Madame lit ses suggestions de romans d’amour


Chère lectrice, Cher lecteur,

Pour le défi 2019 de Madame lit, en février, il faut lire un roman d’amour, car c’est le mois de la Saint-Valentin. J’ai décidé de partager avec vous quelques titres pour vous donner envie de plonger dans un univers ou encore pour vous aider dans votre préparation. Si vous participez à ce mois, il faut me faire parvenir le lien de votre billet dans les commentaires ou par courriel à lit.madame@gmail.com. Je vais mentionner votre participation dans mon bilan du mois.

Sans plus tarder, voici des suggestions. J’ai cité l’extrait du site des Libraires (résumé ou premières lignes). En cliquant sur le lien du livre, vous serez redirigé sur le site. Vous pouvez, si vous le désirez, commander le livre.

Belle du Seigneur d’Albert Cohen

«Solal est amoureux d’Ariane, épouse d’Adrien Deume, petit fonctionnaire aux ordres du ténébreux juif. Bientôt, cet amour devient une passion partagée. Une grande histoire d’amour, passionnelle, de ses prémices à sa fin. Le plus célèbre roman de son auteur, paru en 1968. Grand prix du roman de l’Académie française 1968. »

Pour lire mon billet sur ce grand roman d’amour, cliquez sur Belle du Seigneur.

Les Vaisseaux du cœur de Benoîte Groult

« Exhortation provocante, triomphante, à la passion physique capable de balayer toutes les différences sociales, culturelles, les entraves conjugales, l’éloignement, le temps, Les Vaisseaux du coeur de Benoîte Groult est la plus fabuleuse des histoires d’amour. Claire Gallois, Le Magazine littéraire. Elle a osé appeler un chat un chat, et ce roman n’a pas fini de faire scandale. Pourtant, ne croyez surtout pas qu’il s’agisse d’un roman «leste». C’est tout simplement une superbe histoire d’amour. Danièle Mazingarbe, Le Figaro Madame. Il ne faudrait pas voir pour autant dans Les Vaisseaux du coeur une sorte de roman «volontariste», affirmant sans nuance que la liberté d’aimer «sauve» de tous les maux. Il suffit de lire les belles pages sur la vieillesse, vers la fin du livre, pour s’apercevoir que Benoîte Groult n’a pas perdu, dans une prétendue «pornographie», sa lucidité. Josyane Savigneau, Le Monde. »

Pour lire mon billet sur cette magnifique histoire d’amour, cliquez sur Les Vaisseaux du cœur.

Passion simple d’Annie Ernaux

« À partir du mois de septembre l’année dernière, je n’ai plus rien fait d’autre qu’attendre un homme : qu’il me téléphone et qu’il vienne chez moi. »

La memoria de Louise Dupré

«Ce roman a été un succès dès sa parution. Emma Villeray apprend à brûle-pourpoint que son amant la quitte pour des cieux meilleurs. Elle ne s’y attendait pas. C’est une tragédie. Et l’occasion de s’interroger sur sa manière d’aimer, sur son passé, sur sa mère et surtout sur sa sœur, sa rivale, son miroir. Un roman intime sur les femmes et la condition humaine.  »

Qui de nous deux? de Gilles Archambault

« Près de vingt ans après le touchant Un après-midi de septembre, où il évoquait la disparition de sa mère, Gilles Archambault renoue avec le genre autobiographique pour nous tracer une bouleversante chronique de la mort de sa compagne. Ce bref récit, journal du temps qui passe où s’invitent les souvenirs, raconte avec justesse le couple, la solitude, la vie et la mort. De son écriture intimiste, Gilles Archambault dévoile ces instants et ces émotions et révèle l’essence même de la vie, de l’amour, à travers le quotidien le plus attentivement traduit. « Je me sens amputé. J’ai perdu le seul être au monde avec qui je pouvais converser même dans le silence. Voilà pourquoi je sens le besoin de ne pas me taire. »

L’amour aux temps du choléra de Gabriel Garcia Marquez

« À la fin du XIXe siècle, dans une petite ville des Caraïbes, un jeune télégraphiste pauvre et une ravissante écolière jurent de se marier et de vivre un amour éternel. Durant trois ans ils vivent l’un pour l’autre, mais Fermina épouse Juvenal Urbino, un brillant médecin. Alors Florentino, l’amoureux trahi, se mue en séducteur impénitent et s’efforce de se faire un nom et une fortune pour mériter celle qu’il ne cessera d’aimer, en secret, cinquante années durant. L’auteur de Cent ans de solitude et de Chronique d’une mort annoncée, prix Nobel 1982, donne libre cours à son génie de conteur, à la richesse de son imagination et à l’enchantement baroque de son écriture. »

Pour lire mon billet sur cette extraordinaire histoire d’amour, cliquez sur L’amour aux temps du choléra.

37,2 le matin de Philippe Djian

«Betty était allongée sur le lit. Elle était tout habillée, elle me tournait le dos. […] Putain de merde je me suis dit tout au fond de moi en la regardant respirer. Le silence ressemblait à une pluie de paillettes tombant sur une tartine de colle. On avait toujours pas échangé un mot.»Betty est entrée dans sa vie, valise en main, un matin, et elle était la plus belle. Pour elle, il était le plus grand écrivain de sa génération. C’est que Betty a des exigences de vie que l’écrivain sans éditeur s’essaie à combler. Sans répit, ils se lancent dans une histoire qui refuse toute médiocrité. Pourtant les galères s’enchaînent, à croire qu’il est des gens qui n’ont pas le bonheur facile. Alors, il faut l’arracher à la vie, ce bonheur, à s’en abîmer les ongles, à force d’être à fleur de peau. »

L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera

«Qu’est-il resté des agonisants du Cambodge ?Une grande photo de la star américaine tenant dans ses bras un enfant jaune. Qu’est-il resté de Tomas ?Une inscription : Il voulait le Royaume de Dieu sur la terre. Qu’est-il resté de Beethoven ? Un homme morose à l’invraisemblable crinière, qui prononce d’une voix sombre : « Es muss sein ! » Qu’est-il resté de Franz ? Une inscription : Après un long égarement, le retour. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli.»

Pour lire mon billet sur ce roman inoubliable, cliquez sur L’insoutenable légèreté de l’être.

Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro

« Les vestiges du jour« Les grands majordomes sont grands parce qu’ils ont la capacité d’habiter leur rôle professionnel, et de l’habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C’est, je l’ai dit, une question de « dignité »». Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 de l’influent Lord Darlington puis d’un riche Américain. Les temps ont changé et il n’est plus certain de satisfaire son employeur. Jusqu’à ce qu’il parte en voyage vers Miss Kenton, l’ancienne gouvernante qu’il aurait pu aimer, et songe face à la campagne anglaise au sens de sa loyauté et de ses choix passés… »

L’amour fou d’André Breton

« Je vous souhaite d’être follement aimée. » Un des textes fondamentaux du surréalisme. Un des ouvrages de Breton dans lequel s’offre le plus ouvertement la gamme entière de ses « charmes ». Le hasard et le désir, la vie et le rêve, le monde et l’homme entretiennent ici une mystérieuse correspondance de tous les instants. »

Clair de femme de Romain Gary

« Ce roman est un chant d’amour à cette «troisième dimension» de l’homme et de la femme : le couple. L’union de Yannik et Michel est rompue par un destin inéluctable. Mais un désespoir d’amour qui désespérerait de l’amour est pour eux une contradiction qu’ils ne peuvent admettre. Il faut donc triompher de la mort. Yannik dit à Michel : «Je vais disparaître, mais je veux rester femme. Je te serai une autre. Va vers elle. Va à la rencontre d’une autre patrie féminine. La plus cruelle façon de m’oublier, ce serait de ne plus aimer.» Et c’est ainsi qu’apparaît Lydia et que se reformera, dans une célébration passionnée, au-delà de l’éphémère, la patrie du couple, où «tout ce qui est féminin est homme, tout ce qui est masculin est femme».

Pour lire mon billet sur cette sublime histoire d’amour, cliquez sur Madame lit Clair de femme.

La plus que vive de Christian Bobin

« Tu meurs à quarante-quatre ans, c’est jeune. Aurais-tu vécu mille ans, j’aurais dit la même chose ; tu avais la jeunesse en toi, pour toi. Ce que j’appelle jeune, c’est vie, vie absolue, vie confondue de désespoir, d’amour, de gaieté. Désespoir, amour, gaieté. Qui a ces trois roses enfoncées dans le coeur a la jeunesse, pour lui, en lui, avec lui. »

Un homme amoureux de Karl Ove Knausgaard

« Un homme amoureux n’est pas un livre comme les autres. Récit autobiographique d’une force littéraire inouïe, il a remporté une avalanche des prix tout en déclenchant une virulente polémique lors de sa parution. Si, dans La Mort d’un père, Knausgaard abordait le thème du deuil, dans Un homme amoureux, c’est le coup de foudre, la fusion et la séparation, toutes les étapes du sentiment amoureux, qu’il décrit avec la même énergie brute et la même justesse. Car Knausgaard est devenu père et cette expérience bouscule tout sur son passage. Il évoque les luttes quotidiennes d’une vie de famille, les vacances qui tournent mal, les disputes avec les voisins, les tensions pendant l’anniversaire des enfants… et comment pousser un landau dans Stockholm quand tout ce que l’on veut faire, c’est écrire. Le lecteur voit, sidéré, la vie de l’auteur-narrateur se dérouler sous ses yeux, dans toute sa rage et sa profonde sincérité : un homme à l’irrépressible envie d’écrire, pour qui l’art et la nature sont un besoin physique, qui oscille en permanence entre énergie vitale et pensées morbides. Un chef-d’oeuvre. »

J’espère que cette liste vous aidera à choisir un livre pour le défi littéraire ! J’ai hâte de connaître le roman d’amour qui bercera certaines de vos soirées de février.

Voici mon choix :


Quel est votre roman d’amour préféré? N’hésitez pas à l’écrire dans les commentaires et à partager avec nous le lien de votre billet.

Bien à vous!

Madame lit

Source : Les Libraires. http://www.leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

Catégories: Défi littéraire 2019

35 commentaires »

  1. Quelle sélection ! J’y ai trouvé plusieurs titres à ajouter à ma PAL ! Pour ma part, j’avais déjà choisi de lire « Amours » de Leonor de Recondo, un livre que j’ai remarqué depuis un moment déja.
    Bonnes Lectures à Tous 😊

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai adoré lire le roman de Benoîte Groult nullement pornographique ou alors j’ai mal lu 😉 alors que j’avais la quarantaine. J’ai adoré et c’est un livre qui m’a beaucoup marquée de par son contenu, et cette merveilleuse histoire d’amour dont je ne dévoilerai rien et que j’ai pu ressentir dans tous les pores de la peau.
    Quant à un livre d’amour, j’en ai lu un il y a quelques temps, l’année dernière entre un homme et un enfant. Je le conseille vivement. Un livre qui a touché mon coeur de par cet amour. Je te mets le lien : https://www.babelio.com/livres/Hyde-Lorsque-je-tai-trouve/884037
    Bien d’autres aussi : https://www.babelio.com/livres/Manel-La-delicatesse-du-homard/890017
    Je lis ce type de livres aussi et sur mon blog ou site je ne chronique pas. Je conseille ces livres et d’autres. 🙂
    Merci pour ton partage.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire. Les vaisseaux du cœur de Benoîte Groult figure parmi mes romans d’amour préférés. Cette histoire me touche au plus haut point en raison des personnages, de l’analyse des sentiments, de la réflexion sur la vie, l’amour, la mort, la famille… j’irai jeter un coup d’œil à tes suggestions. Merci!

      J'aime

  3. Bonjour Madame 😊

    Finalement, je n’ai pas lu « Un jour, tu raconteras cette histoire »… j’ai été prise par d’autres lectures.

    J’ai lu « Nos étoiles contraires » de John Green, mon avis : https://eleonoreb.wordpress.com/2019/02/27/john-green-nos-etoiles-contraires-nathan-2013/
    Un autre roman d’amour sera fini aujourd’hui… ou demain. Je viendrai vous transmettre le lien vers ma chronique.

    Merci encore pour ce défi.
    Bonne journée ! 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre à Karine:) Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s