Madame lit Hôtel Lonely Hearts

Mais Rose et Pierrot étaient des orphelins. Il y avait quelque chose de magique à les entendre parler de leur existence tragique d’une petite voix si flûtée. Ils étaient des métaphores de la tristesse. Comme quelqu’un qui joue un requiem sur un xylophone. (p. 56) Chère lectrice, Cher lecteur, Heather O’Neill, écrivaine québécoise anglophone, a fait paraître chez Alto Hôtel […]

Lire la suite →

Madame lit Les Anciens Canadiens

Chère lectrice, Cher lecteur, Les Anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé a été publié en 1863 et il est considéré comme l’un des premiers livres québécois.  Ainsi, Philippe Aubert de Gaspé est réputé comme étant l’un des pères de la littérature «canadienne-française». Son fils l’a précédé avec son Influence d’un livre. Mais que raconte Les Anciens Canadiens? C’est l’histoire […]

Lire la suite →

Madame lit Madame Victoria

Chère lectrice, Cher lecteur, Le corps d’une femme est retrouvé sans vie tout près de l’Hôpital Royal Victoria à Montréal à l’été 2001. Qui est-elle? D’où vient-elle? Une enquête est déclenchée pour tenter de percer le mystère et pour l’identifier. En attendant, elle reçoit un nom : Victoria. Quelqu’un pourra-t-il révéler son identité? Catherine Leroux a été marquée par un reportage présenté à l’émission Enquête de Radio-Canada. Elle s’est basée sur un cas vécu pour écrire Madame Victoria. D’ailleurs, elle mentionne à Danielle Laurin du Devoir : Comme on le dit dans le reportage, de grands efforts ont été déployés pour découvrir qui elle était, mais on n’a toujours pas trouvé son identité. Ce que je trouve aberrant et triste, mais qui est une grande force pour l’imagination et pour le récit. Entre fiction et réalité, le lecteur essaye de découvrir à travers les multiples portraits présentés dans ce bouquin l’identité de Madame Victoria. À cet égard, Leroux dresse divers profils de femme à travers différentes époques. Elles possèdent des points en commun comme le prénom Victoria et une mort anonyme, effacée. Victoria peut être blanche, noire, vieille, jeune, amoureuse, célibataire, mère, alcoolique, etc. Le signifiant Victoria est certes un élément bien intriguant…D’une part, il renvoie au nom de l’hôpital où l’on a découvert le corps de la morte. Ce nom a évidemment été donné en l’honneur de la célèbre reine… Il ne faut pas oublier que le Canada a été une colonie […]

Lire la suite →

Madame lit deux incipits

Chère lectrice, Cher lecteur, Je me permets de vous présenter aujourd’hui une petite comparaison entre deux incipits d’auteurs qui ont marqué le monde littéraire québécois. Autant l’un était effacé, anonyme, discret, autant l’autre était flamboyante, accessible, disponible pour les médias et pour le regard des autres. Deux antithèses (disparaître et paraître) qui ont su marquer leur époque. Ils étaient très différents, […]

Lire la suite →

Madame lit Chercher Sam

Chère lectrice, Cher lecteur, Mathieu erre dans Montréal en compagnie de sa chienne de race pitbull Sam. Il est sans domicile, donc c’est un jeune de la rue. Un jour, il perd sa chienne. Confronté à la disparition de son animal, il va tenter de la retrouver par tous les moyens.  Il occupe pour quelque temps l’appartement d’une connaissance qui n’est pas là et il côtoie Gabrielle, la cousine du gars qui lui prête son logis. Mathieu, dans sa quête pour retrouver son animal, voit ressurgir les démons de son passé… J’ai beaucoup apprécié cette lecture… D’abord, j’ai une chienne depuis 9 ans. Je connais l’angoisse de la perte car j’ai été confrontée à sa disparition à quelques reprises… C’est un sentiment épouvantable, terrible, c’est comme si le sol disparaissait sous nos pieds et que nous n’étions plus capables de penser tant l’angoisse s’avère grande… À cet égard, l’écrivaine réussit merveilleusement bien à véhiculer l’émotion habitant la séparation soudaine avec son animal… Je me dirige vers le banc où j’avais attaché Sam et je me prends un coup en pleine poitrine. La nausée arrive drette après ça : elle est plus là. Guy me parle, mais j’entends juste un bourdonnement. Elle est pas à droite, elle est pas à gauche, elle est pas de l’autre bord de la rue à gosser l’autre chien parké avant du Première moisson, Sam est pas nulle part. Tout autour, l’air devient épais, presque solide. Je […]

Lire la suite →