Madame lit Les villes de papier de Dominique Fortier

« Chaque livre en contient cent. Ce sont des portes qui s’ouvrent et ne se referment jamais. Emily vit au milieu de cent mille courants d’air. Toujours il lui faut une petite laine. » (p. 44)

Chère lectrice, Cher lecteur,

Comme en novembre j’étais plongée dans la littérature américaine pour le défi littéraire Madame lit des livres du monde, mais que je voulais tout de même participer à Québec en novembre organisé par Karine et Yueyin, j’ai choisi de lire un roman abordant une grande poétesse américaine écrit par une Québécoise. Dominique Fortier consacre un livre à Emily Dickinson (1830-1886) avec Les villes de papier. Ainsi, dans ce dernier, elle présente une œuvre sur la vie imagée de Dickinson tout en alternant avec la sienne. Tout d’abord, on suit une Emily enfant découvrant une passion pour les fleurs et le jardinage. Après son passage au collège, on la retrouve seule, dans sa chambre, écrivant des poèmes tout en observant la nature à travers sa fenêtre. La narratrice saute dans le temps en présentant des morceaux de sa vie, de son passage à Boston, des lieux qu’elle a habités avec son époux et sa fille, etc.  On apprend à la connaître un peu plus.  

Mais encore, par le biais de ce récit Dominique Fortier convie le lecteur dans une démarche visant l’essentiel. Emily Dickinson s’est vouée entièrement à l’écriture en ne sortant pratiquement pas de sa chambre. Elle dédiait son temps à la rédaction de ses poèmes, à son écriture. Dominique Fortier d’ailleurs mentionne :

C’est même quelqu’un qui refuse de publier. L’écriture lui suffit, c’est une fin en soi. C’est une attitude qu’on a vraiment du mal à imaginer aujourd’hui. Les gens font une salade et ils ont besoin d’en parler sur les réseaux sociaux […]. (Dominique Fortier dans une entrevue accordée à Sylvain Desmeules). 

Il va sans dire que cette pureté idéale de l’écriture vouée au silence et à l’indispensable va à l’encontre de notre mode vie axé bien trop souvent sur le paraître. Emily Dickinson comme figure de fascination le temps d’un récit? J’adore. Et que dire de la plume de Dominique Fortier ? Encore une fois, j’ai été charmée par sa douceur, par ses phrases empreintes de poésie, par ce souci du détail qu’elle possède, par sa manière de raconter une histoire sur un être exceptionnel en visant l’essentiel.  C’est aussi ça toucher le lecteur. Un livre sur soi, sur l’intériorité, sur un être habité par un monde.

Il y a longtemps qu’elle habite sa maison de papier. On ne peut pas avoir à la fois la vie et les livres – à moins de choisir les livres une fois pour toutes et d’y coucher sa vie. (p. 108)

En fermant ce livre, j’ai eu envie d’ouvrir La Dame blanche de Christian Bobin, un autre livre sur la poétesse Emily Dickinson. Qui de mieux qu’un écrivain pour parler d’un autre écrivain ?

Je tiens aussi à souligner que j’adore la couverture de ce livre. Elle est à l’image du texte : belle, douce, humble.

Pour en apprendre davantage sur ce bouquin, vous pouvez consulter le texte inédit de Dominique Fortier «Pour inventer une ville » sur l’origine des Villes de papier

Avez-vous déjà lu du Dominique Fortier? Que pensez-vous des Villes de papier?

Bien à vous,

Madame lit

FORTIER, Dominique. Les villes de papier, Québec, Alto, 2018, 187 p.

ISBN 978-2-89694-390-6


 Cet article contient des liens d’affiliation grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec. Vous pouvez commander les livres mentionnés par le biais du site Web des Libraires grâce à un lien sécurisé. 

23 commentaires »

  1. Je ne connais pas Dominique Fortier mais j’ai découvert son nom à l’occasion de ce challenge. Je voulais savoir si elle était homme ou femme, je me demandais si les femmes avaient été lues autant que les hommes dans ce challenge (non, bien sûr, était la réponse, les auteurs québécois visiblement ont l’air plus intéressants que les autrices ou la raison est toute autre.) Quant à Emily Dickinson, elle était aussi femme de son temps, et peut-être avait-elle hérité de cette loi non écrite qui voulait que les femmes ne publiaient pas, ce n’était pas bienséant. Aujourd’hui cela paraît tellement évident (alors que ce ne l’est pas) de chercher à publier quand on écrit.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu Bobin avant Les villes de papier, en fait, en attendant…
    J’ai bien aimé aussi quoique les références à la religion m’ont un peu… comment dirais-je… dérangée, non, énervée, pas vraiment, mais disons trop insistantes.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire. Je ne suis pas trop dérangée par les propos sur la religion. En fait, je les trouve très intéressants par rapport au contexte. En ce qui concerne Bobin, je vais certainement lire son bouquin sur Dickinson car cette poétesse me fascine. Au plaisir!

      J'aime

Répondre à Goran Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s