Aller au contenu principal

Madame lit Jane, le renard & moi

Chère lectrice, Cher lecteur, Hélène est une enfant des années 80, de Montréal,  sur le point d’entrer dans l’adolescence. Elle a perdu ses copines Geneviève, Sarah, Anne-Julie et Chloé.  Ses anciennes amies deviennent ses pires ennemies. Elles l’intimident et elles la harcèlent à l’oral et à l’écrit. Hélène retrouve des graffitis sur les murs de l’école mentionnant : «Hélène pèse deux […]

Lire la suite →

Madame lit les lettres d’une religieuse

Chère lectrice, Cher lecteur, Depuis très longtemps, je voulais lire les Lettres d’amour de la religieuse portugaise. Mariana Alcoforada (1640-1723), religieuse résidant au monastère de Beja, signe 5 lettres d’amour. Elle écrit avec toute la passion amoureuse dont elle est capable à un jeune officier français qui l’a abandonnée après l’avoir séduite. Dès la première missive, Mariana clame : Mais il […]

Lire la suite →

Madame lit La Voie lactée

Chère lectrice, Cher lecteur, J’ai choisi de lire La Voie lactée de Louise Dupré pour mon défi littéraire 2016 organisé par Le fil rouge. En février, il fallait opter pour un roman d’amour québécois. Ainsi, ce récit met en scène Anne Martin, Montréalaise, architecte, au début de la quarantaine. Cette dernière rencontre Alessandro Moretti, archéologue, veuf au début de la soixantaine, lors d’un colloque à Tunis. Ils tombent amoureux. Ce n’est pas d’un amour de vacances dont il est question dans cette histoire, ni d’une aventure d’un soir. C’est l’Amour avec un grand A. Celui qui bouscule le quotidien, celui qui donne des ailes, celui qui permet de s’ouvrir à un ailleurs pour trouver un sens à sa vie. Anne a choisi le métier d’architecte pour être en contrôle,  pour tout calculer, pour bâtir sur du solide. Sa rencontre avec Alessandro l’amène à se positionner dans sa quête du bonheur et elle prend le risque de l’amour. En pleine crise de la quarantaine, Anne avant d’aller s’établir à Rome auprès de l’homme qu’elle aime, devra chasser la colère qui l’habite par rapport à son père, accepter de connaître son demi-frère, enterrer ses morts… Ce que j’aime d’Anne, c’est sa vulnérabilité. L’auteur amène le lecteur dans des sphères très intimes du personnage à travers la description de ses sentiments. L’épreuve du corps. J’ai peur moi aussi Alessandro. Chaque première fois. Une ancienne terreur, sourde, qui monte du fond du ventre, chaque fois l’angoisse devant un exploit trop grand […]

Lire la suite →