Aller au contenu principal

11 février 2016, Madame lit quoi?

Chère lectrice, Cher lecteur, Je dois choisir un roman d’amour québécois pour poursuivre mon défi littéraire 2016 organisé par le fil rouge. Ainsi, j’opte pour La Voie lactée de Louise Dupré. Qui est Louise Dupré? Pour vous parler de cette écrivaine québécoise, il importe de mentionner qu’elle détient un doctorat en lettres de l’Université de Montréal. De plus, elle est membre de l’Académie des lettres du Québec et aussi de la Société Royale du Canada. Elle a reçu de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Pour La Voie lactée, elle a été finaliste pour le prix France-Québec/Jean-Hamelin 2001 et elle a été finaliste au prix France-Québec Philippe Rossillon 2002. J’ai débuté ma lecture hier et je dois admettre que je suis sous le charme de la plume de l’écrivaine. D’ailleurs, Louise Dupré s’est aussi fait connaître en tant que poète. Elle sait créer un univers intime et plonger dans les sentiments de ses personnages. C’est profond, c’est beau, c’est poétique. Gilles Marcotte, critique littéraire bien connu du milieu québécois, a dit de ce roman : On éprouve, en entrant dans cette prose tranquille, harmonieuse, une sorte de bien-être, et peut-être même comme un état de grâce. Je suis vraiment heureuse de vous partager le titre de ma lecture du moment. J’ai hâte de vous en parler davantage lorsque le livre sera terminé. Je tiens aussi à vous signaler que je lis ce livre en même temps qu’un ami en France. Nous […]

Lire la suite →

Madame lit Pomme S

Chère lectrice, Cher lecteur, Dans ce dernier tome de la trilogie 1984, Éric Plamondon aborde l’histoire de Steve Jobs par le biais de son narrateur, Gabriel Rivages. Rivages emprunte donc le chemin de la Californie pour se retrouver à Silicon Valley. Ainsi, il brosse le portait d’une année : 1984. Cette dernière évoque, entre autres,  dans l’imaginaire collectif la célèbre et inoubliable publicité d’Apple dévoilée lors du Super Bowl faisant écho au roman d’Orwell. C’est le début du mythe Jobs, cet autre fils d’immigrant. Alors que les deux autres romans étaient consacrés aux figures maternelle et paternelle, dans celui-ci, c’est celle du fils dont il est question. Rivages parle de sa paternité, de son fils, et il traite aussi de celle de Jobs. Car pour Rivages, Jobs, c’est aussi le père de Lisa et du Macintosh. Jobs est celui qui accouche à la suite de nombreux penseurs, de l’ordinateur. À cet égard, ce livre relève les pensées des visionnaires ayant donné naissance à l’ordinateur comme celles du mathématicien Charles Babbage, celles de l’informaticien Alan Turing, et plus particulièrement, celles de Steve Jobs. Mais encore, dans le premier tome, Rivages cherche un sens à la quête du bonheur. Dans ce dernier tome, il découvre que cette recherche est rattachée à l’art de raconter. Jobs incarne à la perfection cette réussite. Jobs savait raconter la vie. Il a compris que pour vendre un produit, il faut être capable de raconter une histoire. J’ai encore […]

Lire la suite →

Madame lit une page de sa vie!

Chère lectrice, Cher lecteur, Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager un petit moment bien spécial dans ma vie de lectrice. En février 2011,  j’ai lu le roman de Katherine Pancol Et monter lentement dans un immense amour. J’ai beaucoup aimé ce récit. De surcroît, je trouvais le titre sublime. Je me suis permise d’aller visiter le site Web de l’écrivaine […]

Lire la suite →

Madame lit Mayonnaise

Chère lectrice, Cher lecteur, Alors que le premier tome de la trilogie 1984 d’Éric Plamondon aborde la vie de Johnny Weissmuller dans Hongrie-Hollywood Express, le second, Mayonnaise, évoque la fascination de Gabriel Rivages, le narrateur, pour Richard Brautigan. Rivages part sur les traces de son écrivain fétiche pour explorer son univers afin de mieux le comprendre. Qui est Richard Brautigan? Richard Brautigan est né en 1935 et il a grandi en Oregon.  Il s’établit à San Francisco où il devient un écrivain célèbre. Son roman le plus populaire La pêche à la truite en Amérique est publié à la fin des années soixante. Brautigan est considéré comme étant le «dernier des beatniks». Dans ce récit, le lecteur est plongé dans l’Amérique de Kerouac, des Beatles, de Janis Joplin, des hippies.  En ce sens, le narrateur décrit le bouillonnement culturel dans lequel vivaient les artistes de l’époque. C’est également une période associée à la drogue et à l’alcool. Pourquoi le récit porte-t-il ce nom? Grâce à Rivages, nous apprenons que le dernier mot de La pêche à la truite en Amérique est mayonnaise. Le narrateur se sert du terme pour créer une métaphore. La vie peut être comparée à une mayonnaise. On la réussit ou pas. Le lecteur est entraîné dans un questionnement existentiel, car il importe de mentionner que Brautigan s’est enlevé la vie en 1984, dans sa demeure de Bolinas, à l’âge de 49 ans en se tirant une balle dans la tête. […]

Lire la suite →

Madame lit son bilan de janvier et plus!

Chère lectrice, Cher lecteur, Janvier aura été un mois centré sur l’espoir. Espoir de réaliser mon premier défi littéraire, espoir de recevoir des lettres, espoir de partir en voyage en Italie, espoir d’être capable d’enseigner un nouveau cours, espoir de motiver mes étudiantes et mes étudiants par rapport à leur blogue, espoir… Aussi, j’ai bien amorcé cette année en lisant […]

Lire la suite →