Madame lit Une si longue lettre

Si les rêves meurent en traversant les ans et les réalités, je garde intacts mes souvenirs, sel de ma mémoire. (p. 11)

Chère lectrice, Cher lecteur,

En avril, j’ai décidé de lire Une si longue lettre de l’écrivaine sénégalaise Mariama Bâ pour le Défi littéraire 2019 de Madame lit. Dans ce roman épistolaire, Ramatoulaye, après la mort de son époux, rédige une longue missive à son amie Aïssatou pendant sa période de deuil. Dans cette dernière, elle aborde, entre autres, leur enfance, leur adolescence en tant qu’étudiantes naïves, leur vie de femmes mariées, leurs enfants. Elle traite aussi de la condition des Sénégalaises. Elle parle également de la polygamie, de la religion et du patriarcat au Sénégal.  

C’est un court texte de 168 pages dans mon édition. Mais quelle profondeur! Quelle puissance ! Quelle poésie ! J’ai été bouleversée par cette lettre et par la plume de Mariama Bâ. J’ai ressenti toute la douleur de Ramatoulaye le jour où son mari Modou Fall épouse une femme beaucoup plus jeune, une amie de sa fille, après lui avoir donné douze enfants et lui avoir consacré vingt-cinq ans. J’ai vécu son désespoir lorsque son homme rompt tout contact avec elle alors qu’elle l’aime encore. 

Je pleurais tous les jours.

Dès lors, ma vie changea. Je m’étais préparée à un partage équitable selon l’Islam, dans le domaine polygamique. Je n’eus rien entre les mains.

Mes enfants qui contestaient mon option me boudaient. Face à moi, ils représentaient une majorité que je devais respecter.

-Tu n’es pas au bout de tes peines, prédisait Daba.

Le vide m’entourait. Et Modou me fuyait. Les tentatives amicales ou familiales pour le ramener au bercail furent vaines. Une voisine du nouveau couple m’expliqua que la « petite » entrait en transes chaque fois que Modou prononçait mon nom ou manifestait le désir de voir ses enfants. Il ne vint jamais plus ; son nouveau bonheur recouvrit petit à petit notre souvenir.  (p. 88-89) 

J’imagine que beaucoup de femmes ont vécu cette situation dans différentes communautés. Je trouve remarquable de mettre en lumière ces épouses reléguées à l’ombre, au vide, au néant.

Assaïtou, contrairement à Ramatoulaye, a décidé de divorcer de Mawdo, son mari, lorsqu’il épouse une femme plus jeune. Deux femmes, deux destins, deux chagrins, deux vies dans cette société coranique qui détermine le sort des uns et des autres au nom de l’appel de la jeunesse, du désir, ou encore du respect de l’autorité. Les femmes n’ont aucun droit. Elles subissent.   

De plus, j’ai adoré l’écriture poétique de Mariama Bâ. J’ai adoré ses descriptions des sentiments et des valeurs habitant ses personnages (la dignité, la nostalgie, la sensibilité, le respect, le sens de l’amitié, l’amour, le don de soi). De plus, j’ai été charmée par celles sur le Sénégal.

Les baobabs tendaient aux cieux les nœuds géants de leurs branches ; des vaches traversaient avec lenteur le chemin et défiaient de leur regard morne les véhicules ; des bergers, en culottes bouffantes, un bâton sur l’épaule ou à la main, canalisaient les bêtes. Hommes et animaux se fondaient comme en un tableau venu du fond des âges. (p. 57)

Ses mots glissent jusque dans l’âme du lecteur et valsent avec ses émotions.

Je ne peux que vous encourager à lire ce merveilleux texte. C’est touchant, fort, humain.

Avez-vous déjà lu Une si longue lettre ?

Bien à vous,

Madame lit

BÂ, Mariama. Une si longue lettre, Monaco, Éditions du Rocher, collection Motifs, 2007, 168 p.

ISBN 2-84261-289  

Leslibraires.ca

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Une si longue lettre de Mariama Bâ par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

Catégories: Défi littéraire 2019

2 commentaires »

  1. J’ai tenté de trouver ce volume et ce n’est pas évident.
    Mais ton papier me donne tellement le goût de lire ce roman épistolaire que je vais poursuivre mes recherches.
    J’espère que je vais aimer autant que toi. Mais connaissant tes goûts, je suis quasi assuré que je vais aimer…

    Aimé par 1 personne

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s