Madame lit Corps Sonores de Julie Maroh

Julie_Maroh_Corps_SonoresChère lectrice, Cher lecteur,

Julie Maroh a fait paraître Le bleu est une couleur chaude, un roman graphique, il y a quelques années et ce dernier a été adapté au cinéma par Abdellatif Kechiche sous le titre La Vie d’Adèle. L’adaptation cinématographique a par ailleurs remporté la Palme d’or à Cannes en 2013.

Julie Maroh adore les histoires d’amour hétéroclites, intenses, qui vont à l’encontre des stéréotypes. Elle dessine l’amour sous toutes ses formes, sous toutes ses couleurs, sous toutes ses différences. Elle affronte les tabous, elle les affiche. L’amour est immense, l’amour enflamme les corps, l’amour est libre. L’amour court, l’amour s’infiltre dans l’âme de ses personnages pour les élever toujours plus haut. C’est moderne, c’est pur, c’est vivant.

Comme le mentionne Maroh dans sa belle préface :

Nous ne sommes pas une minorité, nous sommes les alternatives. Car il y a autant de relations amoureuses qu’il y a d’imaginaires.

Dans Corps Sonores, Julie Maroh campe ses personnages à Montréal, ville de la multitude, ville de tous les possibles, durant un an. C’est un véritable hymne à l’amour composé aussi en l’honneur de cette ville que propose l’autrice. La première histoire débute le1er juillet. Il faut savoir qu’au Québec, le 1er juillet, les gens aiment déménager. Par le biais de cette étrange coutume, les locataires ont l’impression qu’ils effacent tout, qu’ils recommencent une nouvelle vie, que le bonheur est peut-être ailleurs… Il fait habituellement chaud, les corps dégoulinent de sueur. Le rêve est là, au cœur de la ville, au creux du corps et de l’esprit. Ainsi, dans le roman graphique, des histoires d’amour, de désir, sont présentées. On est loin du couple hétérosexuel blanc, jeune et beau. L’autrice met en scène des handicapés, des transsexuels, des androgynes, des homosexuels, des lesbiennes, des gras, des poilus  au prise avec des sentiments amoureux, avec des pulsions.  À travers vingt et une histoires étalées sur 300 pages, le lecteur est amené dans différentes situations amoureuses se déroulant durant une journée comme des premiers rendez-vous, des flirts dans des bars, des rencontres ratées,  des attentes, des ruptures, etc. Ainsi, il y a celui qui ne sait pas s’il doit supprimer le contact enregistré dans son téléphone la veille, il y a aussi cette dame qui se souvient de l’amour de sa vie décédé, il y a celle qui avoue son amour à un couple, il y a ces deux hommes qui réinventent leur premier rendez-vous, etc. Ces êtres sont pour la plupart du temps confrontés à des décisions, ils sont à la croisée de leur destin.  Le lecteur passe ainsi par une vaste gamme d’émotions avec ces êtres dont le but est le même : aimer et être aimé.

Nouhad…L’absence de ton corps agresse le mien. C’est comme si pendant notre dernière étreinte tu étais parti avec ma peau. Et maintenant toute ma chair est à nu des agressions de l’extérieur. (p. 67)

La valse des corps s’avère sensorielle, elle affiche des couleurs autres, elle est intimement rattachée aux saisons qui défilent. L’amour est universel, il est partout et il résonne tout au fil des pages au rythme des corps.

J’ai bien aimé ce roman graphique car il affiche des histoires cachées. Il a le mérite de les mettre en lumière dans des teintes de sépia, puis bleutées ou monochromes pour sublimer les différences.

De plus, j’ai trouvé cette petite vidéo pour présenter le roman graphique.

 

Mais encore, j’ai eu envie de lire Corps Sonores car Mokamilla en avait superbement parlé sur son blog Au milieu des livres. N’hésitez pas à consulter son billet en cliquant sur le lien. Elle avait d’ailleurs conseillé de le lire en écoutant du Pierre Lapointe. On peut aussi plonger dans ce dernier en ayant comme musique de fond du Ariane Moffatt avec «Point de mire » ou encore «Miami».

 

 

Avez-vous déjà lu un roman graphique de Julie Maroh?

Bien à vous,

Madame lit

MAROH, Julie, Corps Sonores, Grenoble, Glénat, 2017, 300 p.

Vous envie d’acheter ce roman graphique? Cliquez sur Corps sonores. La livraison est gratuite partout dans le monde!

Frais_port

6 commentaires »

  1. Que de travail pour nous présenter ce livre! Le résumé que tu en fais me renvoie au célèbre film.
    Mais de savoir que le roman se passe à Montréal me donne vraiment le goût de le lire.
    Je vais certainement tout faire pour le retrouver pour pouvoir l’apprécier.
    Et en plus j’aime beaucoup Pierre Lapointe…

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ce commentaire. Oui, beaucoup de travail, mais j’étais très heureuse de présenter ce Julie Maroh qui se déroule dans notre coin de pays. J’espère que tu apprécieras ce roman graphique. Il ne faut pas oublier de le lire en écoutant du Pierre Lapointe ou du Ariane Moffatt! Au plaisir!

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s