Aller au contenu principal

Madame lit Le parfum de la tubéreuse d’Élise Turcotte

Chère lectrice, Cher lecteur, Je voulais lire Le parfum de la tubéreuse d’Élise Turcotte publié en 2015 par Alto depuis un petit bout de temps. Pourquoi? Je savais que ce livre avait comme personnage principal une professeure de littérature au collégial et qu’il pourrait y avoir des points communs entre cette dernière et moi. Tout d’abord, que raconte ce récit? Irène, professeure de littérature, perd la vie et se retrouve du jour au lendemain à enseigner à des étudiants fantomatiques dans un bunker orangé. Elle a pu quitter le monde des vivants en apportant qu’un seul livre Dialogues en paradis (Gallimard, 1991), de l’auteure chinoise Can Xue.  Ce recueil de nouvelles lui avait été offert par son amoureux et pour elle, il représente une façon de plonger dans la connaissance et la reconnaissance dans cet enfer… J’ai été amoureuse moi aussi. Ce n’est pas la mort qui m’a enlevé tout ce que j’ai eu, c’est la vie. Il me reste Can Xue, cette auteure au nom de plume inespéré : dernière trace de neige. C’est par elle que je sens le monde  tournoyer et redevenir rêve. On a cru me priver de nourriture en ne me donnant droit qu’à un seul livre. Mais mon emprisonnement ici me permet d’en approfondir la connaissance. Une reconnaissance, devrais-je dire. On ne peut pas m’empêcher de me transformer. (p.9). En parallèle à cette vie dans l’au-delà, le lecteur a accès à l’histoire d’Irène de son […]

Lire la suite →

Madame lit une pensée pour Leonard Cohen

Chère lectrice, Cher lecteur, L’Amérique vit des moments très difficiles cette semaine… Nos réveils sont pénibles…  Après l’élection de Trump qui ne cesse de me hanter, de m’effrayer, de me désoler, voici que notre bel oiseau, notre poète québécois, s’est éteint… Je suis sans mots… Sa voix résonne dans mon cœur, dans ma tête, dans mon âme… Sa voix qui réussit à chasser la laideur du monde, à éclairer les ténèbres envahissant notre humanité, à me faire frissonner l’espace d’un mumure… Dance me to your beauty with a burning violin Dance me through the panic ’til I’m gathered safely in Lift me like an olive branch and be my homeward dove Dance me to the end of love ― Leonard Cohen Alors, je dis à mon bel oiseau que je le remercie pour tant de beauté, de grâce et de profondeur… Like a bird on the wire, like a drunk in a midnight choir I have tried in my way to be free. –Leonard Cohen Mon drapeau est en berne… je regarde le ciel et je l’écoute dans tous les silences de mes temps… toujours… Bien à vous, Madame lit  

Lire la suite →

Madame lit son bilan d’octobre 2016!

Chère lectrice, Cher lecteur, Octobre avec sa beauté, ses odeurs, ses vents, nous quitte déjà… Et oui, un mois rempli de surprises, de tâches professionnelles, de découvertes… J’ai été surtout habitée par le sentiment de la performance en octobre… Il me faut performer pour être en mesure de remettre les corrections à temps aux étudiants, performer en ce qui concerne l’entretien […]

Lire la suite →