Madame lit Chercher Sam

Chère lectrice, Cher lecteur, Mathieu erre dans Montréal en compagnie de sa chienne de race pitbull Sam. Il est sans domicile, donc c’est un jeune de la rue. Un jour, il perd sa chienne. Confronté à la disparition de son animal, il va tenter de la retrouver par tous les moyens.  Il occupe pour quelque temps l’appartement d’une connaissance qui n’est pas là et il côtoie Gabrielle, la cousine du gars qui lui prête son logis. Mathieu, dans sa quête pour retrouver son animal, voit ressurgir les démons de son passé… J’ai beaucoup apprécié cette lecture… D’abord, j’ai une chienne depuis 9 ans. Je connais l’angoisse de la perte car j’ai été confrontée à sa disparition à quelques reprises… C’est un sentiment épouvantable, terrible, c’est comme si le sol disparaissait sous nos pieds et que nous n’étions plus capables de penser tant l’angoisse s’avère grande… À cet égard, l’écrivaine réussit merveilleusement bien à véhiculer l’émotion habitant la séparation soudaine avec son animal… Je me dirige vers le banc où j’avais attaché Sam et je me prends un coup en pleine poitrine. La nausée arrive drette après ça : elle est plus là. Guy me parle, mais j’entends juste un bourdonnement. Elle est pas à droite, elle est pas à gauche, elle est pas de l’autre bord de la rue à gosser l’autre chien parké avant du Première moisson, Sam est pas nulle part. Tout autour, l’air devient épais, presque solide. Je […]

Lire la suite →

Madame lit une écrivaine ou un écrivain par mois : juillet 2017 –Gabrielle Roy

Chère lectrice, Cher lecteur, Je vous ai souvent parlé de Gabrielle Roy sur ce blogue… Pourquoi revenir à elle en juillet? Je tenais à vous dire pourquoi j’aime ses écrits… De Gabrielle Roy, ce qui soulève entre autres mon admiration, c’est son sens de l’observation… Je suis toujours charmée, étonnée par sa manière de nous transmettre sa vision des choses, […]

Lire la suite →

Madame lit La femme qui fuit

Chère lectrice, Cher lecteur, Voici un livre fort, percutant, déchirant, intime, bouleversant. Anaïs Barbeau-Lavalette, l’auteure, n’a jamais connu sa grand-mère maternelle : Suzanne Meloche. Elle engage une détective privée pour aller à la rencontre de cette femme qui a marqué à jamais la vie de ses enfants en les abandonnant. À travers son parcours, le lecteur apprend à connaître cette femme tantôt touchante, tantôt révoltante. C’est une partie de l’histoire du Québec qui nous est présentée et d’une Amérique aux prises avec la ségrégation qui est aussi relatée au fil des pages. Suzanne Meloche a fréquenté les grands intellectuels, artistes de l’époque comme Borduas, Riopelle, Gauvreau et elle a été l’épouse de Marcel Barbeau, le peintre, de qui elle aura deux enfants. Elle les quitte pour toujours en 1952 alors que son fils n’a qu’un an et sa fille trois ans. Elle a peint, rédigé des poèmes. D’ailleurs, une de ses toiles a été exposée au Musée d’art contemporain de Montréal et son recueil de poésie Les Aurores fulminantes a été publié aux Herbes rouges plusieurs années après sa rédaction. Le lecteur découvre la trajectoire d’une femme en mouvement… Une femme en fuite sur les routes… Elle se retrouve très jeune à Montréal  auprès des Automatistes après une enfance à Ottawa, elle quitte tout pour la Gaspésie où elle sera postière, puis elle part en Europe vivre dans la famille de son amant, ensuite elle parcourt les routes de l’Amérique pour […]

Lire la suite →

Madame lit Je voudrais qu’on m’efface

Chère lectrice, Cher lecteur, Dans son premier roman, Anaïs Barbeau-Lavalette exploite le thème de la survivance chez trois enfants de 12 ans du quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal, un quartier reconnu pour son milieu axé sur la prostitution et la pauvreté. Ces êtres vivent dans le même immeuble. Ils se croisent sans jamais trop communiquer. Chacun a une vie déjà marquée par […]

Lire la suite →