Aller au contenu principal

Madame lit Les têtes rousses

Chère lectrice, Cher lecteur, Les têtes rousses de Claude Lamarche présente l’histoire de Bridget Bushell obligée de quitter sa terre natale, l’Irlande, en 1847, car elle est affligée par la grande famine qui décime son pays. En compagnie de son frère Patrick et de sa sœur Mary, elle embarque sur un bateau pour traverser l’Atlantique. Sur ce dernier, la jeune fille est confrontée à la maladie et à la mort. Elle découvre également l’amour et son frère se noue d’amitié avec Denis Lynch, un Irlandais. Arrivés à Montréal, les Irlandais s’établissent dans le quartier pauvre de la ville, Saint-Henri. Chacun des membres de la famille Bushell tentera du mieux qu’il peut de s’adapter et de survivre dans cette Amérique au climat si différent. J’ai beaucoup aimé la première partie du roman de Claude Lamarche. J’ai apprécié comprendre à quel point la vie était difficile à cette époque en Irlande et pourquoi les Irlandais embarquaient sur des bateaux pour venir se réfugier en Nouvelle-France. D’ailleurs, des faits exprimés dans ce roman ont été basés sur des documents rédigés par la grand-tante maternelle de l’écrivaine pour raconter l’histoire de sa famille. Aussi, l’incipit du roman donne envie de poursuivre la lecture en raison du vocabulaire employé pour décrire l’Irlande…  L’IRLANDE, pays de lacs et de rivières, de montagnes et de falaises. Pays où le vert dominait en été, où la froidure apportait rarement la neige, mais souvent des giboulées glaciales, où les […]

Lire la suite →

Madame lit Loin de la foule déchaînée

Chère lectrice, Cher lecteur, Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy, classique de la littérature britannique publié en 1874, raconte l’histoire de Bathsheba Everdene, jeune femme indépendante d’une grande beauté et de Gabriel Oak, un fermier, éleveur de moutons dans l’Angleterre rurale. Bathsheba  hérite au début du récit de la ferme de son oncle et elle décide de s’occuper de la gestion de sa propriété en n’embauchant pas d’intendant. Gabriel, ayant perdu son bien et son troupeau de moutons en raison d’un chien mal dressé, se retrouve par hasard à venir en aide à son ancienne soupirante lorsqu’un incendie se déclenche. Après le fâcheux événement, Bathsheba offre un emploi de berger à cet ancien amoureux qui, au fil du temps, lui devient indispensable. Deux autres soupirants, un fermier et un sergent, courtiseront la belle fermière et tenteront de lui ravir son cœur et de l’épouser. Qui la jeune dame choisira-t-elle comme époux? Écoutera-t-elle son cœur ou sa raison? Ce roman affiche des forces et des faiblesses. D’une part, les aspects positifs de ce roman sont certainement les valeurs associées à chaque personnage. Hardy a réussi à créer des figures discursives très typées et tout au long de l’histoire, le lecteur est amené à apprécier leurs qualités ou à détester leurs défauts. Par exemple, Hardy permet à l’instance lectrice de constater le changement de perception de Bathsheba par rapport à l’amour. Le narrateur mentionne au début : L’action avait été commise […]

Lire la suite →

Madame lit un extrait d’été

Chère lectrice, Cher lecteur, Permettez-moi de partager avec vous un extrait tiré de Cet été qui chantait de Gabrielle Roy. C’est probablement le bouquin qui me parle le plus de l’été… L’endroit est feuillu, ombreux : une mince clairière entre des aulnes serrés et quelques bouleaux dont l’écorce blanche agrémente ce bois un peu trop sombre. Sur une pierre à surface […]

Lire la suite →