Madame lit une lettre de Victor Hugo

Chère lectrice, Cher lecteur,

Les lettres parlent au silence, hantent les parois du désir, animent l’espoir puisque souvent, elles ne sont qu’une déclaration. À cet égard, la correspondance entre Victor Hugo et Juliette Drouet figure certainement parmi les plus belles. En ce mois sous le signe du roman épistolaire pour le défi 2019 de Madame lit, j’ai décidé de partager avec vous une missive du grand écrivain français. Vous constaterez à quel point cette dernière s’avère sublime. Qui n’a pas rêvé, un jour, d’en recevoir une aussi magnifique?

À Juliette Drouet 31 décembre 1867

Mon cœur, c’est la vie terrestre, tu l’as; mon âme, c’est la vie céleste, tu l’auras. Ce sont là les deux formes de l’amour sur la terre, pensée, sang et chair; hors de la terre, pensée, flamme et lumière; nos bouches dans la tombe, qui est la vraie vie, échangeront des baisers de clarté. Je demande à Dieu, je demande à nos deux anges envolés, je demande à la haute providence éternelle, et aux douces providences aimées et vivantes là-haut, de mesurer, minute à minute, ma vie à la tienne. Vivre tant que tu vivras, partir quand tu partiras , voilà mon vœu profond et ma prière ardente. Je crois à la prière, tu le sais. Une fourmi, au moment où mon pied va l’écraser, ne joindrait pas en vain ses deux petites pattes misérables vers moi. Je serais bon pour elle. Pourquoi Dieu ne serait-il par bon pour moi? Je le supplie de me pardonner mes fautes, dont aucune n’a effleuré mon cœur, ma conscience, ni mon âme; je le supplie de m’accorder ta destinée, ta vie, ta mort, ta transfiguration, ton éternité. Être à jamais, dans cette vie et dans l’autre, utile et aimé; utile au bien, aimé par toi; toute mon ambition est là. Aime-moi comme je t’aime, ô mon doux ange adoré. Finissons et commençons ainsi toutes nos années ici-bas, et tous nos siècles là-haut.

V.

Il est à noter que les lettres rédigées le 31 décembre par les deux amoureux touchent encore plus mon cœur, car elles sont puissantes, poétiques, divines. Elles célèbrent l’amour et dévoilent un serment.

Bien à vous,

Madame lit

4 commentaires »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s