Madame lit ses coups de cœur québécois

31 réflexions sur “Madame lit ses coups de cœur québécois”

  1. Il faut vraiment que je me lance dans la littérature québécoise, d’autant qu’avec cette sélection, j’ai n’ai que l’embarras du choix ! J’ai l’impression qu’au Québec, on connais mieux la littérature française qu’en France, on ne connait la littérature québécoise, non ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui. En France, je crois, et peut-être que je me trompe, il n’y a pas d’intérêt pour les auteurs d’ici. Et pourtant… Anne Hébert publiait au Seuil, Ducharme chez Gallimard, Nelly Arcan au Seuil, etc… À vous de me dire pourquoi? Ici, oui, nous nous intéressons à vos auteurs. 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Je pense que c’est plus une question de médiatisation que d’intérêt : les auteurs les plus médiatisés en France sont surtout européens ou américains (États-Unis). Il y a très peu d’auteurs québécois médiatisés : c’est en fait à nous de faire la démarche de nous tourner vers la littérature québécoise (comme vers la littérature africaine ou sud-américaine, par exemple, qui sont également peu médiatisées). Je crains aussi que la France soit un peu trop autocentrée en matière de littérature francophone…

        Aimé par 1 personne

      2. Oui. C’est probablement une question de médiatisation. Je ne peux le savoir car je ne lis pas les revues culturelles françaises et je n’ai qu’une chaîne de télé française. Alors, je te remercie pour cette mise au point. Lorsque vos auteurs viennent au Québec, ils ont une bonne couverture médiatique, je peux vous le garantir! Je crois qu’effectivement, il faut s’ouvrir aussi à la littérature africaine ou sud-américaine.

        Aimé par 1 personne

      3. Je pense aussi que beaucoup font en France un amalgame entre littérature francophone et littérature française : beaucoup pensent par exemple que Maurice Carême ou Amélie Nothomb sont des auteurs français et non belges, sous prétexte qu’ils écrivent dans la langue de Molière !

        Aimé par 1 personne

      4. C’est vraiment fascinant cette façon de percevoir la littérature en France! Il faudrait que je me rende chez vous durant une longue période de temps pour observer le phénomène littéraire! Je ferais des découvertes pour le moins surprenantes! Merci de ces informations! J’apprends!

        Aimé par 1 personne

      5. C’est juste une impression que j’ai par rapport à des événements que j’ai pu observer, mais mon avis ne fait pas autorité. Il faut venir en France pour te faire ton propre avis sur la question 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Waouh, merci pour cette bibliographie sélective, très belle idée! J’ avais noté quelques titres lors de mes lectures de tes articles. De très belles écritures à découvrir, je connais malheureusement peu la littérature québécoise. Et il y en a pour tous les goûts.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’ai effectivement tenté de varier les styles! Ma prochaine liste vous parlera de mes livres d’amour québécois préférés! Au plaisir et surtout, je te souhaite de belles découvertes livresques québécoises! 🙂

      J’aime

  3. Je vois que ce sont surtout des valeurs sûres, presque des « classiques » du 20e siècle pour la majorité, dont certains sont étudiés au cégep ou à l’université, je me trompe?
    Ce qui n’enlève rien à leur intérêt, au contraire et vous faites bien de les nommer, il ne faudrait pas les ensevelir sous la montagne des nouvelles parutions.
    Quant à l’immense problème très réel de la diffusion de la littérature québécoise (ou même canadienne) en Europe, il faudrait remonter loin dans l’histoire de l’édition pour observer d’abord et peut-être comprendre pourquoi nous en sommes là.

    Dans votre liste, il y a Marie Uguay que j’ai très peu lu et, à ma grande honte, Nelly Arcan que je n’ai que feuilleté.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, vous avez bien raison. J’ai choisi des classiques dans cette première liste pour amener tranquillement mon lectorat, qui est aussi composé comme vous pouvez le lire dans les commentaires, de beaucoup d’Européens. Comme relevé dans les propos, le manque de médiatisation de la littérature québécoise en France engendre une méconnaissance de nos auteurs. Je sensibilise pas à pas mes lecteurs à nos auteurs et je commence par les classiques…

      J’aime

      1. Oui… J’ai fait une lecture commune avec un abonné français et nous avons lu « La Voie lactée » de Louise Dupré. Il a dû acheter le livre en version numérique. J’ai appris par un abonné qu’il y avait une libraire québécoise dans le Vième arrondissement de Paris. Je comprends votre commentaire…

        J’aime

  4. C’est toujours un plaisir de vous lire sur vos coups de coeur. Certains passages m’ont marqué notamment cette putain fille d’un père comme n’importe quel père. Ce passage est très fort. Merci Madame…

    Aimé par 1 personne

  5. Ping: Madame lit

Répondre à Claude Lamarche Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s