Madame lit du Hélène Dorion

Chère lectrice, Cher lecteur,

Dans Le temps du paysage, Hélène Dorion aborde la mort de son père alors qu’elle se retrouve sur un autre continent. Elle puise dans cet appel de l’autre côté de l’Atlantique des images pour aborder la perte d’un être cher. À cet égard, elle traite de ce deuil qui malheureusement va l’habiter, l’accompagner et ce dernier va lui permettre de coucher sur le papier de merveilleux vers… Quand la mort rencontre la beauté. J’avais le goût de partager avec vous aujourd’hui, un extrait de ce recueil poétique.

Cette citation me fait penser à mon père, me renvoie à sa mort, à ce deuil, à cette cicatrice qui ne sera jamais guérie. Il est des jours où parfois, les marées symbolisent le mouvement de notre intériorité. Je voudrais que se profile au loin le monde que mon père m’aurait dessiné.

Si vous n’avez rien lu d’Hélène Dorion, je vous encourage vivement à découvrir sa plume. Pour lire mon article sur un de ses livres, cliquez sur Pas même le bruit d’un fleuve.

Bien à vous,

Madame lit

6 commentaires »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s