Madame lit Patricia de Geneviève Damas

Chère lectrice, Cher lecteur, Publié par Gallimard en 2017, Patricia de Geneviève Damas raconte l’histoire de Jean, de Patricia et de Vanessa. Tout d’abord, Jean Iritimbi Zuma, un Africain de Kembé, est à Niagara Falls, au Canada. Il a fui son pays pour vivre de meilleurs jours en sol canadien. Il a laissé sa femme, Christine, et ses deux filles, Myriam et Vanessa, derrière lui en leur promettant de les faire venir dès qu’il obtiendrait sa citoyenneté canadienne. La citoyenneté ne viendra pas, donc il apparaît comme un sans papier. Il réussit tout de même à trouver un travail au noir, au Niagara Falls hotel. Il y fait la rencontre de Patricia, une Parisienne blanche, venue jeter les cendres de sa mère dans les chutes Niagara. La femme tombe amoureuse de lui et vole le passeport d’un homme lui ressemblant pour l’amener avec elle à Paris. Arrivé en terre française, sa femme Christine lui annonce qu’après dix ans de séparation, elle souhaite le retrouver et qu’elle a transigé avec un passeur pour que les filles et elle puissent venir en Europe. Les trois Africaines embarquent alors sur un bateau d’immigrants illégaux et traversent la mer pour arriver à Marseille. Cependant, un malheur frappe, le bateau fait naufrage. Jean ira jusqu’en Italie pour tenter de retrouver les siennes. Patricia, de son côté,  le rejoindra pour tenter de comprendre l’homme qu’elle aime. Comment trouver les mots pour parler d’une histoire magnifique? Comment […]

Lire la suite →

Madame lit Le Voyage d’hiver d’Amélie Nothomb

Chère lectrice, Cher lecteur, Pour ma première lecture en ce mois dédié à la littérature belge, je tenais à lire Le Voyage d’hiver d’Amélie Nothomb car je l’avais dans ma bibliothèque depuis longtemps. Et oui, le défi Madame lit des livres du monde me permet de plonger dans les bouquins achetés au fil du temps. Je n’avais jamais encore lu un livre de celle que l’on qualifie de phénomène littéraire belge. Alors, j’étais vraiment contente de prendre quelques heures pour me consacrer à une de ses nombreuses histoires. Il est à noter que Le Voyage d’hiver est son dix-huitième roman publié en dix-huit ans. C’est tout de même une bête d’écriture. Le Voyage d’hiver raconte l’histoire d’un homme, Zoïle, qui est à l’aéroport de Roissy. Pour tuer le temps avant son vol, il rédige dans son journal. Ainsi, il mentionne dans ce dernier qu’il souhaite détourner un avion avec des passagers pour percuter la tour Eiffel et reproduire ainsi les attentats du 11 septembre. Toutefois, il soulève qu’il n’est pas un terroriste. Il dévoile peu à peu ce qui l’a amené à vouloir commettre un tel acte. Il aborde sa rencontre avec Astrolabe, dont il tombe immédiatement amoureux alors qu’il exerce les fonctions d’employé par L’ EDF-GDF (une compagnie fournissant des ressources en énergie) et il visite les appartements pour rétablir un peu de chaleur par le biais de radiateur pour contrer les pertes énergétiques. Astrolabe, de son côté, est […]

Lire la suite →

Madame lit Le premier amour

Chère lectrice, Cher lecteur, Le premier amour de Sándor Márai, auteur hongrois, met en scène un professeur de latin de 54 ans de province, en fin de carrière. Gáspár, surnommé «le Morse» par ses étudiants, raconte dans son journal intime ses journées. L’écriture lui permet de décrire la nature, d’exprimer ses émotions, de meubler son silence, d’apaiser sa souffrance intérieure, d’aller à la rencontre de l’incommensurable vide de son existence. Dans la première partie, il relate ses journées dans une vieille station thermale à Tátra, à 3 heures de train rapide de la ville de Z*, l’endroit où il vit. Il se retrouve dans ce lieu car il a besoin de se reposer puisqu’ il est fatigué et un rien l’énerve. Il rencontre un autre résident, Timár, qui lui recommande d’aimer quelqu’un pour trouver un sens à son existence… Il faut aimer quelqu’un, a-t-il repris plus tard de sa voix éraillée, sur un ton presque confidentiel, comme pour lui-même. Chaque existence se fracasse au moins une fois. Oui, chaque vie. Il faut oser aimer quelqu’un pour éviter ça, sinon, rien ne vaut la peine d’être vécu. Aimer les femmes, c’est ce qui nous est donné de plus simple. (p. 93) Dans la seconde partie, le professeur retourne chez lui et il décrit le quotidien de sa classe, le vieillissement de sa gouvernante, la solitude qu’il ressent dans la petite ville malgré la présence de ses collègues et des autres villageois. […]

Lire la suite →

Madame lit son bilan de mars pour le défi littéraire!

Chère lectrice, Cher lecteur, Je dois avouer que le mois de mars a été magnifique du point de vue enrichissement personnel. J’ai été très heureuse que mon mois consacré à la littérature hongroise puisse rejoindre celui  de l’Europe de l’Est organisé par Eva, Patrice et Goran. Que de belles lectures et d’admirables échanges nous avons vécus! En ce sens, je […]

Lire la suite →