Madame lit La librairie de la place aux Herbes

La libraire de la Place aux Herbes, Camille Penchinat

«Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es». 

Chère lectrice, Cher lecteur, 

J’ai décidé de lire La librairie de la place aux Herbes d’Eric de Kermel publié aux Éditions Eyrolles car j’avais bien apprécié la chronique de Claude Lamarche partagée sur son blogue. Elle m’avait donné le goût de plonger dans cet univers. Tout d’abord, lorsque j’ai vu d’inscrit sur la couverture que la préface était signée par Érik Orsenna, j’ai tout de suite été emballée. D’ailleurs, j’ai adoré cette petite phrase de l’illustre écrivain : «Chaque lecture est un voyage et un amour». 

Que raconte le livre?

C’est l’histoire de Nathalie, professeure de littérature aux classes de terminale, qui décide de quitter son travail et sa vie à Paris, pour aller s’établir à Uzès et d’acheter la librairie du village. Ses enfants sont autonomes et son époux peut la suivre. Elle occupe alors les nouvelles fonctions de propriétaire de La librairie de la place aux Herbes. Tout au fil du temps, Nathalie devient une «passeuse »de livres pour ses clientes et ses clients. Elle parle de livres, elle sait que la littérature peut guérir l’âme et elle est à l’écoute. Ainsi, dix personnes vont peupler le récit et venir trouver un peu de réconfort, d’espoir, de rêves dans la librairie de Nathalie. 

Ce que j’en pense?

J’ai aimé connaître les livres que recommandait Nathalie à ses clients. À la fin, il y a pour chaque personnage les livres mentionnés par chapitre. J’ai noté quelques lectures que j’aimerais faire. Par exemple, pour une jeune fille qui cherche à s’émanciper du joug maternel, Nathalie recommande La ferme africaine de Karen Blixen ou encore à Solange, une épouse qui donne trop aux autres, elle lui parle de Chimères de Nuala O’Faolain et de Mrs Dalloway de Virginia Woolf. Les livres permettent à Nathalie de parler d’elle et d’en apprendre aussi sur ses clients.

On ressent aussi dans les titres cités un respect pour la nature, pour l’écologie, pour les jardins. Ainsi, des titres comme L’homme qui plantait des arbres de Giono ou Itinéraires d’un jardinier de Pascal Cribier sont cités par la libraire ou par ses clients. 

Qui n’a pas pas rêvé un jour de tout larguer et de d’acheter une librairie dans un beau petit village? En tous les cas, j’en rêve! Ce livre fait rêver par le biais de son héroïne qui ose, qui aide les autres à vivre, à trouver leur voie. On retrouve aussi de nombreuses réflexions sur la littérature, sur les mots, sur la vie… 

«Quand nous parlons d’un livre, ce n’est pas seulement de ce que nous avons lu que nous parlons mais de nous-mêmes. (p. 34)»

«Les mots des livres sont comme des vagues nées à l’autre bout du monde qui rejoignent nos vies en se fracassant sur nos falaises ou en glissant avec douceur sur une plage de sable fin. Ce n’est pas en refermant un livre qui nous dérange que nous faisons disparaître les falaises. (p.34)»

Alors, si vous avez envie d’un bon petit livre parlant de livres, je vous le suggère. Il se lit facilement et il permet de rêver un peu mieux… 

Avez-vous lu des livres avec des libraires recommandant des bouquins à leurs clients? 

Bien à vous, 

Madame lit

KERMEL de, Éric. La librairie de la place aux Herbes, Paris, Eyrolles, 2017, 215 p. 

ISBN 978-2-212-56614-7

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander le livre mentionné par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

8 commentaires »

Répondre à Goran Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s