Madame lit «Le Vaisseau d’Or »

Source : Pixabay

En ce mois sous le signe de la littérature québécoise, permettez-moi de partager avec vous un poème du plus grand poète lyrique québécois. Chaque petite Québécoise ou petit Québécois apprend un jour ou l’autre un poème d’Émile Nelligan (1879-1941). Son recueil, Poésies complètes, est certainement considéré ici comme un classique. Émile Nelligan a marqué l’imaginaire québécois, comme nul autre, par ses mots, ses émotions, sa folie. Il faut noter qu’il était le contemporain des poètes français comme Verlaine, Baudelaire, Rimbaud. En ce sens, il est le premier Québécois à marcher dans les pas des illustres poètes vivant de l’autre côté de l’Atlantique.

Pour découvrir le mythique poète, je vous conseille l’ouvrage de Paul Wyczynski Album Nelligan. Dans ce dernier, on retrouve des photos et le parcours de la vie de Nelligan. Il est question de sa famille, de ses ancêtres et des gens que le poète a fréquentés. On passe également en revue les lieux qu’il a fréquentés jusqu’à son internement à l’asile. De plus, l’auteur met en lumière le Montréal artistique de l’époque en évoquant des figures comme Robertine Barry, Arthur de Bussières et tant d’autres.

Délectons-nous du plus célèbre poème de Nelligan.

Le Vaisseau d’Or

Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l’or massif :
Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues ;
La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues,
S’étalait à sa proue, au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
Dans l’Océan trompeur où chantait la Sirène,
Et le naufrage horrible inclina sa carène
Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un Vaisseau d’Or, dont les flancs diaphanes
Révélaient des trésors que les marins profanes,
Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève ?
Qu’est devenu mon coeur, navire déserté ?
Hélas! Il a sombré dans l’abîme du Rêve !

NELLIGAN, Émile, Poésies complètes (1896-1899), Montréal, Fides, 1952, p. 44.

André Gagnon et Michel Tremblay ont composé un opéra romantique en l’honneur de Nelligan en 1990. Vous pouvez écouter «Le Vaisseau d’Or» en musique grâce à YouTube.

De surcroit, une plaque commémorative a été installée en 2018 devant la Maison des écrivains à Montréal en son honneur.

Source : L’UNEQ

Connaissiez-vous «Le Vaisseau d’Or» ?

Bien à vous,

Madame lit

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Poésies complètes d’Émile Nelligan par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

9 commentaires »

Répondre à Goran Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s