Madame lit Crépuscule du tourment de Léonora Miano

«C’est à l’ombre que s’épanouissent certaines douleurs. C’est dans le silence que fleurissent ces obsession qui deviennent le moteur et le tracé de nos existences. Je sais nommer l’épine, qui logée en moi depuis le plus jeune âge, est ma torture et ma boussole.» (p. 10)

Chère lectrice, Cher lecteur, 

Pour le défi littéraire 2020, en octobre, il faut lire un bouquin d’une autrice ou d’un auteur ayant remporté le Grand prix littéraire d’Afrique noire. Léonora Miano s’est vu décerner le prestigieux prix pour l’ensemble de son oeuvre en 2011. J’ai choisi de plonger dans Crépuscule du tourment. 

Que raconte ce livre?

Crépuscule du tourment est un roman choral présentant 4 voix de femmes : Madame, Amandla, Ixora et Tiki. Ces dernières s’adressent à un homme absent, Dio. Ainsi, Madame parle à son fils qui lui en veut de ne pas avoir quitté son époux qui la battait. Elle lui dit que dans cette société, elle a tenté de survivre. Car être femme, c’est mettre à mort son coeur, le museler, n’obéir qu’à la raison. La raison, c’est devenir une épouse et une mère. C’est ployer sous les coups, c’est observer les serpents tapis dans les coins ombragés du jardin. Ensuite, Amandla raconte à Dio ce qu’elle devient. Elle aborde son incompréhension par rapport à leur histoire d’amour. Puis, Ixora, la femme de son ami décédé prend aussi la parole. Elle lui fait part de ses sentiments car elle ne l’aime pas même s’il veut l’épouser. Elle ne veut pas de lui comme époux même s’il a adopté son fils. Finalement, il y a sa soeur qui lui relate leur enfance. Ces femmes vivant en Afrique subsaharienne ont connu la violence des hommes. Elles connaissent les coups, elles ont appris à se taire car c’est la loi du père qui domine. Mais, à ce fils, à cet homme, à ce frère, elles vont aborder leur sexualité. La plupart aime surtout les femmes. Elles sont en quête de leur identité féminine dans un monde l’écrasant. Elles ne sont vivantes que parce qu’elles sont, pour la plupart, des mères. 

Mais aussi, il est question des traumatismes engendrés par le colonialisme. Ce livre aborde une recherche d’identité. Une recherche d’identité par rapport à sa culture, à son territoire, à l’autre, à soi. Cette quête se vit en amont pour comprendre ce que transportent les gènes, cette «ancestralité ténébreuse». En ce sens, des thèmes comme la violence faite aux femmes, le colonialisme, les tabous sexuels, les enfants des esclaves sont abordés par les narratrices tout au fil des pages.

Ce que j’en pense  

Je n’avais jamais lu de livre de cette écrivaine camerounaise. Je suis bien contente de mon choix. Ce livre nous amène à nous questionner par rapport à l’autre. Car, aujourd’hui, dans notre belle Amérique, le racisme est loin d’être éliminé. Des êtres meurent en raison de la couleur de leur peau sous les balles des policiers. Encore et encore. Ainsi, j’ai bien aimé la réflexion d’Amandla, celle dont Dio était amoureux. Elle parle de son rôle en tant qu’enseignante: 

Je dis tout cela à mes petites marmailles. Je ne leur cache rien. Les travaux forcés. Les déplacements de populations. Le code de l’indigénat. La ségrégation raciale. Le génocide des Hereros. Le nazisme déjà en gestation qui les a parqués dans des camps de concentration. Oui. Je leur parle de tout cela. Une colère toute légitime monte en eux. Je les calme en expliquant que nous n’avons pas le temps de haïr. Nous ne pouvons nous permettre de gâcher ainsi les forces qui doivent nous servir à rebâtir. Je sais de quoi je parle. J’ai connu l’irrépressible fureur qui s’empare de ceux qui plongent dans les abysses de notre mémoire sémite. Cette douleur si terrible qu’elle se mue en désir de revanche. Coûte que coûte et sur-le-champ. La vengeance. Le cri : Pas de justice pas de paix. (p. 110)

Quel sens donné à la valeur de l’existence? 

J’ai été extrêmement touchée par ces femmes qui ont même osé aimer d’autres femmes. 

Mais encore, l’écriture de Léonora Miano est très poétique. Elle cherche à dresser le portrait d’hommes et de femmes à travers l’Histoire. Ses mots sont justes, forts, puissants. Elle présente un combat : celui des femmes, celui des siens, celui de soi… elle dénonce pour expliquer sans jamais juger. Une grande écrivaine possédant un talent immense. 

Je ne peux que vous encourager à lire du Léonora Miano. Par le biais de ses écrits, elle nous livre la mémoire des siens. 

Connaissiez-vous cette écrivaine camerounaise? 

Bien à vous, 

Madame lit

MIANO, Léonora. Crépuscule du tourment, Paris, Bernard Grasset, coll. Pocket, 2016, 293 p. 

ISBN : 978-2-266-27310-7 

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander le livre mentionné par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

11 commentaires »

  1. Comment ne pas vouloir lire ce livre après avoir lu ce que tu en dis.
    Je viens d’emprunter le livre et j’ai bien hâte de m’y mettre. Se questionner par rapport à l’autre, voilà ce qui me fascine le plus dans ton texte. Merci aussi de nous faire découvrir des auteurs un peu moins connus.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s