Madame lit ses recommandations pour les prix Pulitzer

Chère lectrice, Cher lecteur,

En mai, pour le défi 2020 de Madame lit, il faut plonger dans l’univers d’un roman d’une autrice ou d’un auteur ayant remporté le prix Pulitzer.

Tout d’abord, qu’est-ce que le prix Pulitzer?

Selon Wikipédia :

Le prix Pulitzer (Pulitzer Prize) est un prix américain remis à des individus dans les catégories suivantes : journalismelittératurefiction et musique. Il est considéré parmi les plus prestigieux du monde.

Sous l’impulsion de Joseph Pulitzer, éditeur du journal World, et selon son testament, le prix est mis en place en 1917 (près de 6 ans après la mort de son créateur). Au début, il était attribué à une douzaine de catégories du journalisme et des arts. Au début du xxie siècle, il est décerné pour 21 rubriques, dont plusieurs types de reportages, l’éditorial, la caricature, la photographie, le roman, la biographie, le théâtre, la poésie, l’histoire et la musique. Une enveloppe de 10 000 dollars américains accompagne le prix, remis au mois d’avril à des personnalités américaines, alors que le lauréat du prix du service public remporte une médaille d’or.

Alors, pour mai, continuons le défi avec une autrice ou un auteur ayant remporté ce prix littéraire américain.

Sans plus tarder, voici les titres. J’ai cité l’extrait du site des Libraires. En cliquant sur le lien du livre, vous serez redirigé sur le site. Vous pouvez, si vous le désirez, commander le bouquin.


1921- Le temps de l’innocence d’Edith Wharton

« Au temps de l’innocence Héritier élégant et cultivé, Newland Archer est l’un des meilleurs partis de New York. Chacun attend de connaître la date de son union avec la prude et ravissante May Welland, issue du même monde. La seule difficulté, pour lui, consiste à annoncer ses fiançailles dans le respect des convenances et du « bon ton ».Tout est déjà réglé quand, un soir à l’opéra, le jeune homme reconnaît dans la loge des Welland la comtesse Ellen Olenska, de retour dans sa famille après l’échec de son mariage en Europe. Dans la haute société new-yorkaise, hantée par la peur du scandale, les moeurs et les idées d’Ellen suscitent une muette réprobation. Mais elles exercent sur Newland un attrait irrésistible…Couronné par le prix Pulitzer, Au temps de l’innocence (1920) fait revivre avec une grande variété de touches un univers disparu : celui du « vieux New York », avec son chic et ses préjugés. Edith Wharton y met à nu les sentiments. Son art, tout de tendre ironie, y est à son sommet.»


1937- Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell

«Pendant la guerre de Sécession, alors que le Sud esclavagiste auquel ils appartiennent tous les deux est en train de perdre ses dernières batailles contre le Nord, Rhett Butler et Scarlett O’Hara s’aiment et se déchirent.«- Il doit y avoir de la place pour moi dans votre coeur. Cessez de vous tortiller comme un ver. Je vous fais une déclaration d’amour. Je vous ai désirée dès que je vous ai vue pour la première fois […] lorsque vous étiez en train d’ensorceler le pauvre Charlie Hamilton. Je vous désire plus que je n’ai jamais désiré une autre femme… et, pour vous, j’ai attendu plus longtemps que je n’ai jamais attendu pour une autre femme.La surprise lui coupa le souffle. Malgré toutes ses injures, il l’aimait, mais il était si mauvaise tête qu’il ne voulait pas le reconnaître franchement et qu’il n’osait pas parler de peur qu’elle n’éclatât de rire. Eh bien ! elle allait lui montrer de quel bois elle se chauffait, et ça n’allait pas tarder.- Est-ce une demande en mariage ?Il lui lâcha la main et rit si fort que Scarlett se recroquevilla dans son fauteuil.- Grands Dieux, non ! Ne vous ai-je pas dit que je n’étais pas fait pour le mariage ?- Mais… mais… que…Il se leva et, la main sur le coeur, il fit une révérence comique.- Chérie, déclara-t-il d’un ton placide, je m’en vais rendre hommage à votre intelligence en vous demandant d’être ma maîtresse sans vous avoir séduite au préalable.Sa maîtresse !»


1940 – Les raisins de la colère de John Steinbeck

«Le soleil se leva derrière eux, et alors… brusquement, ils découvrirent à leurs pieds l’immense vallée. Al freina violemment et s’arrêta en plein milieu de la route.- Nom de Dieu ! Regardez ! s’écria-t-il.Les vignobles, les vergers, la grande vallée plate, verte et resplendissante, les longues files d’arbres fruitiers et les fermes. Et Pa dit :- Dieu tout-puissant ! … J’aurais jamais cru que ça pouvait exister, un pays aussi beau.»


1953- Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway

«Le vieil homme et la merÀ Cuba, voilà quatre-vingt-quatre jours que le vieux Santiago rentre bredouille de la pêche, ses filets désespérément vides. La chance l’a déserté depuis longtemps. À l’aube du quatre-vingt-cinquième jour, son jeune ami Manolin lui fournit deux belles sardines fraîches pour appâter le poisson, et lui souhaite bonne chance en le regardant s’éloigner à bord de son petit bateau. Aujourd’hui, Santiago sent que la fortune lui revient. Et en effet, un poisson vient mordre à l’hameçon. C’est un marlin magnifique et gigantesque. Débute alors le plus âpre des duels.Combat de l’homme et de la nature, roman du courage et de l’espoir, Le vieil homme et la mer est un des plus grands livres de la littérature américaine.»


1961- Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

«Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis -, a connu un tel succès. Mais comment est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique.Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.»


1983- La couleur pourpre d’Alice Walker

«Célie est née sous une mauvaise étoile. Autrefois régulièrement violée par son père et aujourd’hui négligée par son mari, elle ne connaît des hommes que leurs pires travers. L’amour, pour elle, c’est d’abord Shug, une merveilleuse chanteuse de blues qui saura l’extraire de sa pauvre vie. C’est aussi Nettie, sa soeur, missionnaire en Afrique, avec laquelle elle correspond sans relâche.»


1988-Beloved de Toni Morrison

«Inspiré d’un fait divers survenu en 1856, Beloved exhume l’horreur et la folie d’un passé douloureux. Sethe est une ancienne esclave qui, au nom de l’amour et de la liberté, a tué l’enfant qu’elle chérissait pour ne pas la voir vivre l’expérience avilissante de la servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire, exorcise le passé et transcende la douleur des opprimés.« Son oeuvre, venue restituer à l’Amérique la mémoire, l’imaginaire et la langue de sa communauté, sonde la société contemporaine en transgressant tous les tabous. »Le Point« Un roman bouleversant, violent et douloureux, qui a valu à son auteur le prix Pulitzer en 1988. » Éliane Vipois, Lire»


1994 – Noeuds et Dénouement d’Annie Proulx

«Quoyle est un ballot que la vie a piétiné. Petit journaliste dans une feuille des environs de Boston, il s’est marié à une harpie qui finira par le quitter, non sans avoir tenté de vendre leurs deux filles à un pédophile. A la mort de sa femme, il s’exile, le coeur brisé, avec ses filles et sa tante, au pays de ses ancêtres, Terre-Neuve. Peu à peu, il rebâtit sa vie comme une maison en ruine battue par des vents furieux. Noeuds et dénouement est l’histoire d’un homme et d’un père transfigurés par l’apprentissage d’un bonheur simple. «Il se peut parfois qu’un amour existe sans chagrin ni souffrance.» La charge émotive et la puissance d’évocation d’un des plus grands écrivains américains contemporains nous en convainquent.»


1998 – Pastorale américaine de Philip Roth

«Après trente-six ans, Zuckerman l’écrivain retrouve Seymour Levov dit «le Suédois», l’athlète vedette de son lycée de Newark. Toujours aussi splendide, Levov l’invincible, le généreux, l’idole des années de guerre, le petit-fils d’immigrés juifs est devenu un Américain plus vrai que nature.Le Suédois a réussi sa vie, faisant prospérer la ganterie paternelle, épousant la très irlandaise Miss New Jersey 1949, régnant loin de la ville sur une vieille demeure de pierre encadrée d’érables centenaires : la pastorale américaine.Mais la photo est incomplète. Hors champ, il y a Merry, la fille rebelle, et, avec elle surgit, dans cet enclos idyllique, le spectre d’une autre Amérique en pleine convulsion, celle des années soixante, de sainte Angela Davis, des rues de Newark à feu et à sang…»


1999 – Les heures de Michael Cunningham

«Clarissa est éditrice à New York à la fin du XXe siècle ; Virginia est écrivain en 1923 dans la banlieue de Londres ; Laura est mère au foyer à Los Angeles en 1949. Tandis que s’écoulent les heures d’une journée particulière, un réseau de résonances subtiles apparaît peu à peu entre ces trois femmes en quête de bonheur, jusqu’à la révélation finale, bouleversante. Sous la plume de Michael Cunningham, d’une grâce presque irréelle, les sentiments les plus furtifs, les émotions les plus impalpables ont la fragilité et l’amertume des occasions perdues, de la douleur de vivre. Ce roman magistral, adapté avec un immense succès au cinéma, a reçu les prestigieux prix Pulitzer et Pen Faulkner en 1999.»


2007 – La Route de Cormac Mc Carthy

«L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un Caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage ?»


2011- Qu’avons-nous fait de nos rêves de Jennifer Egan

«Dans la luxueuse berline qui l’emmène à sa maison de disques, Bennie avale les paillettes d’or censées réveiller sa libido en berne. Qu’est devenu le jeune punk qui ne vivait que pour la musique et la scène ? Bientôt, son groupe sera de nouveau réuni. À ce tournant de leurs vies, si éloignées de leurs rêves de jeunesse, Bennie, Lou, Bosco et Marty s’interrogent…»

Pour lire mon article sur ce roman, cliquez sur Qu’avons-nous fait de nos rêves?


2014 – Le chardonneret de Donna Tartt

«Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D’où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu’il transporte partout avec lui ?À la fois roman d’initiation à la Dickens et thriller éminemment moderne, fouillant les angoisses, les peurs et les vices de l’Amérique contemporaine, Le Chardonneret laisse le lecteur essoufflé, ébloui et encore une fois conquis par le talent hors du commun de Donna Tartt.»


2015 – Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr

«Véritable phénomène d’édition aux États-Unis, salué par l’ensemble de la presse comme le meilleur roman de l’année, le livre d’Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d’oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l’Occupation à l’effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l’existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d’une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d’une beauté envoûtante. Bien plus qu’un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront jamais détruire la beauté du monde.« La force physique et émotionnelle d’un chef-d’oeuvre. » Library Journal»


2017 – Underground Railroad de Colson Whitehead

«Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord.De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le « misérable coeur palpitant » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté.L’une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l’« Underground Railroad », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme.À la fois récit d’un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l’Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une oeuvre politique aujourd’hui plus que jamais nécessaire.« Un roman puissant et presque hallucinatoire. Une histoire essentielle pour comprendre les Américains d’hier et d’aujourd’hui. » The New York Times»


Mes choix pour mai :

  • Le chardonneret de Donna Tartt
  • Noeuds et dénouement d’Annie Proulx

J’espère que cette liste vous aidera à choisir un bouquin pour le défi littéraire! J’ai hâte de connaître celui qui bercera certaines de vos soirées de mai.

Bien à vous,

Madame lit

Source : Les libraires

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

30 commentaires »

  1. Encore une fois je t’admire de proposer une liste aussi longue et vraiment intéressante. J’ai lu le Donna Tart et je veux connaître Annie Proulx. Noeuds et Dénouement est dans ma bibliothèque depuis je ne sais combien de temps. Que de plaisir en vue grâce à toi! Je vais certainement choisir un second roman mais mon choix n’est pas encore fait.
    Merci pour tout ce travail…

    Aimé par 2 personnes

    • Alors, nous lirons le livre d’Annie Proulx en même temps. Il y a tant de beaux livres dans cette liste. Je suis convaincue que tu vas en trouver un qui va te plaire. J’ai hâte de connaître ce second choix. Bonne lecture!

      J'aime

  2. Oui, c’est une liste magnifique et je ne doute pas que beaucoup de blogueurs/blogueuses y trouverons de l’inspiration. Je participerai également au défi avec au moins un livre (mais ne figurant pas sur cette liste… rendez-vous dans quelques jours 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Je pense me donner le plaisir de lire « L’arbre monde » de Richard Powers au Cherche midi, 2018 pour la traduction française. Ce livre m’a été offert sans que je ne sache qu’il était le Pullitzer 2019 et Grand prix de la littérature américaine 2018. Ton défi est pour lui une belle occasion d’un bon vers le haut de ma pile.

    Aimé par 1 personne

  4. Beaucoup de grands livres dans cette liste et ce prix est extrêmement prestigieux ! J’avais commencé « la route » mais le côté angoissant m’avait fait abandonner. Et j’ai envie de lire « le chardonneret » depuis longtemps. Malheureusement, je ne vais pas pouvoir participer à ce défi car toutes les librairies/bibliothèques sont fermées …

    J'aime

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s