Madame lit Oshima de Serge Lamothe

Je sais qu’il n’y aura désormais de beauté dans le monde que celle que nous y mettrons. (p. 125)

Chère lectrice, Cher lecteur,

En septembre, pour le Défi littéraire de Madame lit, il faut lire un bouquin de la rentrée littéraire 2019. Comme j’aime beaucoup la maison d’édition québécoise Alto, j’ai demandé de recevoir en service de presse Oshima. D’ailleurs, je la remercie pour cet envoi. D’une part, je voulais découvrir la plume de Serge Lamothe et d’autre part, je trouvais les mots de l’éditeur, Antoine Tanguay, fascinants. Voici l’extrait qui a suscité mon intérêt.  

Autrement dit, Serge ausculte le présent pour entendre le remous du futur. C’est aussi un grand amoureux;   dans ses romans, l’amour est souvent mis au défi par la distance. C’est le cas d’Oshima, roman de descendance humaniste et réaliste qui porte les habits de l’anticipation pour mieux faire comprendre que demain se passe aujourd’hui, que le gouffre est sous nos pieds, mais que nous refusons d’apprendre à tomber.

Alors, que demander de mieux ? Amour, humanisme, gouffre. Ces mots décrivent mes préférences en lecture.

Que raconte Oshima?

Akamaru, en 2043, dans un Paris apocalyptique, décide de partir en laissant derrière lui sa mère et une amoureuse pour parcourir dix mille kilomètres pour se rendre à Oshima, l’endroit où il est né. À l’heure où l’Effondrement global des réseaux provoque une crise humaine, sociale, les repères sont foutus et les êtres humains sont plongés dans une noirceur terrible. Internet arrête de fonctionner provoquant ainsi le chaos. Akamaru emprunte donc le chemin des origines, celui qui le plonge en lui-même afin de l’emmener aux sources, à son identité. Cependant, la route est longue, les embûches nombreuses et les êtres humains sont divisés plus que jamais. Il rencontre un jeune hindou qui se joindra à lui pour rejoindre Oshima. Qui retrouvera-t-il sur son île natale? Les gens qu’il a aimés sont-ils toujours en vie? La radiation a contaminé l’île… Les deux acolytes pourront-ils survivre?

Réalité ou fiction?

Dans une entrevue publiée dans la revue Les libraires, Serge Lamothe mentionne à propos de son dernier livre :

Aujourd’hui, on parle beaucoup du réchauffement climatique et de ses conséquences. On prévoit désormais qu’un effondrement global de notre civilisation thermo-industrielle pourrait survenir d’ici vingt à trente ans. Ces questions me préoccupent depuis longtemps. Ce sont des thèmes que j’ai abordés dès 2004 dans Les Baldwin, puis dans Les enfants lumière (2012) et Mektoub (2016). Dans Oshima, je vais beaucoup plus loin en évoquant une éruption solaire de classe X qui provoque une panne prolongée des réseaux électriques et des systèmes électroniques. Ce n’est pas de la science-fiction : en 2014, la NASA a émis un communiqué précisant que nous avions échappé de justesse à une catastrophe de ce type… deux ans plus tôt, en 2012!

Je me suis sentie très proche de cette société chaotique. Je vois tous les jours des jeunes plongés dans leur réalité virtuelle, vibrant dans des univers fantaisistes… Quelle identité développent-ils? Quels repères ont-ils? Si Internet et l’électronique ne fonctionnaient plus, comment survivraient-ils? J’ai beaucoup réfléchi en lisant ce bouquin sur nos limites, sur notre nature humaine, sur le futur…

Mais encore, j’ai apprécié la quête identitaire d’Akamaru marquée par son voyage initiatique. Le plus important n’est-il pas de découvrir notre identité à travers nos origines pour goûter aux fruits de la liberté? Au-delà du chaos, restera-t-il une parcelle d’humanité dans le cœur des femmes et des hommes?

Notre âme, lorsqu’elle écoute, entend tout, comprend tout, peu importe la langue, peu importe la misère dans laquelle nous sommes plongés. C’est un mystère auquel il suffit de consentir pour voir s’ouvrir les portes de la perception, celle de la parole du cœur, qui sont aussi celles du cœur de la parole. (p. 141-142)

Une belle histoire où Éros et Thanatos dansent au rythme des pas d’Akamaru. Quête identitaire, amitié, amour, secrets de famille, futur, autant de thèmes pour nous divertir, pour nous amener à réfléchir aux choix que nous faisons, aux décisions que nous prenons pour être libres ou pas. Un beau moment de lecture nous entraînant dans les méandres de nos existences chaotiques. À lire!

Il est aussi à noter que j’aime beaucoup la couverture. Un excellent choix!

Un livre en librairie depuis le 27 août 2019.

Aimez-vous ce type de lecture?

Que pensez-vous de cette histoire?

Bien à vous,

Madame lit

MIGNAULT, Alexandra. «Entrevue  Serge Lamothe-Ou le chaos de la vie», Les libraires, numéro 114, 3 septembre 2019, [en ligne] [http://revue.leslibraires.ca/entrevues/litterature-quebecoise/serge-lamothe-le-chaos-de-la-vie] (23 septembre 2019)

LAMOTHE, Serge. Oshima, Québec, Alto, 2019, 285 p.

ISBN 978-2-89694-439-2

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Oshima de Serge Lamothe par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

8 commentaires »

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s