Madame lit 5 suggestions littéraires québécoises

Chère lectrice, Cher lecteur, Noël arrive à grands pas! Vous reste-t-il des achats à faire? Pourquoi ne pas offrir un livre d’une écrivaine ou d’un écrivain québécois en cadeau? J’ai décidé de partager avec vous 5 titres lus récemment. Ces bouquins pourraient peut-être se glisser dans un bas de Noël… Qui sait? N’hésitez pas à cliquer sur le lien pour […]

Lire la suite →

Madame lit une invitation pour le 12 août!

Chère lectrice, Cher lecteur, Depuis trois ans, je participe à l’événement Le 12 août, j’achète un livre québécois! Vous avez envie d’encourager les écrivaines et les écrivains québécois? Vous cherchez des suggestions? Tout d’abord, je partage encore cette année avec vous ma liste des 10 bouquins québécois que je considère essentiels. N’hésitez pas à la consulter en cliquant sur Mes […]

Lire la suite →

Madame lit Routes secondaires d’Andrée A. Michaud

Chère lectrice, Cher lecteur, Andrée A. Michaud exploite avec Routes secondaires le thème de l’écrivain et de son double. Le lecteur est plongé dans une histoire où deux personnages, Heather Thorne et Andrée A. Michaud, ne font qu’un. L’écrivaine est habitée par son personnage au point qu’elle se fond dans Heather, une jeune femme amnésique, morte mystérieusement depuis très longtemps. En raison des nombreux signifiants tributaires de la vie d’Andrée A. Michaud, l’effet de réel est très fort. Le lecteur s’avère entraîné dans une quête marquée par la dualité pour découvrir ce qui va arriver à l’une comme à l’autre. Pour ce faire, l’écrivaine mélange la réalité à la fiction pour brouiller le lecteur sur les routes secondaires de son coin de pays, l’Estrie. En ce sens, le lecteur est dans l’illusion de vie, dans cette expérience affective de l’autre.  L’écrivaine a mentionné dans une entrevue accordée à Fabien Deglise du Devoir : Ce livre montre que l’auteur est toujours présent dans son histoire, qu’il est toujours omniprésent, que créer, c’est une question de réciprocité, d’influence et d’une fusion qui se crée à un moment donné entre lui et son personnage. Par cette explication de l’écrivaine, l’incipit du roman prend tout son sens. C’est en marchant dans les bois qu’elle connaît bien, en automne, que l’écrivaine a eu son idée de roman : Je dois m’appeler Heather. Elle doit s’appeler Heather. Ces phrases que je me répète depuis des mois sans parvenir […]

Lire la suite →