Madame lit Année ou Le livre d’Émilie

« Je suis née au pays du vent. Un pays de hurlevents, là où les quatre saisons s’enroulent les unes sur les autres puis se mettent à claquer comme des draps à sécher avant d’aller s’éparpiller dans les hautes terres.» (p. 9)

Chère lectrice, Cher lecteur, 

J’ai décidé de lire Année ou Le livre d’Émilie de Manon Louisa Auger car cette dernière est entrée en communication avec moi par le biais de ma page Facebook, puisque j’avais mentionné sur mon blogue que j’aimais beaucoup les romans des soeurs Brontë. L’autrice m’a écrit qu’elle s’était inspirée, entre autres, des histoires des Brontë pour la rédaction de son livre. Ma curiosité a été piquée et j’ai décidé de commander le livre par le biais du site des Libraires

Que raconte Année ou Le livre d’Émilie ?

Au XIX siècle, Émilie Olivier, une jeune fille vivant avec ses parents dans une maison portant le nom des Trois-Vents située loin de tout, se promène en compagnie de son chien Peter dans les bois appartenant à son père pour passer le temps. Elle rencontre ainsi Damien, le fils du voisin. Entre les deux, une relation se développe. Toutefois, Émilie dans son enfance a vécu une relation «fusionnelle» avec son cousin Frédéric, le fils de sa tante Jeanne morte trop tôt, qui a été recueilli par ses parents. Après son mariage arrangé avec Damien, un être secret, elle part vivre au Noroît et découvre une belle-famille hantée par des démons, des fantômes. Réussira-t-elle à se tailler une place dans cet univers hostile? Fera-t-elle la paix avec son passé? Pourra-t-elle être heureuse avec Damien?

Ce que j’ai pensé

J’ai beaucoup aimé cet univers de vent, de tourment, de fantômes. J’adore les histoires mettant en scène des protagonistes torturés et habités par des démons plus grands qu’eux. Je dois dire que j’ai été servie avec ce livre tout comme je le suis avec ceux des Brontë.

«Ce qu’il y a, c’est que certaines personnes font éclater ce qu’il y a de pire en nous, tu comprends? C’est ce qui s’est produit avec moi, mais je l’aimais tout de même, parce qu’il faisait partie de moi – il était ma part obscur. » (317)

En ce sens, j’ai été contente de ce choix de lecture. De plus, j’ai apprécié toutes les citations au début des chapitres comme celles d’Emily Dickinson, d’Emily Brontë ou encore de Benjamin Constant. 

De surcroit, ces univers gothiques sont fascinants et il y en a peu en littérature québécoise. Je peux citer les romans d’Anne Hébert Les Chambres de bois ou Les Enfants du sabbat au vingtième siècle et L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé ou Les fiancés de 1812 de Joseph Doutre au dix-neuvième siècle. 

À cet égard, il s’avère intéressant de suivre l’Émilie de Manon Louisa Auger dans les bois, dans des maisons fermées, dans le cimetière. Elle puise sa force dans la terre, dans le vent, dans le froid. Elle côtoie des membres de sa belle-famille torturés, presque morts ou habités par une folie. Malgré tout, elle survit et elle tisse des liens avec ceux et celles l’entourant. 

L’écriture de Manon Louisa Léger est poétique et empreinte de non-dits. C’est ce qui me plait dans les romans. 

«Toutefois, peu à peu, nous nous sommes habitués, moi à lui, lui à moi. Si bien que je me suis à oublier ce que pouvaient être le monde et la vie sans sa présence, si bien qu’il devint comme un prolongement de ma propre sauvagerie et que je crus que nous n’avions qu’une seule et même âme. 

Ensemble, nous pouvions parcourir les vallées et les monts afin de défier Satan et ses légions. » (p. 120)

Alors, si vous aimez comme moi la littérature gothique britannique, vous allez apprécier aussi ce roman québécois. Année ou Le livre d’Émilie est un récit brillant entraînant le lecteur dans un univers particulier où s’affrontent le bien et le mal. C’est beau, c’est fort, comme le vent du Nord. Émilie est attachante et il est bien triste de la laisser partir après avoir terminé son histoire. 

Aimez-vous les récits gothiques? Que pensez-vous de ma lecture? 

Bien à vous, 

Madame lit

Léger, Manon Louisa (2019). Année ou le livre d’Émilie. Montréal : Leméac, 397 p. 

ISBN 978-2-7609-4822-8

logo_leslibraires

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Année ou Le livre d’Émilie via Les Libraires grâce à un lien sécurisé.

9 commentaires »

  1. C’est exactement le genre de roman que j’adore ! Je vais essayer de me le procurer, mais il a l’air difficile à trouver en France, dommage. Je vais voir en librairie si je peux le commander. Merci pour la découverte 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s