Aller au contenu principal

Madame lit sa chronique d’un roman de Jane Austen

Bonjour chère lectrice ou cher lecteur, je viens de terminer Lady Susan de Jane Austen. C’est un court récit tournant autour de Lady Susan, veuve de 35 ans, qui séjourne chez son beau-frère, M. Vernon, un riche banquier. Elle est sans-le-sou et désire marier sa fille de 16 ans Frederica à un sot. Toutefois, la jeune fille refuse de se soumettre à l’autorité maternelle. Elle bénéficiera de l’appui de son oncle et de sa tante ainsi que d’un soupirant de sa mère, le jeune Reginald, frère de Mme Vernon. Le lecteur se rend rapidement compte que Lady Susan s’avère méchante, manipulatrice et calculatrice. Mais encore, dans ce livre, Jane Austen met en opposition la méchanceté de Lady Susan à la sagesse de Mme Vernon. Il y a une sorte de lutte de pouvoir qui s’installe entre les deux héroïnes et le lecteur devient le témoin de cette dernière par le biais des lettres qu’elles rédigent à divers personnages. En tant que passionnée de l’univers de Jane Austen, je dois dire que j’ai bien apprécié cet échange de lettres. Je ne peux encore une fois qu’admirer la façon dont la célèbre écrivaine britannique nous présente ses personnages et sa manière de nous les faire aimer ou détester. Lady Susan est habitée par un esprit de vengeance, à la manière de Wickham dans Orgueil et préjugés. Voici un extrait d’une lettre de Lady Susan pour vous le démontrer :  En ce moment, mes pensées vont […]

Lire la suite →

Pourquoi Madame lit-elle des romans de Jane Austen?

Chère lectrice, Cher lecteur, Nous avons tous nos raisons pour aimer une écrivaine ou un écrivain. Nous apprécions son style d’écriture, son imaginaire, ses descriptions, ses personnages. D’ailleurs, Godelieve De Koninck disait dans son article «Mais pourquoi donc faut-il lire?» : «La réponse ne sera pas univoque, mais elle pourrait ressembler à ceci : nous ne lisons pas seulement pour nous […]

Lire la suite →

Madame lit sa chronique de L’orangeraie

Que dire d’un petit roman avec des thèmes gros comme l’univers? L’orangeraie de Larry Tremblay traite de sujets d’actualité. Il n’y a pas une semaine sans que nous entendions parler qu’un attentat suicide s’est déroulé emportant avec lui des enfants, des femmes, des hommes, au nom d’une idéologie, d’une religion ou d’un point de vue. Ainsi, Larry Tremblay signe un roman où cohabitent le bien et le mal, la folie des uns et la sagesse des autres. Vivant dans un petit paradis, l’orangeraie familiale, les jumeaux Amed et Azid, âgés seulement de neuf ans, sont un jour perturbés par un attentat qui décime la maison de leurs grands-parents, les tuant sur le coup. Leur père récupère les débris des corps et les enterre aux pieds des orangers. Un homme puissant vient, parle au père et ce dernier devra choisir le fils qui ira se faire exploser pour venger le crime. La mère s’oppose, mais quel pouvoir a-t-elle dans ce monde où la femme n’a aucun droit? Ce livre est bouleversant. C’est un véritable coup de poing en plein cœur que reçoit le lecteur occidental. Je suis encore à l’envers….Qu’aurions-nous fait si nous avions grandi dans ce lointain Moyen-Orient dans une culture où la spiritualité s’avère reliée à une haine qui remonte à la nuit des temps au point où l’on sacrifie des enfants et on en fait des martyrs? Les hommes parlent au nom de Dieu, interprètent les signes en fonction de leur […]

Lire la suite →