Madame lit La plus secrète mémoire des hommes

«Comment nous étions-nous rencontrés, ce livre et moi? Par hasard, comme tout le monde. Mais je n’oublie pas ce que l’Araignée-mère m’a dit : un hasard n’est jamais qu’un destin qu’on ignore». (p. 20)

Chère lectrice, Cher lecteur, 

J’ai décidé de lire La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar SARR, couronné du prix Goncourt 2021, car j’ai entendu l’auteur, il faut le mentionner de 31 ans, parler de son récit à La Grande librairie et j’ai été fascinée par les propos de ce dernier. Fascinée, je le suis encore. Je vais expliquer pourquoi dans les prochaines lignes. 

Mon expérience de lecture

Il est des livres comme La plus secrète mémoire des hommes qui envoûtent, qui entraînent le lecteur dans les secrets de son âme. C’est ce que j’ai vécu en lisant cette histoire. Mais tout d’abord, de quoi est-il question dans ce roman? Le narrateur, Diégane Latyr Faye, un écrivain sénégalais, est à Paris et il fréquente une bande de jeunes passionnés par la littérature et par l’écriture. En 2018, il tombe sur Le Labyrinthe de l’inconnu d’un certain T.C. Élimane. Ce livre mythique, paru en 1938, lui parle comme nul autre. Mais qui est ce T.C. Élimane? Diégane se lance alors dans une quête pour découvrir cet auteur qualifié de «Rimbaud nègre» et qui a disparu après avoir été accusé de plagiat. D’Amsterdam à Buenos Aires en passant par Dakar, il sera amené à découvrir l’histoire d’Élimane par le biais d’archives, de lettres, de témoignages, etc. Mais plus que ça, il rencontrera des hommes et des femmes qui le feront voyager dans le temps à travers des événements comme la Shoah ou encore le colonialisme pour côtoyer une Vérité plus grande que nature. 

D’abord, j’ai beaucoup aimé dans ce roman toutes les réflexions sur la littérature et l’écriture. J’adore lorsque la plume d’un auteur est poétique; j’aime lorsque je suis amenée à me poser poser des questions existentielles. En voici un exemple : 

«Quelle est donc cette patrie? Tu la connais : c’est évidemment la patrie des livres : les livres lus et aimés, les livres lus et honnis, les livres qu’on rêve d’écrire, les livres insignifiants qu’on a oubliés et dont on ne sait même plus si on les a ouverts un jour, les livres qu’on prétend avoir lus, les livres qu’on ne lira jamais mais dont on ne se séparerait non plus pour rien au monde, les livres qui attendent leur heure dans une nuit patiente, avant le crépuscule éblouissant des lectures de l’aube. Oui, disais-je, oui : je serai citoyenne de cette patrie-là, je ferai allégeance à ce royaume, le royaume de la bibliothèque.» (p. 319)

Je ne pouvais qu’être conquise par cette ode à la littérature et à son pouvoir pour sauver l’être humain de ce qu’il est. Ainsi, Diégane avance seul vers son destin et il prend conscience qu’un fil le relie au Labyrinthe de l’inconnu. Il est un maillon dans la toile ou dans le filet de pêche tissé par des fantômes. 

«Nous sommes les vrais fantômes de notre histoire, les fantômes de nos fantômes». (p. 205)

Mais encore, tout au long de ma lecture, je me demandais comment l’auteur avait pu trouver de telles idées pour écrire son récit. J’ai bien apprécié le recours aux différents points de vue narratifs, j’ai aimé les réflexions du narrateur après avoir refusé un trip à trois (il s’adresse à nul autre qu’à Jésus!!!), j’ai aussi visité des bars parisiens trash de danseuses nues grâce à ce récit. Vous l’aurez deviné, c’est aussi un livre possédant un caractère sensuel. Je ne me suis pas ennuyée. Le rythme s’avère entraînant.

Par ailleurs, je le conseille certainement à tous les amoureux des livres et de l’écriture. Cette histoire m’a charmée, voire envoûtée, car je suis une grande amoureuse de la Littérature. Elle est ma première passion. J’y ai consacré une grande partie de ma vie et je le fais encore. 

Cette histoire cherche par-delà de tout ça à ouvrir un dialogue entre l’Occident et l’Afrique. Elle s’avère intemporelle. 

« Le temps est assassin ? Oui. Il crève en nous l’illusion que nos blessures sont uniques. Elles ne le sont pas. Aucune blessure n’est unique. Rien d’humain n’est unique. Tout devient affreusement commun dans le temps. Voilà l’impasse ; mais c’est dans cette impasse que la littérature a une chance de naître. » (p. 284)

La littérature comme mode de vie pour décrypter les empreintes du temps? J’y adhère. Et vous? 

Pour lire un autre article sur ce livre, n’hésitez pas à visiter le blogue de Pamolico.

Avez-vous envie de lire ce roman? 

Bien à vous, 

Madame lit

SARR, Mohamed Mbougar. (2021). La plus secrète mémoire des hommes. Paris : Éditions Philippe Rey, 461 p. 

ISBN : 978-2-84876-886-1

logo_leslibraires

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander La plus secrète mémoire des hommes par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

17 commentaires »

  1. Tu sais comment j’aime aussi les livres et la littérature. J’aime aussi ces quêtes, les recherches pour retrouver quelqu’un et je veux absolument lire ce livre que tu as tellement apprécié… Une fois de plus Bravo!
    Tout lecteur de ton papier va avoir le goût le lire ce prix Goncourt 2021!

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup et j’espère que tu vas te lancer dans cette merveilleuse quête! Ce style d’écriture devrait te séduire en raison des réflexions sur la littérature. La poésie aussi devrait toucher ton coeur. Au plaisir!

      J’aime

  2. je suis tellement content que vous ayez lu ce livre et que vous en parliez si bien. J’ai pu assister à une rencontre dans ma librairie préférée avec Mohamed Mbougar Sarr et eu une dédicace. J’ai même pu échanger à propos de la chronique que je préparais pour le lendemain ! Vous avez ravivé un merveilleux souvenir . Merci !

    Aimé par 2 personnes

    • J’espère rencontrer un jour cet écrivain et je lui demanderai certainement une dédicace comme vous. Je ne sais pas s’il viendra au Québec, mais je me croise les doigts. Merci pour votre commentaire et d’avoir partagé avec nous votre merveilleuse rencontre. Au plaisir!

      Aimé par 1 personne

  3. Quelle jolie ôde à la littérature ! J’ai écouté récemment « Le masque et la plume » sur France Inter, et tous les critiques te rejoignaient et étaient très élogieux vis-à-vis de ce livre. Je ne l’aurais pas mis spontanément sur ma liste, mais je suis très tenté désormais 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Je crois que tu pourrais bien aimer plonger dans cette aventure. J’ai été ébahie par la puissance du récit et par la plume de ce jeune écrivain. Une force de la nature! J’ai déjà hâte de connaître ton opinion. Au plaisir!

      J’aime

Répondre à Bibliofeel Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s