Madame lit ses recommandations de prix Goncourt

18 réflexions sur “Madame lit ses recommandations de prix Goncourt”

  1. A coups sûr, je vais poursuivre ma lecture des Goncourt. Un défi que je me suis lancé, sans me fixer de délais mais où je trouve le plaisir de découvrir ou redécouvrir des titres, des styles et des thèmes qui ont traversé le temps ou se sont peu à peu ensevelis sous la poussière de ce dernier.

    Aimé par 1 personne

  2. Une liste vraiment intéressante et beaucoup d’auteurs connus et célèbres.
    J’ai un peu le goût de reprendre Proust…
    J’ai déjà lu Les bienveillantes mais cela tente de m’y replonger.
    Quel beau choix de votre part…

    Aimé par 1 personne

  3. Demain, cette avec une certaine appréhension que je ferai une première sortie en ville, à Montréal, depuis le début de la déclaration de l’état d’urgence au mois de mars. C’est fou comment on s’est laissé intimidé par la peur de ce virus.

    Je retournerai à la Grande bibliothèque, pour aller emprunter le « Voyage au bout de la nuit » de Céline. Je sais qu’il ne fait partie de la liste des lauréats, mais il a manqué de se le mériter par deux voix en 1932, l’année qui a précédé l’attribution du prix Goncourt à Malraux, pour son « La Condition humaine ».

    Je connaissais cette œuvre de Céline depuis des lunes, mais je ne l’avais jamais lu. C’est mon étude en profondeur de Kerouac qui m’a porté à vouloir le lire. Ce dernier l’a souvent citée comme une œuvre marquante dans son cheminement d’écrivain.

    Quant à « La Condition humaine », je l’ai relu il y a une douzaine d’années. Cette deuxième lecture a été révélatrice. J’ai eu l’impression que ce n’était pas le même roman que j’avais lu une quarantaine d’années auparavant. C’était le même roman, mais la lecture du jeune homme que je devenais atour de mes 19, 20 ans, n’était pas la même que celle de l’homme qui était à la veille de se retirer du marché du travail. Il faudrait peut-être que je le relise une autre fois un de ces jours, d’ici à ce que je devienne encore plus vieux… ancien, âgé, plus sage quoi…

    Toutefois, il se pourrait que je relève votre défi et que je passe, plus tard au cours du mois, à la lecture du roman de Simone de Beauvoir, « Les Mandarins » ( après celle du roman de Céline ).

    Au plaisir de vous en faire part dans quelques semaines.

    Aimé par 1 personne

    1. Je vous souhaite de retrouver les belles rues de Montréal avec un peu de paix. Ce virus a modifié notre façon de percevoir la vie, les autres et nous-mêmes.

      Bonne lecture avec Céline. N’hésitez pas à me partager vos impressions sur ce roman ou sur «Les mandarins». Au plaisir!

      J’aime

      1. C’est le métro, plus que les rues, qui m’effarouche. Je porterai mon couvre-visage. Et je me laverai les mains aussi souvent que je le pourrai.
        C’est vrai que cette pandémie a suscité une atmosphère de frilosité, de crainte, de méfiance à l’égard de l’autre, quel qu’il soit, surtout chez les plus vieux d’entre nous. Pas très sain comme climat social.

        Aimé par 1 personne

      2. Je vous le concède. C’est terrifiant. Cette pandémie engendre toutes sortes d’émotion et la priorité est de protéger l’autre et de se protéger. Bon courage malgré tout. Comme le disait mon père, la peur paralyse. Il faut la vaincre malgré tout.

        J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s