Madame lit ru de Kim Thŭy

  Chère lectrice, Cher lecteur, Entrer dans l’univers de ru, c’est se balader dans les rues du Vietnam et dans celles du Québec. Il y a deux univers et une narratrice attachée à un territoire, puis à un autre. Entre les deux espaces, le personnage principal parle de sa famille composée, entre autres, d’un fils autiste.  Ainsi, c’est l’histoire d’une réfugiée vietnamienne venue trouver avec les siens, lorsqu’elle était encore une enfant, un vent de liberté en sol québécois. Elle fait partie de ceux qu’on appelle les boat people. Elle a quitté un enfer pour se retrouver dans un paradis blanc. Elle revisite ses fantômes à travers de courts chapitres pour les ramener à la vie, pour faire comprendre qui elle est. Pour ce faire, elle se remémore les odeurs de sa terre natale, son internement dans un camp de réfugiés en Malaisie. Elle décrit son arrivée à Grandby (ville québécoise) et le froid de l’hiver… Elle évoque aussi les gens qui l’ont accompagnée ou encore marquée durant son parcours. C’est son exil, c’est son déracinement, c’est la fuite au nom de la survie dont il est question… Le talent de conteuse de Kim Thŭy s’avère indéniable. Je me suis laissé bercer par sa plume. J’ai adoré cette lecture pour son côté intimiste, féminin où le souvenir détient une place capitale. Les chapitres se suivent et ils font appel au recueillement, au comique, au tragique un peu comme la vie… […]

Lire la suite →

Madame lit Toutes les fois où je ne suis pas morte

Quand tout tombe, les mondes et les bombes, quel refuge reste-t-il à part l’amour? Chère lectrice, Cher lecteur, Geneviève Lefebvre propose avec Toutes les fois où je ne suis pas morte un récit poignant, touchant, marqué par la terreur, l’amour, la famille, le terrorisme, l’amitié, les douleurs, la peur, etc. Catherine, écrivaine canadienne, se retrouve à Bruxelles au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Elle va rejoindre un journaliste de guerre, son ami, Matt Lewis, pour vivre avec lui une semaine torride, où les deux tourtereaux n’auront rien d’autre à faire qu’à s’aimer. Toutefois, lorsque tout éclate autour de soi, en soi, lorsque le monde est à l’envers, est-il trop tard pour aimer? Pour écrire ce roman, Geneviève Lefebvre s’est inspirée de son vécu. Elle était à Bruxelles après les terribles attentats qui ont secoué l’Europe. Comme elle le mentionne dans une entrevue : J’ai eu une vie qui s’est déroulée avant que j’écrive ça. J’étais à Bruxelles pendant les attentats de Paris et il y a eu une arrestation devant mes yeux d’un jeune arabe. Je ne saurai jamais pour quel motif. Tout d’un coup, il y a eu l’armée, les mitraillettes, les chiens. Tout le monde qui était dans le café s’est arrêté. Exactement comme la scène qu’il y a dans le livre. C’est devenu extrêmement silencieux. On se disait qu’il y avait une bombe, qu’elle allait sauter et qu’on allait tous être morts. Des bombes, […]

Lire la suite →

Madame lit Ici, ailleurs de Matthieu Simard

Chère lectrice, Cher lecteur, Il s’avère bien difficile de parler de cette histoire sans trop dévoiler l’intrigue… Cette dernière se construit, telle une toile d’araignée. Tout est tissé afin de présenter au lecteur une toile unique, aux couleurs particulières, suspendue dans le temps où un couple est piégé… Matthieu Simard, auteur québécois, avec Ici, ailleurs met en scène Marie et Simon. Ces derniers sont en deuil de leur unique enfant. Pour vivre leur peine et tenter de se reconstruire ailleurs, ils vont s’établir dans un village qui habite des êtres marqués aussi par des drames depuis qu’une antenne y a été implantée. Les gens du village n’aiment pas les inconnus et ils tentent de repousser les amoureux qui n’en ont que faire.  Ainsi, Marie et Simon rencontrent une famille parfaite, les Lavoie, le garagiste Fisher, la serveuse Madeleine, la sourde-muette Alice. Réussiront-ils à faire la paix avec la mort? Trouveront-ils un réconfort auprès des gens autour d’eux? S’aimeront-ils assez pour traverser cette terrible épreuve? J’ai tout adoré dans cette histoire (les personnages bizarres gravitant autour du couple, l’écriture poétique et ficelée de l’auteur, les drames présentés, la structure narrative à deux voix). Au fil des pages, le lecteur a accès au point de vue de Marie et à celui de Simon. Cette façon de faire entraîne le lecteur à la fois dans une dualité (je-tu) et une unicité (nous), celle du couple. Car ces deux êtres se connaissent bien jusqu’à […]

Lire la suite →