Madame lit des lettres

Chère lectrice, Cher lecteur, Je viens de terminer Du fond de mon cœur; lettres à ses nièces de Jane Austen. J’ai dévoré les lettres de mon écrivaine britannique préférée. Aurait-il pu en être autrement? Il ne reste que très peu de missives de cette dernière. Alors, pour moi, c’est comme si je tenais entre mes mains un véritable trésor littéraire… […]

Lire la suite →

Madame lit le Journal d’un étudiant en histoire de l’art

Chère lectrice, Cher lecteur, Que pensez-vous d’un père de 3 enfants, psychanalyste, qui décide d’écrire son journal afin de devenir un meilleur homme grâce à l’art, la culture et la littérature? Par le biais de son journal qui se déroule de novembre 2008 à l’été 2011, le narrateur (Moutier) nous parle, entre autres,  de sa mononucléose, de ses infidélités, de sa solitude, des escargots de sa fille, de la grippe A (H1N1), de ses professeurs à l’UQAM (Université du Québec à Montréal). Grâce à cet écrit, Moutier communique avec brio ce qui le stimule, l’art. L’art et ce journal deviennent son repaire, son refuge lui, étudiant de 37 ans, boulimique de connaissances, en pleine crise existentielle. Nous l’accompagnons dans ses belles lectures imposées par ses professeurs, nous sommes également partie prenante des dissertations qu’il rédige pour ses cours, nous le suivons dans ses visites des différents musées en Europe ou à Montréal et nous avons accès à ses commentaires, ses critiques des œuvres d’art.  La rédaction de ce journal permet à l’écrivain narrateur de décrocher un diplôme en histoire de l’art. Le ton de Moutier s’avère sérieux, ironique, drôle et parfois mélancolique. En premier lieu, j’ai particulièrement aimé cette prise de conscience de Moutier par rapport à sa vie, sa crise, sa quête existentielle, sa difficulté de vivre. J’ai trente-sept ans. Je tente une sorte de retour aux études, parce que la vie telle qu’elle est ne me stimule plus […]

Lire la suite →

Madame lit sa présentation de Neige

Chère lectrice, Cher lecteur, Comme je viens d’aborder une rêverie de la neige dans la littérature québécoise, laissez-moi aujourd’hui vous présenter un livre magnifique que j’ai reçu l’an dernier en guise de cadeau de convalescence de la part de mes collègues : Neige : l’oiseau dans l’hiver québécois publié aux Éditions Du Sommet. Les textes sont de France et André Dion et  […]

Lire la suite →

Madame lit un journal… lequel?

Chère lectrice, Cher lecteur, J’ai l’immense plaisir de vous présenter ma lecture du moment : Journal d’un étudiant en histoire de l’art de Maxime Olivier Moutier. Ce livre se retrouvait dans ma PAL (pile de livres à lire) depuis un certain temps. J’attendais d’y avoir accès par le biais de ma bibliothèque municipale. Je le débute aujourd’hui. Je suis très excitée! En ce sens, ce récit se veut une ode à l’art qui peut changer la vie de quelqu’un de blessé, de désespéré à cause de diverses raisons (éclatement du couple, infidélité, violence, problème de santé, etc.). D’ailleurs, l’écrivain, dans une entrevue qu’il accordait à Mario Cloutier du journal La Presse, disait ceci : L’art, croit-il, peut représenter une solution. Il est tout aussi essentiel au narrateur du Journal qu’à son auteur. Mais il n’est pas nécessairement facile d’approche. Apprendre est une construction, un travail. À un moment donné, ce n’est plus difficile d’apprendre. Ça devient un plaisir. J’aime ça lire des trucs pas parce que je suis un intellectuel, mais parce que j’aime apprendre. Lacan disait que l’ignorance est une passion. Les humains ne veulent pas apprendre. Ils veulent rester ignorants. Qu’est-ce que ça change de lire un livre? Ils disent qu’ils savent ce qu’ils ont à savoir, qu’ils sont allés à l’école de la vie et ils ont un jugement sur tout. Mais tu peux, aussi, choisir de savoir plus de choses. Je crois que cet écrivain et moi allons bien nous entendre… Dans […]

Lire la suite →

Madame lit son billet concernant Treize verbes pour vivre

Chère lectrice, Cher lecteur, Marie Laberge, grande dame de la littérature québécoise, offre à son lectorat un premier essai: Treize verbes pour vivre. Pourquoi un essai? Comme elle le mentionne dans l’avant-propos :     J’ai alors voulu établir une liste de verbes fondamentaux-à mes yeux- dont je décrirais la portée dans ma vie (p. 11). Ainsi, Marie Laberge nous présente le sens de treize verbes pour réfléchir à celui qui les sous-tend : vivre. Le lecteur voit défiler au fil des pages les termes jouir, croire, exprimer, respecter, douter, apprendre, quitter, assumer, espérer, pardonner, vieillir, aimer, mourir afin d’explorer  le sens de la vie. Pour ce faire, l’écrivaine suggère une définition générale de ces derniers autour de faits historiques, sociologiques, politiques et une plus personnelle, car elle nous parle de l’impact de ces verbes dans sa vie. Elle nous raconte des anecdotes afin de nous donner accès un petit peu à son vécu. Ces dernières sont parfois drôles, tristes ou émouvantes. Par exemple, elle aborde la mort de son père qui, à la toute fin, lui a fait un beau cadeau de vie. J’ai bien aimé cet essai puisque je me sens touchée par le verbe vivre. Selon l’écrivaine : À mes yeux, il est le plus grand, le plus beau et le plus exigeant, et à ce titre il englobe tous les verbes dont je parle (p. 15). Prenons-nous réellement le temps de réfléchir à la portée de ce verbe et à […]

Lire la suite →