Madame lit L’ultime lettre d’amour

Chère lectrice, Cher lecteur,

Pour le défi 2019 de Madame lit, en juin, il faut lire un recueil de poésie. J’ai accepté en mai de recevoir en service de presse des Écrits des Forges L’ultime lettre d’amour de Julie Stanton. Tout d’abord, j’aimerais la présenter par le biais des mots de l’éditeur tirés d’un document accompagnant le recueil de poésie.

«Julie Stanton est poète et romancière. Finaliste en poésie aux Prix littéraires du Gouverneur général du Canada et aux Prix de l’Académie des Lettres du Québec, elle nous offre ici son dixième ouvrage de poésie. Après Le Bonheur cet illusionniste (2017), L’ultime lettre d’amour est son deuxième recueil de poésie aux Écrits des Forges. »

Lire de la poésie engendre un recueillement, entraîne le lecteur dans des contrés inconnues, provoque des émotions. Il s’avère parfois difficile de décrire le chemin parcouru avec l’autrice ou l’auteur en lisant ses vers.  C’est dans cet état que je rédige ce billet. Pour moi, L’ultime lettre d’amour apparaît comme le message d’une morte à son amoureux pour lui communiquer son amour. De l’au-delà, elle couche sur le papier ses sentiments.  Elle exhorte l’autre à l’écouter. Elle souhaite transcender la mort par la puissance de sa parole. Ainsi, le recueil s’ouvre sur ces vers :

Pose l’oreille

sur ma tombe

ô mon amour de peu de foi

tu entendras

malgré la stridulation

des cigales

mon pouls

battre le siècle.

Sous les hydrangées

ma chair 

encore violente

mes iris

de pierres précieuses

le sang d’or dans mes veines

d’un rose amarante

ma bouche

pleine

de royal et d’auguste.

Ici

j’existe bardée d’infinitude

en dépit

des porteurs de noir

et de fleurs.

L’amoureuse signifie ouvertement son existence malgré son non-être.  Elle désire que l’autre la rejoigne comme d’autres l’ont fait. Elle cite Tristan et Iseult, Abélard et Héloise qui se sont aimés siècle après siècle.  Dans l’au-delà, ces amants ne vieillissent pas. Comme elle le mentionne à son aimé en parlant de Tristan et Iseult :

Ici

ils jouiront continûment

des réserves

d’eau

de cervoise aromatisée à la menthe

de blé et d’églantines.

Les croiserai-je?

Nous rejoindras-tu

bientôt ange convoité

de la Plénitude?

L’amoureuse voyage à travers différents axes car elle sait l’autre perdu sur Terre. Elle vit des expériences sensorielles. Son trajet se veut un chemin de croix l’amenant à croiser, entre autres, des monstres mythologiques. Ses rencontres l’amènent toujours à interpeller l’autre pour lui démontrer qu’ils vivront des expériences autres. Elle repousse les limites de la mort pour la magnifier pour l’aimé, pour l’amener à croire que cette dernière sera pour eux. Cette une incantation où la vie et la mort cherchent à former un tout en s’abolissant. Car, c’est une tragédie pour la morte qui continue d’aimer l’autre dans l’au-delà.

Si tu viens

nous chevaucherons

les hémisphères

sur les dorsales océaniques.

Notre odyssée

Aussi spectaculaire

que la fosse des Mariannes. (p. 69)

Je suis vraiment contente de mon choix pour le mois de juin. J’ai adoré cette ultime lettre. Pourquoi l’ultime? Dans le temps, la lettre de la morte est finale. C’est sa dernière tentative, son dernier cri d’amour.Elle entend le souffle de l’autre. Mais est-ce bien lui?

Il faut lire les vers de Julie Stanton à voix haute. Ils sont époustouflants, fascinants. Je ne peux que m’incliner devant la musicalité du texte, devant toutes les références que l’on retrouve dans ces derniers. Il y a de nombreux clins d’œil à des autrices et des auteurs. En plus, les Écrits des Forges ont placé à la fin de l’ouvrage la liste des poètes ou des autrices et des auteurs qui ont inspiré Julie Stanton. Cette liste apparaît très utile.

Voici mon petit billet sur un recueil de poésie immense de par sa puissance. J’espère que j’ai réussi à transmettre une parcelle de son essence.

Je tiens à remercier les Écrits des Forges pour cet envoi en service de presse.

Que pensez-vous de ce texte?

Bien à vous,

Madame lit

STANTON, Julie. L’ultime lettre d’amour, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2019, 186 p.

Leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander L’ultime lettre de Julie Stanton par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

4 commentaires »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s