Andrée A. Michaud

«Été 67. Le soleil brille sur Boundary Pond, un lac frontalier rebaptisé Bondrée par Pierre Landry, un trappeur canuck dont le lointain souvenir ne sera bientôt plus que légende. Le temps est au rire et à l’insouciance. Zaza Mulligan et Sissy Morgan dansent le hula hoop sur le sable chaud, les enfants courent sur la plage et la radio grésille les succès de l’heure dans l’odeur des barbecues. On croit presque au bonheur, puis les pièges de Landry ressurgissent de la terre, et Zaza disparaît, et le ciel s’ennuage.»

Je vous lance bien humblement l’invitation à vous joindre à moi le 12 août en achetant un livre québécois. Ainsi, nous allons contribuer à faire rayonner la littérature québécoise.

Allez-vous participer? Quel livre québécois aimeriez-vous acheter?

Bien à vous,

Madame lit

Source : Les libraires

Leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

6 commentaires »

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s