Madame lit Une fille pas trop poussiéreuse

« Tout le monde meurt tout le temps, mais encore plus depuis la fin du monde. »  (p. 11)

Chère lectrice, Cher lecteur,

J’ai reçu un courriel de la maison d’édition Stanké me demandant si je voulais recevoir en service de presse Une fille pas trop poussiéreuse de Matthieu Simard car j’avais beaucoup apprécié ses précédents romans Les écrivements et Ici, ailleurs publiés chez Alto. Donc, j’ai accepté la copie car je savais que la littérature québécoise était à l’honneur en novembre pour mon défi littéraire 2019 et que je passerais certainement un bon moment de lecture.

Dans Une fille pas trop poussiéreuse, Matthieu Simard se met en scène dans une histoire post-apocalyptique. Ce roman débute par la fin. Ainsi, le narrateur est à la plage et il pense aux jours précédents la fin du monde et à ceux l’ayant succédée. Il se remémore le lendemain de l’apocalypse quand le Wifi a disparu, puis des corps ont jonché les rues de Montréal. Il repense aux femmes avec qui il a baisées afin d’obtenir un peu de chaleur humaine. Il aborde l’amour retrouvé auprès de Laila jusqu’à ce qu’elle meurt. Il traite de sa rencontre avec un coyote et de son rôle de professeur auprès d’enfants. Il parle aussi de Thomas avec qui il parcourt un bout de chemin. Thomas apparaît comme ce fils qu’il n’a jamais eu. Il relate le trajet qu’il a accompli de Montréal jusqu’à la mer où il va mourir.  Il raconte sa fin du monde.

Mais j’ai vécu la mienne, ma fin du monde, et elle était pleine d’amour, au-delà des filles. Pleine de frôlements, de silences qui valaient plus que les mots. Pleine d’une vie parfaitement douloureuse. Pleine d’une beauté juste assez poussiéreuse.

Mais encore, le narrateur semble faire de l’humour malgré la pénible situation dans laquelle il est plongé. Pour ce faire, par exemple, il emploie des référents québécois par le biais des paroles d’une chanson de Roch Voisine ou de celles d’Éric Lapointe.

C’est l’après-midi, je crois. Le soleil nous a brisé le cœur depuis longtemps, lui aussi. Je me laisse tomber sur le sable (seul), les yeux dans l’eau, Hélène things you do et tout le tralala, vous feriez quoi à ma place? Chanter? Plonger dans l’eau? Ouvrir une chaise pliante et compter les moutons sur les vagues jusqu’à ce que de battre mon cœur s’arrête?

Il peut également soulever l’humour de Marc Labrèche ou la plume de Christian Mistral. Le lecteur québécois se retrouve en terrain connu. Il aborde aussi des éléments de la culture populaire internationale et s’amuse avec les référents de cette dernière.

Par ailleurs, dans ce récit, il est question de deuil (Matthieu Simard semble apprécier ce thème dans ses romans). Un deuil plus grand que nature, c’est-à dire celui de l’humanité. Après cette fin du monde, le narrateur découvre beaucoup d’humanité auprès de divers êtres ou encore dans le regard d’un coyote. C’est tendre…

Devant l’obsolescence programmée de l’humanité, tout m’apparaissait soudainement simple. Des brins d’herbe. Un coyote aux yeux lumineux. Des désirs imprécis, des souhaits sans attentes. L’espoir d’un toit qui ne fuit pas trop. D’une couverture pas trop humide. D’une fille pas trop poussiéreuse. (p. 67)

Ce livre est très court. Il peut facilement se lire en un après-midi auprès d’un feu de cheminée. L’histoire s’avère touchante, bien menée. C’est divertissant et comme le narrateur, le lecteur est amené à se poser comme question : «Que ferais-je dans un monde post-apocalyptique?»

Que pensez-vous de cette histoire?

Bien à vous,

Madame lit

SIMARD, Matthieu. Une fille pas trop poussiéreuse, Montréal, Stanké, 2019, 189 p.

ISBN 978-2-7604-1153-1

Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander Une fille pas trop poussiéreuse par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé.

7 commentaires »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s