Madame lit du Joséphine Bacon

Source : Benoit Rochon

« Demain peut-être est dans l’écriture, notre langue est peut-être dans l’écriture, c’est peut-être dans l’écriture qu’on restera encore vivant », Joséphine Bacon, entrevue par Anne-Marie Yvon, Espaces autochtones, Radio-Canada.

Chère lectrice, Cher lecteur,

Permettez-moi aujourd’hui de vous dresser le portrait d’une grande dame de la poésie : Joséphine Bacon. Pourquoi? Je trouve qu’on parle très peu dans la blogosphère des artistes autochtones. En ce sens, je voulais vous dire à quel point les mots de cette poétesse amérindienne québécoise, innue de Betsiamites me touchent. Sa poésie est puissante, colorée, territoriale. Elle sait comme nulle autre parler du silence, du vent, de la terre des ancêtres, de l’amour, des siens.

Qui est Joséphine Bacon?

Joséphine Bacon est née en 1947 à Pessamit, anciennement appelée Betsiamites. Elle vit à Montréal depuis 50 ans et elle exerce diverses professions : poétesse, réalisatrice de documentaires, professeure d’innu, parolière. Elle a gagné les prestigieux prix suivants :

  • « Doctorat Honoris Causa de l’Université Laval
  • Prix International Ostana – écritures en langue maternelle
  • Lauréate du Mérite du français dans la culture, 2018
  • Membre de l’Ordre des Arts et des Lettres du Québec, 2018 
  • Officière de l’Ordre de la ville de Montréal, 2018 (source : Mémoire d’encrier ) »

Elle a fait paraître les recueils suivants :

  • « Uiesh / Quelque part, Mémoire d’encrier, 2018.
  • Un thé dans la toundra / Nipishapui nete mushuat, édition bilingue innu/français, Mémoire d’encrier, 2013.
  • Nous sommes tous des sauvages, recueil écrit à quatre mains par Joséphine Bacon et José Acquelin, Mémoire d’encrier, 2011
  • Bâtons à message / Tshissinuashitakana, édition bilingue innu/français, Mémoire d’encrier, 2009 (Source : Wikipédia) »

Ce qui s’avère particulièrement intéressant dans ses recueils de poésie, c’est que Joséphine Bacon présente dans la page de gauche le poème en français, et dans la droite, en innu.

En digne héritière de la parole de ses ancêtres, elle nous livre un message essentiel, celui de la vie. 

Quelque_part

Je ne suis pas demain

Je suis aujourd’hui

Mon cœur retourne

Dans l’espace

Quand tu racontes mon histoire

Je suis la grande lune

Qui traverse le temps

Tourbillon de neige

Je m’affole

Que vivre la tradition 

Uiesh, Quelque part

En dans la page de droite, le lecteur peut lire ceci : 

Namaieu nin uapan

Nin aum kashikau

Nitei kau tshiuepanu

Tepatshimushtuini nitipatshimun

Nin aum tshukum pishim

Ka pimipanit

Memenishpun

Tshitshishkuein

Kau natetau tshiashi-innium

J’ai acheté les recueils Uiesh Quelque part et Un thé dans la toundra Nipishapui nete mushuat et je dois avouer que désormais, Joséphine Bacon fait partie de mes poétesses préférées. N’hésitez pas à la découvrir!

Au fait, la connaissiez-vous? 

Bien à vous, 

Madame lit

BACON, Joséphine. Uiesh Quelque part, Montréal, Mémoire d’encrier, 2018, 125 p. 

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les recueils de Joséphine Bacon par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

Catégories: Mes citations

10 commentaires »

  1. Merci pour cette découverte, je ne connaissais pas du tout Joséphine Bacon. Je découvre même qu’il existe une amérindienne québécoise. Je pense que je vais me laisser tenter, j’aime beaucoup l’extrait que tu nous présentes.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s