Madame lit du Pamphile Lemay

Photo de DapurMelodi sur Pexels.com

Chère lectrice, Cher lecteur,

Permettez-moi de partager avec vous un poème de Pamphile Lemay (1837-1918) pour célébrer le magnifique mois d’août que nous sommes en train de vivre. Il fait beau, il fait chaud et c’est le temps des moissons, des bleuets et des beaux papillons.

Fruits mûrs

C’est août qui flambe. Au bois comme au champ tout est mûr.

Le sauvage raisin offre son jus qui grise;

Le soleil a pourpré la pomme et la cerise;

La ronce est toute noire et l’airelle est d’azur.

Fruits mûrs les seigles blonds que fauche l’acier dur,

Les vierges du foyer dont l’oeil doux électrise,

Les brillants papillons dont le jardin s’irise,

Les oiseaux dont les nids chantent le soir obscur.

Et sous les grands vergers que la lumière lustre,

Dans l’enivrante odeur, fruit mûr le poupon rustre

Qu’une mère caresse et fait boire à son sein.

Ah! sur ma lèvre et dans mon coeur, quoi qu’on en dise,

Devant tant de fruits mûrs qui s’offrent à dessein

Je sens se réveiller l’antique gourmandise!

(Les Goutelettes)

Je ressens un petit peu le côté espiègle du poète à la toute fin!

Je vous souhaite une excellente fin de mois!

Bien à vous,

Madame lit

6 commentaires »

Répondre à francefougere Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s