Aller au contenu principal

Madame lit son bilan de novembre

Chère lectrice, cher lecteur, Comment décrire ce mois de novembre? Ce dernier aura été marqué par des événements terrifiants dont il est difficile de se remettre en tant qu’humanité… Sur une note plus personnelle, j’ai sorti mon manteau d’hiver pour accompagner ma chienne lors de nos marches,  j’ai retrouvé mes bas de laine avec plaisir, j’ai revu la danse du feu dans mon foyer….et j’ai […]

Lire la suite →

Madame lit son billet du roman de l’Amour

Chère lectrice, cher lecteur, Beaucoup de littéraires ont analysé Belle du Seigneur. Pour certains, ce roman serait un livre sur l’échec de l’amour, pour d’autres, ce dernier serait «le chef-d’œuvre de la littérature amoureuse». Pour ma part, je dois vous dire d’emblée que Belle du Seigneur n’est pas un roman d’amour, mais il m’apparaît comme étant le roman de l’Amour, même s’il est empreint de paradoxes, de dualités (désir-répulsion ou encore passion-ennui). Je vais tenter de vous en parler, car je dois admettre que c’est presque un sacrilège pour moi de traiter d’un roman si beau, si magnifique, car j’ai peur de l’abîmer par mes propos. Grâce à ma lecture de Belle du Seigneur, j’ai découvert ma cathédrale littéraire de l’Amour… Pour vous entretenir de ce livre, je vais aborder brièvement l’écriture sublime de Cohen et l’amour qui est le thème central de ce récit à travers le couple Solal-Ariane. Résumé du roman Le roman débute le 1ermai 1935. Solal déclare alors à Ariane son amour. Cette dernière le rejette, car elle a peur de lui. Ensuite, Solal fera tout pour la conquérir et il réussit. Solal, Juif, séducteur, riche, fils d’un rabbin, assume les fonctions de sous-secrétaire général pour la Société des Nations. D’ailleurs, il est le responsable hiérarchique de l’époux d’Ariane. Ariane d’Auble est l’épouse d’Adrien Deume. Ariane est issue d’une famille noble de Genève et très jeune, elle perd ses parents et elle sera élevée par sa […]

Lire la suite →

Madame lit une citation de Marie Laberge

Chère lectrice, cher lecteur, En ce dimanche, je partage avec vous une citation que j’adore tirée de Quelques Adieux. J’ai d’ailleurs eu l’immense plaisir de la réciter à Marie Laberge   (n’hésitez pas à cliquer sur le lien pour connaître le travail de cette grande dame de la littérature québécoise). Un heureux souvenir littéraire… L’amour est comme un cancer, un chancre, […]

Lire la suite →